sonaca

  • A la une de la Nouvelle Gazette de Charleroi du 18 février 2017: En page 8, toute la saga des carjackings de la semaine dans notre entité !

    pont-à-celles,sudinfo,vandeplas,johnny,une,charleroi,sudpresse,nouvelle,gazette

  • A la une de la Nouvelle Gazette de Charleroi du 13 février 2017: Écoles secondaires "fini les sodas dans les distributeurs"

    pont-à-celles,sudinfo,vandeplas,johnny,une,charleroi,sudpresse,nouvelle,gazette

  • A la une de la Nouvelle gazette du 3 mai 2016

    Capture.jpg

  • A la une de votre Nouvelle Gazette du 10 juillet 2015

    pont-à-celles,une,nouvelle,gazette,charleroi

  • La Sonaca recrute en permanence

                 

    C’est à Gosselies que se situent le centre de décisions et les usines de la Sonaca, leader mondial dans la conception, la production et l’assemblage des parties mobiles des ailes d’avion.

     

    Spécialisée dans les bords d’attaque d’ailes depuis sa fondation en 1931, l’entreprise qui emploie plus de 1.600 personnes sur son site carolorégien s’est diversifiée pour explorer le domaine spatial et les activités dites de défense à travers les avions sans pilote.
    Présente au Brésil, au Canada et en Chine, elle dispose, en Belgique, d’un bureau d’études de 350 ingénieurs, qui réalise l’entièreté de la conception de nouveaux projets à destination des principaux avionneurs : Airbus, Embraer, Dassault, Bombardier….
    Considéré comme LE partenaire de confiance, le groupe Sonaca a été choisi comme partenaire pour presque tous les nouveaux avions en cours de conception. Travailler dans cette entreprise de pointe n’est pourtant pas réservée qu’à une élite d’intellectuels. Bien entendu, de nombreux ingénieurs composent le bureau d’études et de développement mais la production nécessite également une main-d’oeuvre en « col bleu ». « Un boulanger peut très bien devenir en quelques mois un spécialiste de l’ajustage en aéronautique », affirme Bernard Delvaux, l’administrateur délégué de la Sonaca. «Chaque année, nous engageons plusieurs dizaines d’ouvriers en fonction de la conjoncture, pour la production de pièces mobiles d’aile et du fuselage. Grâce au support du WAN, nous parvenons à trouver les profils que nous recherchons. Bien sûr, nos exigences sont élevées, mais une personne qui n’a pas de formation particulière mais qui suit celle du WAN et fait preuve de créativité et de motivation, peut très bien rejoindre nos effectifs ».
    La Sonaca recherche également des cadres (3 à 5 par an) pouvant gérer des ateliers entiers. En clair, superviser des équipes allant de 100 à 500 personnes. Outre la formation technique requise, les candidats doivent forcément présenter des compétences en matière de management, de leadership et de gestion des organisations syndicales. « On parle ici de gestion quotidienne, mais également d’excellence opérationnelle et d’amélioration continue », poursuit Bernard Delvaux. « L’idée est de faire progresser l’usine pour rester performant et diminuer les coûts de production ».
    Pour son bureau d’études et de développement, la Sonaca recrute régulièrement des ingénieurs industriels ou civils ayant des compétences en conception, design 3D et résistance des structures. « Nous avons également beaucoup de mal à dénicher des personnes issues du monde technique mais disposant de compétences de gestion de projets, avec une fibre plus managériale. Si les études d’ingénieurs sont parmi les meilleures du monde en Belgique, elles ne préparent pas vraiment à ce métier », ajoute Bernard Delvaux.
    Outre le côté « sexy » des métiers proposés par la Sonaca, l’entreprise offre des possibilités d’ascension et de mobilité (parfois internationale) à ses ouvriers, employés et cadres. Exportant 99% de sa production, elle affiche un faible turn-over, preuve que l’emploi y est désormais stable. « Nous souffrons cependant de la pression sociale existant en Belgique », déplore l’administrateur délégué. « Nos clients sont puissants et peu nombreux. Ils peuvent donc mettre la pression sur les marges bénéficiaires. La tentation de quitter l’Europe pour sous-traiter au sein de pays émergents est donc grande. La délocalisation n’est pas une ambition de la Sonaca, mais les chiffres sont là.

    L’Etat devrait envisager de réduire les charges sociales, comme le Brésil l’a fait pour maintenir les industries sur son territoire. C’est une réflexion que nos responsables doivent avoir d’urgence ».

    Source: jobsregions.be

    Plus d'informations: ICI

  • Emplois: La Sonaca recrute...

    sans-titre.png

                                Accès au site en un clic, ICI