retard

  • A la une de la Nouvelle Gazette de Charleroi du 11 avril 2017

    pont-à-celles,sudinfo,vandeplas,johnny,une,charleroi,sudpresse,nouvelle,gazette

  • Utilisateurs de la SNCB : Attention aux nombreux retards suite aux conditions climatiques.

    Les trains ont connu des retards importants dans la soirée de mercredi et c’est à cause… de la canicule. On a enregistré des retards de 10 à 15 minutes sur certaines lignes, mais dans les cas les plus graves, c’était même 2 heures de retard. Mais pourquoi les trains souffrent-ils de la chaleur ?

    En fait, ce ne sont pas les trains qui souffrent de la chaleur, mais les rails. Sous l’effet de la température, ils ont tendance à se dilater. C’est ce qu’a expliqué un porte-parole d’Infrabel au journal Le Soir  : «  Quand le soleil tape fort, comme cela a été le cas aujourd’hui (mercredi, NDLR), la température est de 10 ºC supérieure au niveau du rail. Avec des températures de 50 ºC, le métal a une propension à se dilater, d’environ 7 cm tous les 100 mètres. Et le rail serpente  ». Il faut donc que les équipes techniques procèdent à des contrôles.

    En outre, à Vilvorde, une caténaire s’est brisée sous l’effet de la chaleur, là aussi.

    Plus d'infos ICI

  • Attention ce lundi 16 mars forte perturbation à la SNCB

    pont-à-celles,une,nouvelle,gazette,charleroi,sncb,retard

    un clic sur l'image pour l'agrandir 

    pont-à-celles,une,nouvelle,gazette,charleroi,sncb,retard

  • 11 août à 10h30: Attention si vous voyagez en train entre Bruxelles-Namur-Arlon ou Dinant ?

    Capturer.JPG

  • Retard : la SNCB a versé 1,6 million d’euros

    Capturer.JPG

    Les navetteurs ont introduit davantage de demandes de compensations pour les trains en retard l’an dernier, selon le rapport annuel de la SNCB. L’entreprise ferroviaire a reçu 105.531 demandes, un tiers en plus qu’en 2012, et les montants versés ont grimpé de 22%, à 1,6 million d’euros. La SNCB attribue cette augmentation à l’année noire en termes de ponctualité. Sur l’entièreté de 2013, seuls 85,6% des trains étaient à l’heure ou accusaient un retard de six minutes maximum, soit le pire résultat enregistré sur les quinze dernières années.

  • La SNCB utilise une photo de l'ouragan Sandy en 2012 pour expliquer le retard d'un train

    Les responsables du compte Twitter de la SNCB pensaient-ils faire de l’humour en postant cette photo d’un trampoline dans les lignes électrifiées d’une ville du Connecticut, lors du passage de l’ouragan Sandy en 2012 ? Ce cliché a en tout cas été mal accueilli sur le réseau social.

    
La photo originale, prise à Milford, aux Etats-Unis, le 29 octobre 2012.

    La photo originale, prise à Milford, aux Etats-Unis, le 29 octobre 2012.

    Ce mercredi 12 février, à 18h48, la SNCB a twitté une photo d’un trampoline dans des lignes électrifiées. Le cliché est centré sur le trampoline en hauteur, sans plus de précision, si ce n’est ce message : « Ce trampoline perdu est la raison pour laquelle la circulation sur la #L69 (ligne 69, Courtrai-Poperinge, NDLR) était perturbée ce soir ».

    On sait que le vent soufflait jusqu’à plus de 80 km/h dans la région ce mercredi soir mais de là à emporter un trampoline d’une telle taille jusque dans des lignes électrifiées dans les airs…

    Mais cette photo publiée par le compte Twitter de la SNCB, comme le révèle Jean-Philippe Wery sur ce même réseau, n’est pas du tout une photo prise en Belgique ce mercredi soir ! Elle a été prise par le centre météorologique de Milford, dans le Connecticut, aux Etats-Unis, lorsque l’orage Sandy a traversé la côte Est des Etats-Unis. La photo avait fait le tour du monde à l’époque…

    Le compte Twitter de la SNCB ne semble pas avoir tenu compte des remarques de ces utilisateurs de Twitter et n’a pas fait d’autre communication sur cette photo actuellement. Mais la publication de ce tweet n’a pas fait rire tout le monde, surtout après une catastrophe météorologique qui a touché des centaines de milliers de personnes en octobre et novembre 2012 et qui a coûté la vie à 210 personnes aux Etats-Unis, au Canada et dans les Caraïbes

  • RailTime désormais aux mains de la SNCB

    railtime.JPG

     

    Constamment enrichi au cours de ses 5 dernières années d'existence, le site RailTime et ses très populaires "applications pour smartphones et tablettes", sont devenus le compagnon de voyage de centaines de milliers d'usagers du rail.

     

    En 5 ans, pas moins de 7 versions et autant d'améliorations

    Lancé en janvier 2009 sous la forme d'un site Internet, RailTime fournissait alors un module de recherche et un bandeau d'information des perturbations majeures. Une nouvelle manière de planifier au mieux, depuis le bureau ou son salon, un déplacement en train...

    Très vite, Infrabel a dû répondre aux demandes de voyageurs de plus en plus exigeants, soucieux d'être informés constamment et où qu'ils soient. Le site a alors évolué proposant, mi-2009, une version mobile. Dans le même temps, le contenu a lui aussi été enrichi avec des informations plus détaillées (notamment sur la nature des incidents) et une plus grande interactivité (ajout, entre autres exemples, d'un formulaire d'évaluation). Railtime est aussi devenu polyglotte avec l'apparition, en 2010, de versions en allemand et en anglais.

    L'arrivée, en novembre 2011, des applications pour smartphones et tablettes a permis à Railtime d'encore gagner en ergonomie et de s'imposer auprès des usagers du rail.

    Smartphones et tablettes, les éléments d'un succès

    En moyenne, le site RailTime enregistre chaque jour 70.000 visites; principalement lorsqu'il s'agit de planifier le retour à la maison puisque le pic de consultations se situe entre 15h et 17h.

    Complément devenu indispensable du site: les applications gratuites. Tous systèmes d'exploitation confondus, ils sont en moyenne près de 28.000 à consulter quotidiennement par ce biais les informations mises à leur disposition par Infrabel (Smartphones 59% des connections; tablette 41%). Les propriétaires d'IPhone ou IPad semblent être les plus friands de Railtime: depuis son lancement, l'application a ainsi été téléchargée 302.000 fois au départ de l'App Store. Viennent ensuite les adeptes d'Android: 145.000 téléchargements. Enfin, Windows - encore tout récemment enrichi d'une « App Windows 8 » - compte 37.500 utilisateurs.

    D'Infrabel à la « New SNCB »

    Dès ce 1er janvier 2014, et comme le prévoit la réforme du Groupe SNCB, c'est à la «New SNCB» que reviendra l'exclusivité d'informer les voyageurs. L'occasion pour les collaborateurs d'Infrabel qui ont développé puis enrichi Railtime (et ses déclinaisons) de remercier les utilisateurs. Pour leur confiance, d'abord, mais aussi pour leur constante contribution à l'amélioration de cet outil au service du public.
    Aucun changement n'est à prévoir pour l'utilisateur de RailTime car, sous le contrôle de la SNCB, la qualité des services fournis sera garantie.
    Source:SNCB/NMBS