frite

  • Info consommation : avertissement de Gadus nv (produit Delhaize)

    Produit : Dim Sum crevettes frites panées de la maque Delhaize.
    Problématique : Présence de l’allergène « Mollusques » non mentionné sur l’étiquette.

    La présence de l’allergène Mollusques a été décelée dans les produits Dim Sum crevettes frites panées de la marque Delhaize, Crevettes Butterfly frit 220g et Crevettes Torpedo frit 220g alors que cet allergène n’est pas mentionné sur l’étiquette.

    Gadus a donc décidé, en accord avec l’AFSCA, de retirer ces produits de la vente.


    Si vous présentez une allergie aux mollusques, ne consommez pas ces produits et ramenez-les au point de vente dans lequel les produits ont été achetés.

    Les personnes non allergiques aux mollusques peuvent consommer ces produits sans aucun risque.


    Description des produits

    Dim Sum crevettes frites panées
               - Marque : Delhaize
               - Date Limite de consommation (DLC - « A consommer jusqu’au ») : 30/04/2019 - 12/05/2019
               - Numéros des lots : 80920011 80910011 80900011 80910111 80700011
                80860011 80850011 80840011 80920011 80800011
                80830011 80840011 80820011
               - Période de vente : du 18/04/2019 au 29/04/2019
               - Nature de l’emballage : MAP (emballage sous atmosphère protectrice)
               - Poids : +/- 220 g.

    .



    Crevettes Butterfly frit 220g
    - Marque : Gadus nv
    - Date de durabilité minimale (DDM) (« A consommer de préférence avant le (ou fin) ») : 30/04/2019 - 12/05/2019
    - Numéro du(des) lot(s) : 80900011 80850011 80840011 80830011 80800011 80790011
    - Période de vente : du 19/04/2019 au 29/04/2019
    - Nature de l’emballage : MAP emballage (emballage sous atmosphère protectrice)
    - Poids : +/- 220 g.
    - Le produit a été distribué par les magasins Makro en Belgique





    Crevettes Torpedo frit 220g

    - Marque : Gadus nv
    - Date de durabilité minimale (DDM) (« A consommer de préférence avant le (ou fin) ») : 30/04/2019 - 12/05/2019
    - Numéro du(des) lot(s) : 80900011 80850011 80840011 80830011 80800011 80790011
    - Période de vente : du 19/04/2019 au 29/04/2019
    - Nature de l’emballage : MAP emballage (emballage sous atmosphère protectrice)
    - Poids : +/- 220 g.
    - Le produit a été distribué par les magasins Makro en Belgique




    Pour toute information complémentaire, contactez :
    Mevr. Annabel Van de gaer – Gadus nv
    Toevluchtweg 15/a
    8620 Nieuwpoort
    Numéro de gsm : 0471/32.76.06 - QC@gadus.be

    Source AFSCA

     

  • Idée sortie en famille : petit tour au musée de la frite

    Quoi de plus normal en Belgique que de visiter un musée dédié à la frite ! L’espace muséal didactique qui relate l’histoire de la pomme de terre et des condiments qui l’accompagnent habituellement est installé dans les murs de la Saaihalle, un bâtiment classé à deux pas de la Grand-Place de Bruges. Il a ouvert ses portes il y a un peu plus de dix ans.

    TOUTE L’HISTOIRE DE LA FRITE

    La frite est-elle née chez nous ? Quel en est son secret de préparation ? D’où vient la tradition de la célèbre frite belge ? Quand sont nées les friteries ? Qui a inventé le cornet ? Autant de questions qui trouvent leurs réponses dans le musée du centre de l’une des plus belles villes de notre pays.

    Avec la Belgique, la France, l’Espagne et l’Amérique du Sud revendiquent aussi les origines de la pomme de terre. Celle que nous connaissons était au départ un tubercule blanc d’Amérique du sud croisé avec d’autres variétés. L’histoire dit que l’origine de la frite belge remonterait à 1759, le long des rives de la Meuse. Alors que l’hiver frappe de plein fouet, les riverains ne peuvent momentanément plus pêcher des petits poissons dans le fleuve, victuailles qu’ils consommaient frits et légèrement salés.

    Ils ont alors imaginé un substitut démocratique. La frite s’est avérée être le substitut recherché, sa morphologie rappelant celle des petits poissons. La visite du musée est une page historique qui nous ramène 8000 ans avant notre ère dans les Andes péruviennes. On y a retrouvé des tubercules dans un sarcophage enfoui dans les catacombes dans les montagnes. Les Indiens des Andes avaient l’habitude de voyager. Les humains tombaient régulièrement malades alors les lamas tenaient le coup en mangeant simplement des tubercules enfouis dans le sol. Les nomades ont alors adopté la pomme de terre aux multiples vertus.

    En 1737, Antoine Parmentier, un apothicaire et agronome militaire français remarque pendant son emprisonnement en Prusse la bonne santé des soldats français exclusivement nourris de pommes de terre. À son grand étonnement, personne n’était sous-alimenté ni épuisé. Après une famine en 1769, il participe à un concours lancé par l’Académie de Besançon. Comme les soldats exclusivement alimentés de pommes de terre pendant la guerre des sept jours avaient tous survécu, l’apothicaire en déduit que le féculent devait être un remède efficace contre la dysenterie. Parmentier gagna le prix et œuvra pour que le tubercule soit au menu des prisons et des hôpitaux. Le visiteur se laisse guider par les vidéos, panneaux et visuels.

    Depuis peu, une salle met en avant les vertus scientifiques de la pomme de terre. On y voit notamment un réveil actionné par l’énergie de la patate. Dans le sous-sol, une odeur alléchante guide les visiteurs vers la friterie. Le Musée est installé depuis une dizaine d’années dans la Saaihalle, un magnifique bâtiment classé. La structure est composée de deux parties, une datant de la fin du 14ème siècle et une autre du 15ème. Le musée est ouvert tous les jours de 10h à 17h. 7 € pour les adultes et 5 € pour les enfants

    le lien pour le site web ici

  • A la une de la Nouvelle Gazette de Charleroi du 23 juin 2017:Les potagers partagés poussent ! (page 11)

    pont-à-celles,sudinfo,vandeplas,johnny,une,charleroi,sudpresse,nouvelle,gazette,2017

  • Conseil de l'AFSCA pour la préparation de vos frites

    pont-à-celles,vandeplas,frite,afsca,conseil

    Voici quelques conseils afin de minimiser le développement d'acrylamide lors de la préparation des frites :

    • Choisissez des pommes de terre « pour frites » (identifiées comme telles sur l’emballage). Elles contiennent moins de sucres qui se transforment en acrylamide lors de la friture. Les grosses pommes de terre contiennent elles aussi moins de sucres.
    • Conservez ces pommes de terre de préférence à une température d’au moins 6°C afin d’éviter la formation de sucres.
    • Evitez d’utiliser les pommes de terre germées et fripées, elles contiennent plus de sucres.
    • Préférez les frites coupées plus épaisses : elles contiennent moins d’acrylamide après la cuisson grâce à l’effet surface/ volume.
    • Faites tremper les frites coupées quelques minutes dans de l’eau chaude ou blanchissez-les, afin de laisser une partie des sucres des pommes de terre s’évacuer dans l’eau. Avant de les passer à la friture, égouttez et séchez correctement les frites.
    • Cuisez les frites à une température maximale de 175°C jusqu’à l’obtention d’une couleur jaune dorée. Plus elles sont brunes, plus elles contiennent de l’acrylamide.
    • Ne cuisez pas trop de frites à la fois : cela fait baisser la température de l’huile et allonge le temps de cuisson.
    • Réduisez le temps de cuisson pour les petites quantités.



    Si vous utilisez des frites préemballées, pré-coupées et précuites:

    • Respectez les instructions de conservation et de préparation que vous trouvez sur l’emballage.
    • Cuisez les frites au four conformément aux instructions sur l’emballage jusqu’à l’obtention d’une couleur jaune doré. N’oubliez pas de retourner les frites plusieurs fois afin que toutes les faces soient cuites de la même façon.                                                                                                                                 Source AFSCA
  • Aucune friterie Pont-à-Celloise parmi les 50 meilleures de Belgique: découvrez le top 1000!

    Fritmap.com vient de dévoiler son classement des meilleurs friteries et snacks de Belgique. Bruxelles et ses alentours font un carton avec 6 représentants dans le top 10. La région de Pont-à-Celles n'y est pas représentée ? Trouvez-vous qu'aucune de nos friteries ne mérite une place (bonne place) ?

    Ce classement a été établi selon les votes et avis des internautes, mais aussi via l’estimation de l’équipe de «Fritmap» qui ont testé les spécialités et les frites de ces établissements à plusieurs reprises sur une période de six mois.

    Si vous êtes gérant d’une friterie et que vous estimez que votre friterie devrait se trouver dans ce classement, vous pouvez les contacter (je pense que dans notre entité, nous avons d'excellentes friteries) ICI

     

  • A la une de votre Nouvelle Gazette du 04 décembre 2014

    pont-à-celles,nouvelle,gazette

  • Viesville : World cup (Belgique-Russie), ambiance à la Friterie " La Frite d'Antan"

    P6220142.JPG

    L'équipe bien sympathique

     

    P6220144.JPG

    P6220145.JPG

    P6220146.JPG

    Quelque minute avant le match...

     

     

  • Outre-Atlantique, pourquoi appelle-t-on les frites French Fries ?

    frites.gif

    Un article paru sur 7sur7, confirmé notamment par Brusselslife.be,  French fries viendrait d’un vieux dialecte gaélique. Jadis en Irlande, ce terme faisait référence aux pommes de terre qui sont coupées en bâtonnets.

    Toutefois, sur d’autres web sites comme Wikipedia, French fries, serait apparu après la première Guerre mondiale. Les GI citaient les frites de France, puisque dans ces régions « France et Belgique », la langue parlée était le Français.

    Néanmoins, quels que soient les noms et origines qu’on lui prête, elle restera un des emblèmes de notre beau pays !

    Bon appétit...