recrute

  • IKEA recrute....

    pont-à-celles,nouvelle,gazette,charleroi,vandeplas,johnny,ikea,emploi,recrute

    pont-à-celles,nouvelle,gazette,charleroi,vandeplas,johnny,

    pont-à-celles,nouvelle,gazette,charleroi,vandeplas,johnny,ikea,emploi,recrute

    Acces au site, un clic ICI (lorsque vous êtes sur la page cliquez sur "découvrez nos emplois disponibles"

  • La Sonaca recrute en permanence

                 

    C’est à Gosselies que se situent le centre de décisions et les usines de la Sonaca, leader mondial dans la conception, la production et l’assemblage des parties mobiles des ailes d’avion.

     

    Spécialisée dans les bords d’attaque d’ailes depuis sa fondation en 1931, l’entreprise qui emploie plus de 1.600 personnes sur son site carolorégien s’est diversifiée pour explorer le domaine spatial et les activités dites de défense à travers les avions sans pilote.
    Présente au Brésil, au Canada et en Chine, elle dispose, en Belgique, d’un bureau d’études de 350 ingénieurs, qui réalise l’entièreté de la conception de nouveaux projets à destination des principaux avionneurs : Airbus, Embraer, Dassault, Bombardier….
    Considéré comme LE partenaire de confiance, le groupe Sonaca a été choisi comme partenaire pour presque tous les nouveaux avions en cours de conception. Travailler dans cette entreprise de pointe n’est pourtant pas réservée qu’à une élite d’intellectuels. Bien entendu, de nombreux ingénieurs composent le bureau d’études et de développement mais la production nécessite également une main-d’oeuvre en « col bleu ». « Un boulanger peut très bien devenir en quelques mois un spécialiste de l’ajustage en aéronautique », affirme Bernard Delvaux, l’administrateur délégué de la Sonaca. «Chaque année, nous engageons plusieurs dizaines d’ouvriers en fonction de la conjoncture, pour la production de pièces mobiles d’aile et du fuselage. Grâce au support du WAN, nous parvenons à trouver les profils que nous recherchons. Bien sûr, nos exigences sont élevées, mais une personne qui n’a pas de formation particulière mais qui suit celle du WAN et fait preuve de créativité et de motivation, peut très bien rejoindre nos effectifs ».
    La Sonaca recherche également des cadres (3 à 5 par an) pouvant gérer des ateliers entiers. En clair, superviser des équipes allant de 100 à 500 personnes. Outre la formation technique requise, les candidats doivent forcément présenter des compétences en matière de management, de leadership et de gestion des organisations syndicales. « On parle ici de gestion quotidienne, mais également d’excellence opérationnelle et d’amélioration continue », poursuit Bernard Delvaux. « L’idée est de faire progresser l’usine pour rester performant et diminuer les coûts de production ».
    Pour son bureau d’études et de développement, la Sonaca recrute régulièrement des ingénieurs industriels ou civils ayant des compétences en conception, design 3D et résistance des structures. « Nous avons également beaucoup de mal à dénicher des personnes issues du monde technique mais disposant de compétences de gestion de projets, avec une fibre plus managériale. Si les études d’ingénieurs sont parmi les meilleures du monde en Belgique, elles ne préparent pas vraiment à ce métier », ajoute Bernard Delvaux.
    Outre le côté « sexy » des métiers proposés par la Sonaca, l’entreprise offre des possibilités d’ascension et de mobilité (parfois internationale) à ses ouvriers, employés et cadres. Exportant 99% de sa production, elle affiche un faible turn-over, preuve que l’emploi y est désormais stable. « Nous souffrons cependant de la pression sociale existant en Belgique », déplore l’administrateur délégué. « Nos clients sont puissants et peu nombreux. Ils peuvent donc mettre la pression sur les marges bénéficiaires. La tentation de quitter l’Europe pour sous-traiter au sein de pays émergents est donc grande. La délocalisation n’est pas une ambition de la Sonaca, mais les chiffres sont là.

    L’Etat devrait envisager de réduire les charges sociales, comme le Brésil l’a fait pour maintenir les industries sur son territoire. C’est une réflexion que nos responsables doivent avoir d’urgence ».

    Source: jobsregions.be

    Plus d'informations: ICI

  • Emploi: La commune de Pont-à-Celles recrute ....

     

    logo pont-à-celles.pngCOMMUNE DE PONT-A-CELLES RECRUTEMENT D’UN DIRECTEUR FINANCIER (H/F)(STATUTAIRE - TEMPS PLEIN)

     

    DESCRIPTION DE LA FONCTION :

    Le Directeur financier est l’un des plus hauts fonctionnaires de l’Administration et un acteur principal dans la gestion de l’Administration.

     

    Le Directeur financier assume une fonction de conseiller financier et économique. Ce rôle de conseiller financier implique qu’il remette un avis de légalité, obligatoire ou d’initiative, sur toute question ayant une incidence financière pour la Commune.


    Il doit jouer un rôle dynamique notamment en matière de projets financiers et de marchés publics.

    Il se voit par ailleurs confier les missions d’effectuer les recettes de la commune et d’’acquitter sur mandat les dépenses.


    Enfin, le Directeur financier a aussi un rôle non négligeable dans le cadre du système de contrôle interne mis sur pied par le Directeur général: il est ainsi chargé de l'utilisation efficace et économique des ressources, de la protection des actifs et de fournir, au Directeur général, des informations financières fiables.

    Cette fonction, au sein de la Commune de Pont-à-Celles, pourra évoluer et acquérir un caractère commun à la Commune et au CPAS (avec un volume de travail plafonné à 125% et une rémunération proportionnelle).

    Le site de pont-a-celles.be

     

  • La SNCB-NMBS, recrute des accompagnateurs de train (H/F)

    Avis 37 H-HR du 30 janvier 2014

    L’accompagnateur de train joue un rôle essentiel au sein des Chemins de fer belges. Il est le contact le plus important avec le client. Devenir accompagnateur de train, c’est choisir un métier de passion orienté client et taillé sur mesure pour tous ceux qui, en plus, apprécient les avantages des horaires irréguliers.

    Votre job

    Un accompagnateur de train est l’ambassadeur de la SNCB auprès de la clientèle. Lorsque le train se trouve en gare, il doit assurer l'accueil des clients. Il prend toutes les mesures nécessaires afin d'assurer leur sécurité. En cours de route, il se met autant que possible à leur disposition pour fournir les informations nécessaires. L'accompagnateur vend aussi les titres de transport, les contrôle et constate les irrégularités. A côté de cela il assure aussi certaines tâches administratives.

     

    Votre profil

    • Vous avez une fibre commerciale affûtée et votre présentation est irréprochable.
    • Vous avez un sens aigu du contact humain.
    • Vous êtes diplomate, courtois et vous avez le respect de l’autre.
    • Vous vous exprimez avec facilité dans les deux langues nationales et vous aimez le contact avec la clientèle.
    • Vous êtes dynamique et prenez volontiers des initiatives.
    • Vous affrontez les situations de stress avec maîtrise.
    • Vous appréciez la flexibilité des horaires irréguliers et travailler les week-ends et jours fériés ne vous fait pas peur.
    • Vous mesurez au moins 1,60 m.
    • Vous avez la nationalité belge.

     

    Votre diplôme

    • Un certificat d'enseignement secondaire supérieur ou équivalent (dans l’enseignement professionnel, ce diplôme peut être obtenu après une septième année) OU
    • Un titre ou une attestation de réussite délivré par l'enseignement secondaire supérieur de promotion sociale après un cycle d'au moins 750 périodes et jugé équivalent au certificat homologué précité.

     

    Nous vous offrons

    • Un travail varié avec une position-clé dans la relation avec la clientèle.
    • Un emploi statutaire avec des perspectives de carrière.
    • Un environnement de travail agréable et varié.
    • Une formation adéquate. Comme le métier d’accompagnateur de train ne s’apprend pas sur les bancs de l’école, nous investissons beaucoup dans la formation. Vous recevrez d’abord durant 5 mois une formation rémunérée que vous perfectionnerez ensuite sur le terrain.
    • Une rémunération attrayante. Un accompagnateur de train débutant et isolé gagne environ 1.480 euros par mois (net). Après 4 ans, ce montant est majoré et atteint 1.732 euros par mois. Outre le traitement, vous percevez également des primes de productivité et des chèques-repas d’une valeur de 5,50 euros. Vous avez droit à une allocation pour le travail de nuit, du samedi et du dimanche. Dès que vous réussissez l’examen Selor (niveau 2), vous touchez une allocation de bilinguisme. Enfin, vous recevez également une prime annuelle et un pécule de vacances.
    • Encore plus d'avantages

     

    Les étapes de la sélection

    HR Rail organise régulièrement des sessions d'information obligatoires. A cette occasion, vous serez invité à participer à un test linguistique éliminatoire en néerlandais qui vous permettra, si les résultats sont satisfaisants, de poursuivre les tests de sélection. Nous vous inviterons ensuite à des tests psychoprofessionnels sur ordinateur (éliminatoires). Ensuite vous serez convié à un entretien destiné à évaluer votre motivation et votre adéquation avec le profil recherché. Votre connaissance orale de la deuxième langue nationale sera également testée lors de cet entretien. Une visite médicale suivra cet entretien et terminera la procédure de sélection. Dès réception de vos documents administratifs (un extrait du casier judiciaire, un extrait d’acte de naissance…), vous pourrez être recruté.

     

    Autre info

    Des informations complémentaires peuvent être obtenues auprès de Madame Valérie Barbey par E-Mail valerie.barbey@hr-rail.be ou par téléphone au n° suivant : 02/526 36 53.

    Pour vous inscrire à cette épreuve vous pouvez clicquer sur l'onglet "Postulez maintenant" se trouvant dans le bas de la page.