villers

  • Reconnaissez-vous cet homme, qui a ouvert le feu sur un policier à Frasnes-lez-Gosselies?

    Laurent Carlier, un policier domicilié à Gosselies, a évité la mort ce samedi. Alors qu’il était à son domicile, dans l’entité des Bons Villers, quelqu’un sonne à sa porte. Il est 19h45, et le quadragénaire va ouvrir. Sans attendre, le visiteur lui demande s’il est bien Laurent Carlier et tire dans sa direction. Laurent a alors un réflexe qui lui sauvera la vie: il parvient à éviter de peu la balle qui ne le blesse qu’au bras et finit sa course dans le chambranle. La police lance un appel à témoin, voici le portrait robot de son agresseur.

    
Le portrait robot de l’agresseur de Laurent Carlier.

    Police fédérale

    Le portrait robot de l’agresseur de Laurent Carlier.

    L’affaire n’est évidemment pas prise à la légère et une instruction pour tentative d’assassinat à charge de X a été ouverte chez la juge d’instruction carolo Martine Michel.

    L’agresseur est âgé d’une trentaine d’années. Il mesure entre 1m75 et1m80. Il est de corpulence mince et a le visage fin. Il est de type méditerranéen et porte la barbichette et la moustache.

    Un témoin a précisé que cet homme a pris la fuite en empruntant la rue Willem Michaux et qu’il portait un sweat-shirt orange vif.

    Si vous disposez d’informations sur l’homme présent sur ce portrait-robot ou sur les faits, veuillez prendre contact avec les enquêteurs.

    La discrétion est assurée. Si vous avez des informations à donner sur les faits relatés, veuillez prendre contact avec les enquêteurs de la Police Fédérale via le numéro de téléphone gratuit:0800/30.300

    Affaire privée

    Pour la police de la zone nord (Schaerbeek, Evere et Saint-Josse), où travaille la victime, «c’est une affaire privée, qui n’a strictement rien à voir avec son métier de policier.» C’est en tout cas ce qui ressort de l’enquête pour l’instant.

    Des représailles menées par un individu sur lequel il aurait mené l’enquête? Apparemment, non! En effet, selon le porte-parole officiel de la zone de police Bruxelles Nord, Laurent Carlier ne menait pas d’investigations sensibles, puisqu’il assure les formations et les entraînements en interne (tirs, contacts)… au sein de la police. Ce n’est donc pas une affaire de représailles dans un dossier qu’il aurait mené

  • Les Bons Villers-Courcelles: Donnez une seconde vie à un encombrant..et Pont-à-Celles ??

    seconde vie encombrant.png

    Un nouveau service gratuit de collecte des encombrants à domicile a vu le jour voici un peu plus d’un an.

    Il vous offre l’opportunité de vous débarrasser d’un vieil objet et de lui donner une seconde vie. Prenez contact avec « Revalsambre » qui se charge de venir chercher l’objet qui encombre votre quotidien mais, qui sait, qui pourrait retrouver une autre jeunesse dans un environnement différent.

    Ce service est actuellement disponible pour les citoyens des entités de Charleroi, Ham-Sur- Heure/Nalinnes, Les Bons Villers et Courcelles.

    Si vous habitez une autre commune de la zone de l’ICDI, l’association Intercommunale pour la Collecte et la Destruction des Immondices de la région de Charleroi, il se peut que votre commune décide également d’adhérer prochainement à ce service.

    N’hésitez pas à consulter le site web pour connaître la liste des communes participantes. Vous souhaitez en savoir plus, n’hésitez pas à télécharger le folder ou à contacter 071/ 47.57.57 ou encore info@revalsambre.be. Infos sur www.revalsambre.be.

  • Les Bons villers: La culture mise à l’honneur deux jours

    Du 22 mars à 14h à 23 mars à 18 heures, se tiendra le « Festival des Arts Bonvillersois » au Complexe Sportif de Frasnes-lez-Gosselies. Au programme :

    peinture, sculpture, gravure, photographie…

    En parallèle, le spectacle « Les s’nana » sera proposé le samedi 22 mars à 19h30. Réservations via le 071/85.01.63 ou 071/85.14.20.

  • les bons Villers: La fameuse balade animée avec repas..

    Le 9 mars prochain, Les Bons Villers se met au vert avec sa balade animée qui débutera à 9h30 par le départ au sentier du tram à Mellet. Visite guidée dudit sentier sous l’égide du Gal Transvert/Espaces Verts. Visite du site « La Flache ». Entre l’heure du midi, présentation du projet Contrat de Rivière Sambre et participation à la plantation du site de la Flache. Puis, départ vers le site Agricoeur où un repas du terroir vous attend.

    Visite du site et présentation du projet « Jardins conviviaux », « Quartier en santé » et enfin présentation d’« Alternatives aux pesticides » par l’ICDI. Inscription obligatoire pour la bonne organisation du repas.

    Infos : 071/858.113 ou ingrid. lavendy@publilink.be.

  • VILLERS-PERWIN: Cas avérés de gale

    Capturer.JPGCas avérés de gale dans la maison de repos, pas de panique le problème est pris très au sérieux !

     

    Plusieurs résidents et plusieurs membres du personnel sont malheureusement touchés par la maladie. La médecine du travail oeuvre de concert avec la direction pour l’enrayer au plus vite.

    Hier, nous vous révélions deux cas de suspicion de gale à la résidence Corbisier à Villers-Perwin.

     Malgré les efforts réalisés par tout le personnel, la suspicion s’est malheureusement mutée en triste réalité.

    « C’est vraiment dommage que l’on parle de nous dans de telles circonstances », déplore la directrice, Mme Corbisier. Si la gale frappe la résidence, il faut bien préciser que cela ne remet nullement en cause la qualité de son service et le professionnalisme du personnel.

    En attendant, il apparaît à présent que plusieurs résidents sont contaminés par la gale, cette maladie cutanée contagieuse, très prurigineuse (qui cause de la démangeaison), due à la présence d’un acarien parasite, le sarcopte.

    À lire cela, cela fait peur mais il faut relativiser. La gale n’est pas mortelle et elle se soigne via un traitement certes contraignant mais efficace.Dans ce cas, le souci est d’éviter la propagation. Ailleurs en Wallonie, on sait que des écoles ont été confrontées à la même problématique.

    L’objectif est double : éradiquer via un traitement suivi et empêcher toute propagation. Le personnel de la résidence oeuvre minute après minute en ce sens. Certains membres ont d’ailleurs été touchés. Il faudra aussi les soigner, forcément.Pour l’heure, inutile de paniquer.

    «Nous avons directement communiqué avec les résidents et avec leurs familles. Nous appliquons la politique de la transparence. »

    On sait combien que cette période de l’année est propice au développement de ce type de contamination, surtout avec un mois de févier aussi clément. Et inutile de dire que les institutions accueillant des personnes âgées avec un profil fragilisé sont particulièrement visées.

    Ailleurs dans la région, d’autres maisons de repos ont effectué un traitement préventif

     

    pont-à-celles,villers-perwin,villers,gale,home,maison,repos,parasite,sarcopte,vandeplas,johnny

    pont-à-celles,villers-perwin,villers,gale,home,maison,repos,parasite,sarcopte,vandeplas,johnny

     

     

     

  • LES BONS VILLERS – Exclusif, Erreur de coloriage, Jean sera indemnisé !

    Capturer.JPGLa commune des Bons Villers condamnée

    Si Jean Cuvelier ne peut pas construire sur ce terrain, c’est à cause d’une erreur de coloriage du Plan de secteur qui date de… 1974. Sept ans que ce citoyen attend un dédommagement. Rebondissement il y a quelques jours : la commune des Bons Villers vient d’être condamnée par la cour de Cassation à l’indemniser, tout comme l’avait déjà été la Région wallonne.

    Rappelez-vous, c’était une histoire de fou. Une sorte d’affaire Sagawé, dont les bandes auraient été passées à l’envers. Jean achète ce terrain à Rèves en 2000. Il obtient quelques années plus tard un permis de bâtir de la part la commune des Bons Villers, que le conseil d’État annule en 2006. Raison : sa parcelle se trouve en zone agricole, non bâtissable. Une « bête » erreur : un petit bout de carte a été colorié en jaune au lieu de rouge et blanc par un fonctionnaire distrait… en 1974.

    PERTE SÈCHE

    Un problème bien connu, puisqu’en 1983, Melchior Wathelet père (Ministre de l’aménagement du territoire à l’époque), reconnaît lui-même cette erreur et affirme par courrier que le terrain n’a pas perdu sa vocation résidentielle. Pourtant, le conseil d’État estime que les indications du plan de secteur sont au-dessus de tout, mea culpa du Ministre ou non. S’en suit une bataille acharnée longue de plusieurs années. Car Jean est en perte sèche : en achetant ce terrain, il avait prévu de construire deux maisons et les louer… En mai 2011, la cour d’appel lui donne raison et reconnaît la faute de la Région Wallonne et de la commune des Bons Villers. Le juge opte pour une réparation financière, car on ne peut pas imposer à la Région une modification de son plan.

    LE GRAIN DE SABLE

    Une victoire qui s’était accompagnée d’un nouveau grain de sable : contrairement à la Région, la Commune des Bons Villers avait décidé de se pourvoir en cassation. «

     

    Mais cette demande d’annulation du jugement vient d’être jugée non-fondée », se réjouit-il. «La décision est tombée ce 3 janvier. Le champ est donc libre pour que je sois enfin indemnisé. C’est une bataille de gagnée, certes, mais encore faut-il que la Région et la commune trouvent un terrain d’entente. » On parle d’un montant de plusieurs centaines de milliers d’euros. Une fois indemnisé et plus de 14 ans après avoir acheté son terrain, il n’est pas encore sûr que Jean puisse construire sur cette fameuse parcelle. «Car le plan de secteur reste ce qu’il est, c’est-à-dire mal colorié. Je n’ai pas encore décidé ce que je ferai de ce terrain. Une étape à la fois… »

     

  • Fleurus/Pont-à-Celles/ Les Bons Villers: Christian Marit chef de corps de la zone Brunau

    Christian Marit a officiellement pris ses fonctions en tant que chef de corps de la zone de police Brunau (Fleurus/Pont-à-Celles/Les Bons Villers).

    
Christian Marit entourré par les bourgmestres de la zone Brunau

    Th.P.

    Christian Marit entourré par les bourgmestres de la zone Brunau

    Le 21 décembre dernier, sa nomination avait été sanctionnée par un arrêté royal. Et les choses n’ont pas traîné puisque sa prestation de serment a eu lieu lundi à l’Hôtel de ville de Fleurus. « Je vais essayer d’insuffler, grâce à mon expérience, un esprit de corps au sein des 3 entités qui composent la zone Brunau. Nous allons œuvrer à l’amélioration de l’accueil et de la qualité du service rendu aux citoyens. Enfin, nous nous tendrons aussi vers l’efficience, c’est-à-dire être efficaces à moindre coût ». Voilà donc pour la déclaration d’intention de Christian Marit…

    Le Mont-sur-Marchiennois prend les rênes d’une zone de police saine. Son cadre opérationnel et administratif est quasi complet. Et, sa situation financière n’est pas déficitaire…

    Christian Marit avait été le seul à poser sa candidature à la succession de Monique Devodder, partie coiffer la zone de police de Mariemont.