railtime

  • La SNCB ferme le service Railtime

    Le 17 avril prochain, les applications iOS, Android, Windows Phone ainsi que le site web de Railtime, pourtant appréciés et très utilisés, disparaîtront.

     

    railtime

    La réforme des services ferroviaires belges, entrée en vigueur le premier janvier 2014, a eu pour conséquence le transfert des services d’informations au navetteur d’Infrabel vers la SNCB. A l’époque, un communiqué aux allures funestes se terminait par ces mots : « les collaborateurs d’Infrabel qui ont développé puis enrichi Railtime (et ses déclinaisons) remercient les utilisateurs. Pour leur confiance, d’abord, mais aussi pour leur constante contribution à l’amélioration de cet outil au service du public. ». Il ne faisait aucun doute sur le futur du produit, la SNCB disposant déjà d’applications mobiles et d’un site web diffusant le même type de données.

    A partir du 17 avril, le site railtime.be dirigera automatiquement ses visiteurs vers sncb.be. L’entreprise estime que ses logiciels pour smartphones ont intégré progressivement les fonctions de Railtime. Elle retirera donc les éléments publiés par Infrabel sur les différents kiosques mobiles, désactivera les flux alimentant les interfaces et invitera les navetteurs à n’utiliser que les applications SNCB.

    Lancé en 2009, Railtime a connu un succès foudroyant de par sa simplicité d’utilisation, qui a été traduite fin 2011 par des applications relativement bien réalisées. La possibilité d’être réveillé à l’approche de la destination et la sauvegarde des numéros de train pour trouver rapidement son trajet régulier sont deux fonctions qui ont contribué au succès du service et qui ne seront pas transposées dans les équivalents de la SNCB. Fin 2013, 70.000 visites uniques étaient constatées chaque jour sur le site et 28.000 utilisateurs exploitaient quotidiennement le canal mobile (59% sur smartphone et 41% sur tablette). Toutes plateformes confondues, 500.000 exemplaires des applications ont été installés.

    Source: geeko sur lesoir.be

     

     

     

     

     

     

     

     

  • RailTime désormais aux mains de la SNCB

    railtime.JPG

     

    Constamment enrichi au cours de ses 5 dernières années d'existence, le site RailTime et ses très populaires "applications pour smartphones et tablettes", sont devenus le compagnon de voyage de centaines de milliers d'usagers du rail.

     

    En 5 ans, pas moins de 7 versions et autant d'améliorations

    Lancé en janvier 2009 sous la forme d'un site Internet, RailTime fournissait alors un module de recherche et un bandeau d'information des perturbations majeures. Une nouvelle manière de planifier au mieux, depuis le bureau ou son salon, un déplacement en train...

    Très vite, Infrabel a dû répondre aux demandes de voyageurs de plus en plus exigeants, soucieux d'être informés constamment et où qu'ils soient. Le site a alors évolué proposant, mi-2009, une version mobile. Dans le même temps, le contenu a lui aussi été enrichi avec des informations plus détaillées (notamment sur la nature des incidents) et une plus grande interactivité (ajout, entre autres exemples, d'un formulaire d'évaluation). Railtime est aussi devenu polyglotte avec l'apparition, en 2010, de versions en allemand et en anglais.

    L'arrivée, en novembre 2011, des applications pour smartphones et tablettes a permis à Railtime d'encore gagner en ergonomie et de s'imposer auprès des usagers du rail.

    Smartphones et tablettes, les éléments d'un succès

    En moyenne, le site RailTime enregistre chaque jour 70.000 visites; principalement lorsqu'il s'agit de planifier le retour à la maison puisque le pic de consultations se situe entre 15h et 17h.

    Complément devenu indispensable du site: les applications gratuites. Tous systèmes d'exploitation confondus, ils sont en moyenne près de 28.000 à consulter quotidiennement par ce biais les informations mises à leur disposition par Infrabel (Smartphones 59% des connections; tablette 41%). Les propriétaires d'IPhone ou IPad semblent être les plus friands de Railtime: depuis son lancement, l'application a ainsi été téléchargée 302.000 fois au départ de l'App Store. Viennent ensuite les adeptes d'Android: 145.000 téléchargements. Enfin, Windows - encore tout récemment enrichi d'une « App Windows 8 » - compte 37.500 utilisateurs.

    D'Infrabel à la « New SNCB »

    Dès ce 1er janvier 2014, et comme le prévoit la réforme du Groupe SNCB, c'est à la «New SNCB» que reviendra l'exclusivité d'informer les voyageurs. L'occasion pour les collaborateurs d'Infrabel qui ont développé puis enrichi Railtime (et ses déclinaisons) de remercier les utilisateurs. Pour leur confiance, d'abord, mais aussi pour leur constante contribution à l'amélioration de cet outil au service du public.
    Aucun changement n'est à prévoir pour l'utilisateur de RailTime car, sous le contrôle de la SNCB, la qualité des services fournis sera garantie.
    Source:SNCB/NMBS