écrivain

  • Info culture: une première dans notre entité, vous êtes invités à participer à l'écriture d'un roman.

    Blog,Pont-à-Celles,sudinfo,johnny,vandeplas,nouvelle,gazette,charleroi,2019, septembre,nicolas,bastin,écrivain,jeune
    Pont-à-Celles compte pas moins de 17 340 habitants, parmi tous les villageois, un jeune homme de 24  ans s’en démarque grâce à l’écriture. En effet, natif et vivant depuis toujours dans la région, Nicolas Bastin a déjà écrit deux romans sur le thème de la saison « Halloween » d’un parc bien connu sous le nom de, Walibi Belgium.

    Mais, à peine la suite et fin des aventures de ses premiers héros publiée aux éditions Acrodacrolivres en janvier 2019, qu’il se remet déjà à cogiter pour sortir une nouvelle histoire qui aura pour lieu principal notre belle entité de Pont-à-Celles.

    Pourquoi ? Simplement parce qu’il trouve que son entité regorge de personnalités hautes en couleur et que certains endroits méritent d’être mis en valeur. Pour ce troisième ouvrage, Nicolas décide de changer de style en promettant une intrigue ainsi qu’une ambiance plus sombre et plus angoissante que Virus, ses deux premiers livres.

    Mais ce n’est pas la seule surprise qu’il nous réserve. Pour ce manuscrit, il fait appel à ses lecteurs et aux Pont-à-Cellois tout particulièrement en leur proposant de choisir l’intrigue ! Comment ? Une fois par semaine,  sur sa page Facebook (lien en fin d’article), il publie un extrait de son roman et laisse deux choix à ses lecteurs. Ensuite, il suffit à la personne qui décide de jouer le jeu de cliquer sur une des propositions. Au bout de 24 heures, une fois l’enquête terminée, le jeune écrivain voit celle ayant récolté le plus de votes et s’en sert pour continuer la suite de l’intrigue.

    Par ce concept original, il est donc possible de participer à l’écriture d’un livre et de guider Nicolas dans son imaginaire.

    En attendant la sortie de troisième roman, dans le courant du mois d’octobre, vous pourrez retrouver Nicolas et ses deux premiers ouvrages en dédicace à la librairie de l’Arsenal de Pont-à-Celles, à la librairie-papeterie Club au Shopping à Nivelles le 30 novembre.

    Il est aussi possible de commander les deux tomes de Virus dans toutes les bonnes librairies notamment à La Librairie du Tienne, à Tilly (Villers-la-Ville).

    Lien facebook de sa page: https://www.facebook.com/Nicolas-Bastin-Auteur-1272880862726901/?ref=aymt_homepage_panel&eid=ARDhW6EzT6pE1NCEJ8e-SQZIB7qP7mmOigtCWNqt-4L_N5Y4Aadn09O_s-OZrwdErLnofl7PEkj4aCRI

  • Pays de Geminiacum: APPEL A ARTISTES (h-f-x)

    Résultat de recherche d'images pour "Artiste lesoir"

    Afin de créer un groupement artistique sur Pont-à-Celles et Les Bons Villers, l’ASBL « pays de Geminiacum » effectue un recensement des photographes, graphistes, musicien(ne)s, écrivain(e)s, danseurs, chanteurs ... Intéressé(e)s ?

    Contactez: julien.browet@geminiacum.be.

    N'hésitez pas à partager si vous connaissez un artiste à mettre en réseau !

  • Bibliothèque de Pont-à-Celles et L’aventure-lecture: Mercredi 11 janvier 2017 " J.K. Rowling"

    Résultat de recherche d'images pour "aventure lecture sudinfo"

    La bibliothèque de Pont-à-Celles propose, chaque mercredi de 14 à 16h, des animations pour enfants.
    Ces activités sont gratuites mais uniquement sur réservation au plus tard la veille (le mardi soir).

    Mercredi 11 janvier

    Pour les 6-12 ans: ‘Les grands écrivains : J.K. Rowling’
    Avec l’ASBL Découvertes

    Source: Bibliothèque et Geminiacum

  • Journée mondiale des écrivains en prison

    Journée mondiale des écrivains en prison

    Cette journée est organisée depuis 1981 afin d’attirer l’attention mondiale sur des écrivains et des journalistes dont le travail leur attire des représailles.

    Il n'y a pas si longtemps, le 10 novembre 1995 très exactement, l'écrivain nigérian Ken SaroWiwa a été pendu pour avoir défendu les droits de son ethnie minoritaire dans une région d'agriculture et de pêche spoliée et dévastée par l'exploitation pétrolière. Ses convictions l'avaient amené à plaider jusque devant la Commission des Droits de l'Homme.

    Ecrivain en danger

    Le 15 novembre a lieu la Journée pour les Écrivains en prison, organisée par une dizaine de milliers de membres du P.E.N. International. Pour mémoire, fondée en 1921, l'association mondiale de poètes, de romanciers et de journalistes s’engage à défendre la libre circulation des idées entre toutes les nations, à promouvoir une littérature sans frontières et à s’opposer à toute restriction de la liberté d’expression. Au siège du P.E.N. International à Londres, le Comité des Ecrivains emprisonnés a recensé 775 cas de femmes et d'hommes de lettres persécutés et réprimés pour délit d'opinion pendant le premier semestre de l'an 2003. Nombre d'entre eux ont été arrêtés, torturés, emprisonnés ou contraints à l'exil. 22 personnes ont été tuées ou assassinées, 13 portées disparues. Le Comité a établi une liste non exhaustive des Etats à haut risque: Algérie, Bangladesh, Chine, Cuba, Iran, Birmanie, Syrie, Turquie, Vietnam...

    Aussi, cette Journée pour les Ecrivains en prison, s'est-elle manifestée sous le signe de solidarité et de soutien envers tous les écrivains victimes de l'intolérance et de la dictature, sans oublier leurs familles harcelées, intimidées ou menacées.

    Quelques chiffres…

    Depuis novembre 2004, d'après le Comité de PEN International pour les écrivains en prison (WIPC), pas moins de 699 écrivains ou journalistes ont été attaqués, harcelés, enlevés, jetés en prison ou menacés de mort, 12 ont disparu, 28 ont été tués.

    Pensons aux prisonniers d’opinion et de conscience qui n’ont pas le droit de chanter la Liberté de Paul Eluard, l'Espoir d'André Malraux, les Eloges - Exil, Pluies, Neiges, Vents... de Saint John Perse, entre sang et souffrance. Réduire les gens de lettres au silence, briser leur plume, confisquer et brûler leurs œuvres, c'est la pire des tortures.

    Source:journee-mondiale.com