smartphone

  • Les smartphones et autres objets technologiques ont déjà tué 50 fois cette année

     

    station-recharge-iphone-5.jpg

    Cette année, 50 personnes ont déjà perdu la vie à la suite de l’incendie de leur domicile, nous dit Tim Renders, expert du SPF Intérieur. Un nombre en augmentation par rapport aux années précédentes.

    Le feu se déclarerait le plus souvent à la suite d’une surchauffe de certains objets technologiques comme les smartphones ou les tablettes, rapportaient hier «De Standaard» et «Het Nieuwsblad». Qu’en est-il vraiment? Selon Marc Gilbert, président de la Fédération royale des corps de sapeurs-pompiers de Belgique, «oui il y a une recrudescence du nombre d’incendies, mais non, en aucun cas nous ne pouvons lier cela aux smartphones et autres».

    «Sur les produits d’origine, le risque est vraiment minime. Le vrai danger, c’est le matériel de remplacement, batterie, chargeur et autres, que les gens se procurent à bas prix, notamment sur Internet. Ces produits copiés ou universels ne sont ni gages de qualité, ni de sécurité», explique Yung-Do, responsable technique depuis plus de 20 ans chez Mister Genius. Il faut éviter de les poser sur des surfaces où ils ne peuvent pas respirer (coussins, lit) et enlever la poussière intérieure, car sinon ils chauffent anormalement et le risque d’incendie existe.

    source sudpresse.be

  • ATTENTION :Ne dormez pas avec votre GSM! L'iPhone de cette jeune femme a brûlé sur son sein gauche alors qu'elle dormait (Les photos sont impressionnantes)

     

    brulé par gsm.JPG

    Dormir avec son smartphone allumé dans son lit, ce n’est pas forcément une bonne idée. Cette jeune femme de 24 ans en a fait l’amère expérience : elle a été brûlée au 2e degré sur son sein gauche.

    Dionne Baxter, 24 ans, raconte ainsi son histoire au tabloïd britannique The Sun, également rapportée par le Daily Mail. Cette Britannique, venue de l’Essex, avait laissé son iPhone en train de charger, dans son lit. La jeune maman ne s’attendait certainement à ce que celui-ci chauffe et vienne la brûler au deuxième degré !Dionne Baxter, 24 ans, raconte ainsi son histoire au tabloïd britannique The Sun, également rapportée par le Daily Mail. Cette Britannique, venue de l’Essex, avait laissé son iPhone en train de charger, dans son lit. La jeune maman ne s’attendait certainement à ce que celui-ci chauffe et vienne la brûler au deuxième degré !

    Plus d'informations ICI

  • Votre smartphone peut causer un incendie: 50 morts en 2013!

     

    incendie.jpg

    Cette année, 50 personnes ont déjà perdu la vie à la suite d'un incendie déclaré à domicile, nous dit Tim Renders, expert du SPF Intérieur. Un nombre en augmentation par rapport aux années précédentes. Le feu se déclarerait le plus souvent à la suite d'une surchauffe de certains objets technologiques comme les smartphones ou les tablettes, rapportaient hier "De Standaard" et "Het Nieuwsblad". Qu’en est-il vraiment ?

    Selon Marc Gilbert, président des pompiers de Belgique : «oui il y a une recrudescence du nombre d’incendies, mais non, en aucun cas nous ne pouvons lier cela aux smartphones et autres ». Mais les accidents arrivent. En 2009, Patricia Freson laisse charger son ordinateur portable toute la nuit, sur un pouf du salon. La chaleur du transformateur s’est intensifié et le pouf à pris feu, entrainant l’embrasement de sa maison. Comment est-ce possible ?« Sur les produits d’origine, le risque est vraiment minime. Le vrai danger, c’est le matériel de remplacement, batterie, chargeur et autres, que les gens se procurent à bas prix, notamment sur Internet. Ces produits copiés ou universels ne sont ni gages de qualité, ni de sécurité », explique Yung-Do, responsable technique depuis plus de 20 ans chez Mister Genius. « Les batteries GSM d’origine par exemple ont un système de sécurité qui coupe la charge lorsque le GSM est chargé, même s’il reste branché. Ca évite les surchauffes. Mais cette sécurité est retiré des copies, pour diminuer leur prix », explique Yung-Do. La batterie peut alors chauffer anormalement, gonfler et faire exploser le GSM. « C’est la même chose pour les chargeurs de GSM ou d’ordinateur portable. A bas prix ils sont de mauvaise qualité, ils vieillissent plus vite. Comme ils sont branchés directement sur circuit, il y a un risque qu’ils s’embrasent et alors qu’un incendie se propage».

     

    Dans tous les cas, soyez prudents.

     

    Achetez de préférences des produits certifiés. En cas de défaillances, faites-réparer vos appareils chez un réparateur agrée. N’essayez pas par vous-même. Eviter la surchauffe de vos appareils en les gardant dans un endroit frais et sec. « Lorsqu’il fait trop chaud ou humide, les batteries GSM gonflent et peuvent exploser. Pour les ordinateurs portables, le risque vient du manque d’aération ». Il faut éviter de les poser sur des surfaces où ils ne peuvent pas respirer (coussins, lit), enlever la poussière intérieure, car sinon ils chauffent anormalement et le risque incendiaire existe.

     

    Les tops marques selon Yung-Do :

     

    Pour les GSM : les Samsung. Les moins : les iPhone d’Apple ou les Nokia.

    Pour les ordinateur portable : Les Lenovo d’IBL

  • Danger du GSM ou smartphones au volant ! : Elle se tue en voiture juste après un post sur Facebook

     

    image.jpgAlors qu’elle conduisait, Courtney Sanford (32 ans) a voulu faire savoir à tous ses amis combien elle était heureuse d’écouter la chanson « Happy » de Pharrell Williams. La jeune femme a donc posté un message sur Facebook.

    Quelques secondes plus tard, la conductrice, originaire de Clemmons (Caroline du Nord), franchissait avec son véhicule la ligne séparation les bandes de circulations sur l’Interstate Business 85, un tronçon reliant plusieurs autoroutes. Elle a percuté de plein fouet un camion venant en sens inverse. Courtney Sanford a été tuée sur le coup.

    Pour la police, il n’y a aucun doute : l’accident a été provoqué par un moment d’inattention lors de l’utilisation de son téléphone portable.

  • Pl@ntNet : l'application smartphone qui identifie les végétaux

    C'est le Shazam des plantes ! Mis au point par l'Inria, l'Inra, le Cirad et l'IRD, ce programme de reconnaissance d'images profite tant aux chercheurs qu'aux particuliers.

    reconnplante.JPG

    Qui, lors d’une ballade, ne s’est jamais demandé quel nom pouvait bien porter telle fleur, telle herbe, tel arbre ? Aujourd’hui, la réponse est dans la poche, ou plutôt dans le téléphone. L’application Pl@ntNet la fourni en une photo et quelques clics.

    Pl@ntnet est le fruit d’une collaboration de trois ans entre l'INRIA, l’Inra, le Cirad et l’IRD (agronomie tropicale), l’Inria (Informatique et sciences du numérique) et le réseau de botanistes amateurs Tela Botanica. Le projet est financé par Agropolis Fondation. Le principe: utiliser les possibilités des téléphones mobiles qui savent à la fois photographier et communiquer avec les serveurs Internet.

    BASE DE DONNÉES. Les photos prises en pleine nature d’une feuille, d’une écorce, d’une fleur ou d’un fruit sont transmises à une base de données regroupant, à terme, la totalité des 5000 espèces que compte la flore européenne. Aujourd'hui, Pl@ntnet fonctionne sur 800 espèces.

    "Les images sont alors passées à la moulinette d'un algorithme qui va les déformer (rotations, changements d'échelle...) afin d'en extraire les invariances" explique Alexis Joly, chercheur à l'INRIA Sophia-Antipolis, en charge du développement de ce programme.

    Pour plus d'info voir ICI