société

  • A la une de la Nouvelle Gazette de Charleroi du 15 octobre 2016:ENFIN UN ACCORD SUR LE BUDGET - Un certificat de complaisance en 3 minutes

    pont-à-celles,sudinfo,vandeplas,johnny,une,charleroi,sudpresse,nouvelle,gazette

  • Société: Voici les 20 sites les plus secrètement visités sur votre lieu de travail

    Rédaction en ligne

    Les employeurs commencent tout doucement à en voir ras-le-bol: sur son lieu de travail, un travailleur consulte de plus en plus de sites... pour son plaisir personnel.

    D'où, évidemment, une baisse de productivité.

    Le site Référence a publié la liste des 20 sites les plus secrètement visités en France, sur base d’une enquête d’Olfeo:

    1. Facebook

    2. Youtube

    3. Wikipédia

    4. Le Bon Coin

    5. Yahoo Actu

    6. Windows live MSN

    7. Comment ça marche

    8. Amazon

    9. Blogger

    10. L’Internaute

    11. Dailymotion

    12. Overblog

    13. Linkedin

    14. Auféminin

    15. Pages jaunes

    16. France Télévisions

    17. Le Figaro

    18. Programme-tv.net

    19. Allociné

    20. Française des Jeux

  • Fun: Un quart des femmes pensent que le pénis moyen dépasse les 17 cm en érection

    Le porno véhicule des idées fausses et, parmi elles, le stéréotype de la taille moyenne du sexe masculin en érection. Un quart des femmes pensent ainsi à tort qu’elle est de 17 centimètres, tandis que les hommes sont plus réalistes...

    DR

    Un sondage Ifop révèle que la consommation grandissante des films pornographiques en streaming a changé notre vision de la sexualité. Ainsi, 60 % des Français auraient déjà visionné ce genre de vidéos en ligne, tandis qu’un sur dix le fait régulièrement. Parmi les stéréotypes que véhicule malheureusement le porno, on retrouve bien entendu la taille du sexe masculin en érection.

    Les femmes semblent également influencées par la culture du X puisque 24 % d’entre elles pensent que la taille d’un pénis en érection dépasse en moyenne les 17 centimètres. Les hommes, plus réalistes concernant leur appareil reproducteur, sont 20 % à penser que la véritable moyenne se situe autour des 15,5 centimètres.

  • Pont-à-Celles droit de réponse: Les dix Roumains ne travaillaient pas au noir !

    Capturer.JPG

    La société RG Group réagit à un article paru dans nos éditions du 6 février dernier.

    Les huit (chiffre exact) travailleurs roumains contrôlés par la zone de police Brunau le 4 février 2014 sur un chantier ouvert place du Marais à Pont-à-Celles étaient,  contrairement à ce qu’affirmait l’article, tous déclarés.

    Ils ne se sont d’ailleurs pas enfuis à l’arrivée de la police et se sont présentés dans les dix minutes au commissariat de Pont-à-Celles pour une vérification plus approfondie tel que cela leur avait été demandé.

    La sprl RG Group, très active dans la région de Pont-à-Celles, qui recourt aux services des personnes concernées, a rencontré le 5 février 2014 les services de l’auditorat du travail de Charleroi afin de confirmer la régularité de la situation des personnes contrôlées.

    La maison vétuste qui figurait en photo dans l’article a été acquise par RG Group, qui la transforme actuellement en deux appartements et un espace commercial au rez-de-chaussée, avec pour effet une redynamisation du quartier.

  • Société, une quinzaine d'alertes à la bombe depuis le mois de janvier

    bombe, société, gosselies, pont-a-cellesChaque année, l’arrondissement judiciaire de Charleroi comptabilise, en moyenne, une bonne dizaine d’alertes à la bombe. Depuis janvier, une quinzaine a ainsi été enregistrée. L’année dernière, les faits s’élevaient à 16. En 2011, à 17. Et, en 2010, à 12. Les lieux de prédilection des « poseurs » de bombe ? Les gares, les aéroports, le palais de justice et bien évidemment les écoles.

    er matin, une affiche portant la mention « tic-tac, alerte à la bombe » a été retrouvée sur une porte de l’Institut Saint-Anne, installé à la rue Circulaire, à Gosselies. La direction a fait appel à la police locale de Charleroi qui a évacué les 1.200 élèves par mesure de prudence. Finalement, aucun engin explosif n’a été découvert lors de la fouille des bâtiments mais l’école est tout de même restée fermée hier.

    Le jeudi 28 novembre, une autre école de la région, l’Institut Sainte-Marie de Châtelet, a également fait les frais d’une fausse alerte à la bombe. Un appel anonyme signalant l’explosion imminente d’une bombe a provoqué un véritable branle-bas de combat. La police locale de Châtelet-Aiseau-Farciennes a ainsi fait évacuer les trois implantations de l’établissement. Soit environ 300 élèves. Après la fouille des bâtiments, aucun engin explosif n’avait été découvert.

    Cette situation n’est malheureusement pas isolée au Pays Noir. Chaque année, l’arrondissement judiciaire de Charleroi comptabilise, en moyenne, une bonne dizaine d’alertes à la bombe. Depuis janvier, une quinzaine a ainsi été enregistrée. L’année dernière, les faits s’élevaient à 16. En 2011, à 17. Et, en 2010, à 12. Les lieux de prédilection des « poseurs » de bombe ? Les gares, les aéroports, le palais de justice et bien évidemment les écoles.

    Fort heureusement, la très très grande majorité du temps, ces fameuses alertes à la bombe se dégonflent. Elles se révèlent fausses.

    Par contre, fausse ne veut pas dire que la justice lâche l’affaire. Bien au contraire, en fait. Du côté du parquet de Charleroi, on ne minimise absolument pas ces blagues d’un goût plus que douteux. Pour chacun des cas, une enquête est en effet ouverte, les auteurs sont activement recherchés. Et, les sanctions qu’ils encourent sont bien loin d’être une plaisanterie… Les personnes responsables de ces méfaits s’exposent tout bonnement à une peine de prison allant de trois mois à deux ans de prison ! De quoi réfléchir à deux fois avant de faire une « farce » de ce type…

    Plus d’infos dans La Nouvelle Gazette de ce mardi 10 novembre !