net

  • Info arnaque sur le net: l’autorité des services et marchés financiers met en garde contre de faux sites web

    L’Autorité des services et marchés financiers met en garde contre de faux sites web

    De faux sites web qui se servent de l’identité et de la mise en page du site internet d’un intermédiaire de crédit ont été repérés, met en garde jeudi l’Autorité des services et marchés financiers (FSMA) par communiqué.

    Le site web de Partners Finances est ainsi utilisé pour proposer des crédits de manière frauduleuse, via les adresses suivantes : www.financiabancos.comwww.ssbebnq.comwww.generalcreditbank.comwww.bncfbank.comwww.ncaebanq.comwww.ncaxbnk.com, https ://obzibank.com, www.qxam-bk.comwww.mornabk.comwww.eutransbk.com, https ://nasnobq.com et www.zaambk.com.

    « Il se peut que d’autres sites semblables existent », stipule la FSMA.

    Lorsque des consommateurs souhaitent donner suite à une proposition de crédit, il leur est demandé de verser certaines sommes pour couvrir toutes sortes de frais liés au crédit (de prétendus frais de dossier ou administratifs). Bien qu’il ait effectué le paiement, le consommateur ne reçoit aucun crédit et il lui est quasiment impossible de récupérer les montants versés, prévient l’Autorité.

    source : sudpresse

  • Ailleurs sur le web : Alerte aux arnaques sur internet au départ de la Côte d'Ivoire - la Belgique fortement visée

    arnaque internet.jpg

    L'ambassade de Belgique à Abidjan tire la sonnette d'alarme. De plus en plus de Belges sont victimes d'arnaques sur internet, au départ de la Côte d’Ivoire. Notre pays serait même le troisième pays étranger le plus touché par cette cybercriminalité ivoirienne. L'ambassade dit recevoir en moyenne une plainte pour ce type de fait par jour.

    Gare aux arnaques sur internet au départ de la Côte d'Ivoire. Notre pays serait le troisième pays étranger le plus touché par cette cybercriminalité ivoirienne. L'ambassade belge à Abidjan tire la sonnette d'alarme. Elle reçoit en moyenne une plainte pour ce type de faits par jour. Nous sommes donc victimes des "Brouteurs", en référence aux moutons qui se nourrissent sans trop se fouler, selon plusieurs formes.

    Plus d'infos ICI 

  • Surfons tranquille - Attention aux logiciels rançonneurs !

    ST 2015 04 08

    Encore de nombreux messages au cours des dernières semaines pour nous faire part de vos mésaventures informatiques. Et parmi celles-ci, les problèmes liés aux logiciels rançonneurs dont nous avons déjà eu l'occasion de vous parler. Un clic malheureux sur une bannière vous invitant à procéder à une mise à jour ou encore un lien publié par un ami sur Facebook vous invitant à voir une photo de vous qui fait rire tout le monde.

    En vous exécutant, vous infectez votre ordinateur et lorsque vous le rallumez, le voilà bloqué, présentant une fenêtre sur laquelle vous êtes informé que vous devez payer une somme d'argent pour obtenir le code qui permettra de libérer votre machine.

    Pour effectuer le paiement, vous êtes invités à vous rendre auprès de commerçants partenaires des sociétés de paiement en ligne Ukash ou PaysafeCard, par exemple. Si vous le faites, évidemment, aucun retour et votre machine reste désespérément inutilisable.

    Les entreprises sont aussi touchées par cette vague d'attaques et, ce sera notamment par un mail envoyé via les réseaux sociaux professionnels que les cyber-criminels vont réussir à se glisser dans le système.

    Une pièce jointe visualisée par le destinataire qui installe, sans le savoir, un logiciel malveillant.En se promenant dans les serveurs, les pirates vont repérer ceux des répertoires qui peuvent contenir des données stratégiques pour l'entreprise et ils vont les crypter. Le mail qui est ensuite adressé aux responsables de la firme touchée les invitent à payer et on parle de sommes entre 1500 et 2000 €.

    Dans la tête de certains chefs d'entreprises, la tentation sera grande de payer en se disant que si la firme qui gère et entretient le système informatique doit venir le réinstaller, la facture risque d'être plus importante.

    Et donc, pour vous permettre de retrouver l'usage de votre système en cas d'incidents, nous vous proposons une solution intéressante. Elle se nomme FixMeStick et se présente sous la forme d'une clé USB qui contient tous les logiciels nécessaires pour faire redémarrer votre ordinateur dans un environnement où les virus, qui ont pu s'y installer, n'auront aucune emprise, les rendant ainsi plus faciles à éradiquer.

    La clé fonctionne avec le système d'exploitation Linux et contient trois antiviraux. Il vous suffit de l'insérer, de démarrer votre ordinateur et de la laisser travailler. Elle se met à jour via l'internet à chaque utilisation.

    Podcast 07/04/2015 - Attention aux logiciels rançonneurs !

    Source: police.be