sam

  • Charlie Hebdo: Sam de Sudpresse est «effondré»

    K. F.

    Samuel et ses dessins sont bien connus des lecteurs de Sudpresse. Chaque jour, c’est ce caricaturiste bruxellois qui croque dans nos pages l’actu nationale et internationale. Évidemment, ce qui s’est passé mercredi à Paris l’a profondément choqué. «  Je suis effondré  », dit celui qui connaissait bien Cabu, célèbre dessinateur de Charlie Hebdo, une des douze victimes de l’attaque. «  En fait, chaque fois que j’allais à Paris, on se voyait. On mangeait ensemble, on parlait dessins et politique  », raconte Samuel.

    
Sam en bas à droite avec Cabu, Tignous, Coco et Wozniak.

    D’ailleurs, en forme d’hommage, il a publié sur sa page Facebook une photo de lui avec Cabu ou encore Tignous, autre victime de ce funeste mercredi. «  Avec Cabu, nous nous sommes rencontrés il y a quelques années, lors d’une conférence à Lille sur le dessin de presse. Cabu a vu mes dessins, il les a appréciés. Il m’a ensuite fait venir à Charlie Hebdo.  » D’ailleurs, Samuel a publié depuis Bruxelles quelques dessins dans Charlie Hebdo. Et il se souvient aussi du jour où il a assisté à une réunion de rédaction. Bouillonnante. «  À l’époque, c’était Philippe Val qui était à la tête du journal. Lui était pro-israélien. En face, il y avait des Charb, Tignous, Cabu qui ne l’étaient pas. Et tout cela suscitait un débat assez riche.  »

    Mercredi, lorsque Samuel a appris la nouvelle, il a directement pris son GSM pour appeler son ami. «  Ça ne répondait pas. Alors que d’habitude, il décrochait. Cabu, c’était un gars vraiment accessible, simple, gentil  ». À l’image de son look d’ado bien élevé, avec sa coupe au bol et ses lunettes rondes. Cabu, gentil dans la vie, mais acerbe dans ses caricatures. «  Il n’avait de gentillesse pour personne dans ses dessins  », reprend Samuel. Et avant d’être ciblé par les fondamentalistes musulmans, «  Charlie était attaqué régulièrement en justice par les extrémistes juifs et cathos. Mais l’équipe continuait, ils étaient opiniâtres.  »

    Samuel, le juif, a mal pour la communauté musulmane. «  Ce n’est pas facile d’être musulman aujourd’hui. Les islamophobes ont commencé à établir des raccourcis.  » En réponse à ces derniers, Sam est devenu sur Facebook «  Je suis Ahmed  », après avoir été «  Je suis Charlie  », afin de saluer la mémoire de toutes les victimes de l’attentat.