pencak

  • Unique dans la région: Stage d'initiation en Pencak à Luttre

    pont-à-celles,une,nouvelle,gazette,charleroi

    Différents arts-martiaux connaissent une forme de danse. La plupart du temps cette forme est considérée comme étant un camouflage de l'art lui-même pour des raisons de secret à garder, ou encore pour des raisons de dissimulation de la pratique dans des lieux et en présence de personnes qui l'interdiraient. Cette explication ne tient pas compte de tout ce que les grands maîtres s'accordent pourtant à dire.Il faut pratiquer parallèlement à l'art martial, un art qui travaille la sensibilité et l'émotion, afin d'équilibrer l'énergie combative développée par l'entraînement du guerrier. Soit l'entraînement au combat. Il n'est donc pas à exclure que les aspects de danse et de chan soit exécutés, comme l'on inspire, puis l'on expire. Il pourrait s'agir en fait d'une face dont l'existence dépend de l'autre face. Un seul et même tout. Ne travailler qu'un aspects serait en fait contre nature. A n'en point douter, sous cet angle, la danse, le chant, l'utilisation d'instruments, serviraient à la pratique au point d'en faire partie intégrante. Seulement, les purs et durs combattants pourraient avoir de la peine à reconnaître l'existence de leur sensibilité. Ce qui fait que trop d'entre eux ont considéré cet aspect jusqu'à nos jours. Ils ne l'ont souvent même jamais appris, et donc cet aspect se meurt. Peut-être qu'il s'agit d'un clé de passage à un meilleur niveau. Plus prosaïquement, la détente avant de frapper est déterminante en terme de dissimulation de technique, de vitesse, et de force. L'apprentissage de la danse, la musique etc. passe par la détente.

     

    Le pencak-silat est un art martial d'origine Indonésienne. C'est une combinaison de deux des courants principaux d'arts martiaux, sports de combat et disciplines associées présents en Indonésie, le pencak présent à Java, Madura et Bali et le silat de Sumatra. Ce dernier ne doit pas être confondu avec le silat au sens générique désignant les arts martiaux pratiqué aux Philippines, au Brunei, en Malaisie, à Singapour, dans le sud de la Thaïlande et plus généralement dans le monde malais et l'Insulinde.

    Source Wikipédia

  • Unique dans la région: Stage d'initiation en Pencak à Luttre

     

     

    pont-à-celles,une,nouvelle,gazette,charleroi

    Différents arts-martiaux connaissent une forme de danse. La plupart du temps cette forme est considérée comme étant un camouflage de l'art lui-même pour des raisons de secret à garder, ou encore pour des raisons de dissimulation de la pratique dans des lieux et en présence de personnes qui l'interdiraient. Cette explication ne tient pas compte de tout ce que les grands maîtres s'accordent pourtant à dire.Il faut pratiquer parallèlement à l'art martial, un art qui travaille la sensibilité et l'émotion, afin d'équilibrer l'énergie combative développée par l'entraînement du guerrier. Soit l'entraînement au combat. Il n'est donc pas à exclure que les aspects de danse et de chan soit exécutés, comme l'on inspire, puis l'on expire. Il pourrait s'agir en fait d'une face dont l'existence dépend de l'autre face. Un seul et même tout. Ne travailler qu'un aspects serait en fait contre nature. A n'en point douter, sous cet angle, la danse, le chant, l'utilisation d'instruments, serviraient à la pratique au point d'en faire partie intégrante. Seulement, les purs et durs combattants pourraient avoir de la peine à reconnaître l'existence de leur sensibilité. Ce qui fait que trop d'entre eux ont considéré cet aspect jusqu'à nos jours. Ils ne l'ont souvent même jamais appris, et donc cet aspect se meurt. Peut-être qu'il s'agit d'un clé de passage à un meilleur niveau. Plus prosaïquement, la détente avant de frapper est déterminante en terme de dissimulation de technique, de vitesse, et de force. L'apprentissage de la danse, la musique etc. passe par la détente.

     

    Le pencak-silat est un art martial d'origine Indonésienne. C'est une combinaison de deux des courants principaux d'arts martiaux, sports de combat et disciplines associées présents en Indonésie, le pencak présent à Java, Madura et Bali et le silat de Sumatra. Ce dernier ne doit pas être confondu avec le silat au sens générique désignant les arts martiaux pratiqué aux Philippines, au Brunei, en Malaisie, à Singapour, dans le sud de la Thaïlande et plus généralement dans le monde malais et l'Insulinde.

    Source Wikipédia