maman

  • Bonne fête à toutes les mamans

    pont-à-celles,nouvelle,gazette,charleroi,vandeplas,johnny

    La Fête des mères a lieu ce dimanche 12 mai en Belgique. Mais ce n’est pas le cas pour tous les pays. Explications.

    En Belgique, la date de la Fête des mères correspond traditionnellement au deuxième dimanche de mai. La date est identique pour de nombreux pays : Allemagne, Canada, Croatie, Danemark, Pays-Bas, Suisse, etc. La raison en est assez simple : l’Allemagne a officialisé le deuxième dimanche de mai comme étant celui dédié à la célébration des mères. La Belgique a suivi et a donc choisi le même jour. Ces deux pays ont opté pour la même date, comme de nombreuses autres nations européennes, pour suivre le modèle américain.

    En effet, les États-Unis ont développé le « Mother’s Day » dès 1908. Un an avant, une Américaine, Anna Jarvis, avait poussé son État, la Virginie, à fêter les mères le deuxième dimanche de mai. La maman de cette institutrice étant décédée l’année précédente à cette même date. Les demandes de Madame Jarvis ont porté leurs fruits puisque l’État de Virginie a rapidement adopté cette idée. En 1914, via l’officialisation du président Woodrow Wilson, c’est tout le pays qui célébrera la Fête des mères le deuxième dimanche de mai.

    Un esprit dénaturé

    Cette tradition est devenue particulièrement commerciale au pays de l’Oncle Sam. Au point que son initiatrice, Anna Jarvis, organisa des campagnes de boycott pour dénoncer l’aspect commercial qui dénaturait l’esprit de la fête.

    En France, elle a lieu le quatrième dimanche de mai. Mais il existe des exceptions : lorsque cette fête tombe à la même date que la Pentecôte, on célébrera les mamans lors du premier week-end de juin.

    Si Napoléon avait déjà émis en son temps l’idée d’une Fête des mères, ce n’est que bien plus tard qu’elle fut officialisée en France. Plusieurs étapes se sont succédé pour donner naissance à cet événement. En juin 1906, Prosper Roche, fondateur d’une société de secours mutuelle (l’Union Fraternelle des Pères de Famille Méritants d’Artas), organisa ce qui semble être « l’ancêtre » de cette fête en France.

    Pas de concurrence à Jeanne d’Arc

    Ensuite, après la Première Guerre mondiale, le gouvernement tient à rendre hommage aux femmes qui ont perdu leur mari et leurs enfants au cours du conflit. Ce n’est que le 24 mai 1950 que le dernier dimanche de mai deviendra la date officielle. Pourquoi ne pas avoir choisi la même date que les États-Unis ? L’explication est, qu’en France, le deuxième dimanche de mai est dédié à Jeanne d’Arc.

    Les Anglais, quant à eux, célèbrent les mamans le quatrième dimanche de Carême, soit à la mi-mars. La Fête des mères coïncide en Angleterre avec le quatrième dimanche suivant le « Mercredi des Cendres ». Au 16e siècle, c’était le prétexte pour se rendre dans l’église de son enfance.

    Finalement, quelle que soit la date, ce qui compte, c’est d’y penser.

    Source Le Soir de 2016

  • Viesville : Ouverture officielle du showroom « Maman Jules&Léa »

    pont-à-celles,sudinfo,vandeplas,johnny,

    Créneau trop peu exploité, Émilie l’a très bien compris et ce we du vendredi 25 au dimanche 27 novembre 2016, c’est la grande ouverture de son établissement consacré aux vêtements pour femmes enceintes.

    Les habits qui sont en ventes sont particuliers, en effet, après l’accouchement la structure du vêtement permet aux jeunes mamans, de pouvoir encore et encore porter leurs belles toilettes.

    Ces tenues de classe s’adressent également aux dames ayant des courbes un peu plus généreuses.

    Vous trouverez chez Émilie, des sous-vêtements et des soutiens-gorge spécialement créés pour un allaitement aisé ainsi que des bijoux destinés aux futures mamans.

    En ce qui concerne les heures d’ouverture vous les trouverez sur son site internet www.mamanjulesetlea.com ou sur sa page Facebook du même nom.

    Profitez de l’ouverture et vous recevrez une réduction de 10%, les heures  pour ce we spécial sont

    -              Vendredi 25 nov  de 10H00 - 20H00

    -              Samedi 26 nov de 10H00 – 18h30

    -              Dimanche 27 nov de 10H00 – 16h00

    -              L’adresse : Viesville, rue Sainte-famille, 34

    -              Différentes surprises attendent les futures mamans au showroom

    pont-à-celles,sudinfo,vandeplas,johnny,

    viesville,showroom,maman,jules,léapont-à-celles,sudinfo,vandeplas,johnny,vêtement,femme,enceinte,

    viesville,showroom,maman,jules,léapont-à-celles,sudinfo,vandeplas,johnny,vêtement,femme,enceinte,

    viesville,showroom,maman,jules,léapont-à-celles,sudinfo,vandeplas,johnny,vêtement,femme,enceinte,

    viesville,showroom,maman,jules,léapont-à-celles,sudinfo,vandeplas,johnny,vêtement,femme,enceinte,

    viesville,showroom,maman,jules,léapont-à-celles,sudinfo,vandeplas,johnny,vêtement,femme,enceinte,

    pont-à-celles,sudinfo,vandeplas,johnny,

  • Pont-à-Celles: une maman et ses deux enfants bientôt sans toit

    M-G.D.

    Logés dans une maison délabrée depuis des mois, Mélanie, 24 ans, et ses deux enfants, Laurine, 7 ans, et Lohan, 2 ans, risquent aujourd’hui de se retrouver à la rue. « Je vis un cauchemar. Et, je ne vois pas de solution à la situation, sinon perdre le peu qu’il me reste », déclare la jeune maman.

    Mélanie entourée de ses enfants et de sa maman

    La suite : ICI

  • Journée Mondiale de la ménopause

    Journée Mondiale de la ménopause

    L’International Menopause Society presse les nations de mettre davantage l’accent sur les problèmes de santé liés à la ménopause...

    L’Organisation Mondiale de la Santé estime qu’en 2030, 1,2 milliard de femmes seront âgées de 50 ans ou plus et qu’un nombre croissant de ces femmes peut s’attendre à vivre plusieurs décennies après la ménopause.

    Malheureusement, une durée de vie plus longue entraîne aussi une augmentation spectaculaire de l’incidence des maladies et des affections qui peuvent être associées à la perte d’œstrogènes au milieu de la vie. Ce jour, qui est la Journée Mondiale de la Ménopause, l’International Menopause Society (IMS) presse les nations de prendre des mesures actives pour éduquer les femmes concernant les implications de la ménopause pour la santé.

    La Journée Mondiale de la Ménopause a pour objectif d'honorer toutes les femmes. Elle vise les millions de femmes qui, partout dans le monde, arrivent chaque jour à ce stade vital de leur vie, même si bon nombre d’entre elles ne comprennent pas bien ce qu’est la ménopause et quels sont ses impacts sur leur santé.

    Le défi que lance la Journée Mondiale de la Ménopause appelle toutes les nations à donner à la santé après la ménopause une place primordiale dans la recherche et la santé publique, afin d’aider les femmes à éviter les symptômes désagréables susceptibles d’affecter la productivité et la qualité de vie, et afin de réduire les taux d’ostéoporose, de maladies cardiaques, de cancer du côlon et autres maladies du vieillissement liées aux œstrogènes.

    Que se passe-t-il à la ménopause ?

    Pendant cette période de la vie, le corps de la femme arrête de produire des œstrogènes, ce qui induit des symptômes tels que bouffées de chaleur, fatigue, sécheresse vaginale et insomnies. La perte des œstrogènes a également été associée à un certain nombre de maladies graves telles que l’ostéoporose, des maladies cardiaques, une dégénérescence maculaire (cécité), la perte des dents, le cancer du côlon et un déclin des fonctions cognitives. Les informations qui suivent sont importantes:

    Les bouffées de chaleur, parfois accompagnées de sudation et d’une rougeur du visage, sont la réponse du corps à la diminution des taux d’œstrogènes. Pendant une bouffée de chaleur, qui dure classiquement de 30 secondes à 5 minutes, le cœur bat plus rapidement et la température de la peau augmente. Des relations sexuelles douloureuses dues à une sécheresse ou à un resserrement des tissus vaginaux peuvent être dues à la réduction des taux d’œstrogènes. La moitié des femmes âgées de plus de 50 ans présenteront à un certain moment une fracture due à l’ostéoporose. Des études récentes ont permis de constater que plus de la moitié des femmes ignorent que la ménopause augmente le risque de maladies cardiaques. Pourtant, les maladies cardio-vasculaires, particulièrement les crises cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux, constituent la principale cause de décès dans le monde actuel. Les femmes ménopausées sont trois fois plus susceptibles que les hommes d’avoir la maladie d'Alzheimer et des travaux de recherche donnent à penser que la perte des œstrogènes peut y jouer un rôle important.

    Un site à visiter : www.mamanpourlavie.com

     

    Source:journee-mondiale.com

  • A la une de votre Nouvelle Gazette

    Capturer.JPG

  • Drame de la route à Roux: Fauchée sur la route en attachant son bébé, Fanny Gossiaux reste toujours dans un état très grave

    Fanny Gossiaux a été percutée par une voiture mercredi alors qu’elle attachait son bébé à l’arrière de sa propre voiture. Elle est toujours dans un état critique. La jeune maman de 24 ans est hospitalisée à l’hôpital civil de Charleroi aux soins intensifs.

     C’est une scène d’une véritable horreur qui s’est déroulée mercredi à Roux, chaussée de Courcelles (entité de Charleroi). Fanny Gossiaux, jeune maman de 24 ans, attachait son bébé à l’arrière de sa voiture garée juste devant chez elle lorsqu’une Peugeot Partner a dévié de sa trajectoire, percutant très violemment la maman et la traînant sur une vingtaine de mètres. La Peugeot a encore continué sa route avant de s’encastrer dans deux petits murets. L’accident fut, on peut l’imaginer, très violent.

    Elle a directement été emmenée à l’hôpital. Elle souffrait alors d’une fracture du crâne et d’autres blessures légères et a été emmenée en urgence à l’hôpital civil de Charleroi. Des proches de la victime nous apprennent qu’elle a été opérée, mais les médecins réservent toujours leur diagnostic. Ses jours sont encore en danger.

    
Fanny Gossiaux

    DR

    Fanny Gossiaux

     

     

     

  • Les parents ont désormais le choix de donner le nom du père, de la mère ou des deux à leur enfant

    Belga

    La majorité a amendé mardi le projet de loi relatif au nom de l’enfant. Le texte instaure la liberté de choix des parents de donner le nom du père, de la mère ou des deux parents, dans l’ordre qu’ils déterminent. En cas de désaccord, il était prévu que le nom du père serait donné. L’amendement modifie la règle: en cas de désaccord ou en absence de choix, l’enfant portera le double nom, composé du nom de la père, suivi de celui de la mère.

    Les chrétiens-démocrates flamands ont soufflé le chaud et le froid sur la séance de la commission de la Justice de la Chambre. Ils ont d’abord exprimé leurs objections au projet de loi, mettant en doute la «nécessité sociale» qu’il y avait à prendre à la hâte une telle mesure, face à une pratique bien ancrée de transmission du nom du père, et mis en avant les risques de sécurité juridique et de confusion que portait un tel projet.

    Le droit de veto octroyé de facto au père paraissait également leur poser des problèmes. A leurs yeux, en cas de désaccord, il fallait accorder le double nom composé dans l’ordre du père et de la mère.

    Les autres partis ont pris le CD&V au mot. Dans la majorité, socialistes et libéraux avaient exprimé leur soutien au projet du gouvernement, qui refermait une discussion vieille de 15 ans, même s’ils auraient préféré franchir un pas de plus en prévoyant la transmission automatique du double nom. «On souhaitait aller plus loin mais ici, nous avons une majorité pour mettre fin à un archaïsme», avait expliqué Karine Lalieux (PS).

    Une proposition d’amendement a donc circulé, qui a recueilli l’accord des six partis de la majorité et l’assentiment de la ministre de la Justice, Annemie Turtelboom (Open Vld). Le changement apporté est de taille.

    «Nous oeuvrons aujourd’hui à un moment historique dans notre société dans la voie de l’égalité entre homme et femme», a lancé la ministre.

    «La plupart des enfants qui naîtront porteront un double nom. Si l’on n’avait pas amendé aujourd’hui, cela n’aurait concerné que quelques enfants», a fait remarquer Christian Brotcorne (cdH).

    La discussion des articles était encore en cours mardi vers 16h00.