ancienne

  • Info santé: rappel de Makro

    Produit : Chips salés (330g) Chips à l’ancienne de la marque METRO Chef.
    Problématique : présence trop élevée d’acrylamide (dépassement de la teneur de référence).


    Dans le cadre d’une analyse de l’AFSCA, une présence trop élevée d’acrylamide a été détectée dans les chips salés « chips à l’ancienne » de la marque METRO Chef. Il s’agit exclusivement des emballages portant le numéro de lot 07/04/2020 H.

    MAKRO Cash & Carry Belgium a donc décidé, en accord avec l’AFSCA, de retirer ce produit de la vente et d’informer les consommateurs qui possèdent ce produit afin qu’ils ne consomment pas ces chips. Ils peuvent rapporter le produit dans un des magasins MAKRO. Le remboursement de chaque article concerné est garanti. MAKRO a déjà retiré tous les produits concernés des rayons.


    Description du produit

    Catégorie de produit: snacks salés
    Nom de produit: chips à l’ancienne
    Marque : METRO Chef
    Numéro de lot: 07/04/2020 H.
    Date de péremption (DDM) : 07/04/2020
    Période de vente: du 19/11/2019 au 12/03/2020
    Conditionnement, poids: sachet, 330 g


    Le produit a été distribué via les magasins Makro.


    Pour toute information complémentaire
    , les clients peuvent prendre contact avec le service clientèle de MAKRO Cash & Carry Belgium via le 078 150 330.

     

    source afsca

  • Santé: Des additifs ont été retrouvés dans des produits alimentaires dits "à l'ancienne"

    Résultat de recherche d'images pour "liste additif sudinfo"

    « Salade artisanale », « gaufres grand-mère » ou encore « oignons à l’ancienne » sont autant d’intitulés que l’on peut voir écrits sur l’étiquette de certains produits alimentaires. Test-Achats, qui a mené une enquête, a toutefois retrouvé des additifs dans la liste d’ingrédients de certains de ces biens de consommation, a indiqué vendredi l’organisation de défense des consommateurs par communiqué.

    L’organisation de défense des consommateurs par communiqué plaide dès lors pour une législation européenne afin de mettre un terme à ces allégations trompeuses.

    « De même, l’utilisation d’images d’artisans’ ou de méthodes de production artisanales, ou encore des références ronflantes évoquant la tradition culinaire belge ont pour seul but de faire naître dans l’esprit du consommateur des associations avec le savoir-faire d’autrefois », souligne l’organisation.

    Lors de son analyse, Test-Achats a découvert des additifs tels que des exhausteurs de goût, des colorants et des stabilisants. « Quiconque prend la peine de s’intéresser de plus près au véritable mode de fabrication de ces produits arrive très vite à la conclusion qu’ils sont issus d’une production industrielle et fabriqués dans des usines où les travailleurs sont certainement loin d’être tous des ’maîtres artisans’. »

    Si l’appellation « artisan » est protégée dans notre pays et assortie d’un logo qui peut être apposé sur les produits, le terme « artisanal » n’est pas défini par la loi, déplore Test-Achats qui pointe du doigt l’ambiguïté de la législation belge et le manque de précision de la législation européenne.

    L’association de défense des consommateurs a adressé un courrier aux fabricants de douze produits incriminés en leur demandant de modifier leurs emballages.

    source : Belga via sudpresse ICI