pont-a-celles - Page 11

  • 4 novembre 2019: la une de la Nouvelle Gazette, édition de Charleroi

    Blog,Pont-à-Celles,sudinfo,johnny,vandeplas,nouvelle,gazette,charleroi,une,2019,novembre

  • Info navetteurs : Le prix du billet de train grimpera encore en 2020

    Le conseil d’administration de la SNCB a validé la nouvelle grille tarifaire, calculée à partir de l’indice santé.  
    Résultat de recherche d'images pour "billet de train"
     
    Ce mercredi matin, il en coûte 9 euros pour rallier en seconde classe Bruxelles depuis Namur. À partir du 1 er février prochain, le prix du billet sera augmenté de 2,83 %, ainsi en a décidé le conseil d’administration de la SNCB réuni ce 25 octobre. La hausse sera identique pour les cartes train : les abonnements scolaires et les abonnements adultes. Ce pourcentage a été calculé à partir de l’indice santé qui s’élève à 1,87 % et auquel une majoration a été apportée, comme l’autorise le contrat de gestion.
     
    Pour les autres types de titres de transport, la hausse moyenne ne peut être que 1,87 %. La SNCB a toutefois la liberté de moduler ces taux au sein de cette catégorie. Ainsi le Go Pass 10 et le Go Pass 1, destinés aux jeunes de moins de 26 ans, restent au même prix, tout comme le Go Pass Unlimited, commercialisé uniquement pendant les vacances scolaires. Le Rail pass n’augmente pas non plus : 83 euros pour dix trajets en seconde pour un adulte.
     
    Par contre, la carte Campus - l’étudiant voyageant deux à trois fois par semaine sur le même trajet - sera plus chère de 2,87 %. Mais les distances couvertes pourront être plus grandes. Actuellement, on ne peut pas dépasser 111 km. À partir du 1 er février prochain, ce sera 150 km.
    Key Card - 24 euros pour dix voyages en 2 e classe sur de petits trajet - coûtera 3 € de plus. L’augmentation sera de 4 € en 1 re classe, pour arriver à un prix total de 35 €. Quant aux 65 ans et plus, ils devront sortir 40 cents de plus pour la 2 e classe et 90 cents pour la première. Mais, bonne nouvelle, il n’y aura plus de restrictions à l’utilisation de ce billet. Ils pourront l’utiliser en semaine avant 9 heures du matin, ainsi que les week-ends d’été entre la mi-juillet et la mi-août, période touristique par excellence.
     
    Toutes catégories de titres de transport confondues, l’augmentation sera de 2,32 %. Contrairement à l’adaptation tarifaire décidée à l’automne 2018, on n’a pas fait varier, cette fois, les prix en fonction des distances parcourues. La SNCB veut avoir un recul de plus d’une année pour tirer les enseignements de cette nouvelle mesure.
     
    source : articleYannick Hallet sudpresse

  • 3 novembre 2019: La une du 7dimanche (gratuit dans certains commerces) + vos sorties en Wallonie

    Blog,Pont-à-Celles,sudinfo,johnny,vandeplas,nouvelle,gazette,charleroi,une,2019, novembre,7,dimanche,bon,plan,sortie,wallonie,

    Blog,Pont-à-Celles,sudinfo,johnny,vandeplas,nouvelle,gazette,charleroi,une,2019, novembre,7,dimanche,bon,plan,sortie,wallonie,

  • 2 novembre 2019: la une de la Nouvelle Gazette, édition de Charleroi

    Blog,Pont-à-Celles,sudinfo,johnny,vandeplas,nouvelle,gazette,charleroi,une,2019,novembre

  • le 1er novembre est un jour férié associé à la fête catholique de la Toussaint.

    Blog,Pont-à-Celles,sudinfo,johnny,vandeplas,nouvelle,gazette,charleroi,2019, octobre,toussaint

    La Toussaint est une fête catholique, célébrée le 1er novembre, au cours de laquelle l’Église catholique romaine honore tous les saints, connus et inconnus.

    La Toussaint précède d’un jour la Commémoration des fidèles défunts, dont la solennité a été officiellement fixée au 2 novembre, deux siècles après la création de la Toussaint.

    Le 1er novembre est le 305e jour de l'année du calendrier grégorien.
    Il reste 60 jours avant la fin de l'année, le 306e en cas d'année bissextile.
    Dans plusieurs pays européens, le 1er novembre est le jour férié associé à la fête catholique de la Toussaint.


    Fermeture de l'Administration Communale et des Recyparcs TIBI

  • 31 octobre 2019: la une de la Nouvelle Gazette, édition de Charleroi

     Blog,Pont-à-Celles,sudinfo,johnny,vandeplas,nouvelle,gazette,charleroi,une,2019,octobre

  • Info décès, Luttre

    Blog,Pont-à-Celles,sudinfo,johnny,vandeplas,nouvelle,gazette,charleroi,2019, octobre,décès,

    En mon nom, au nom du Blog Pont-à-Celles infos, je présente nos sincères condoléances à la famille.

    Nom : GOURDANGE
    Prénom : Raymond
    Etat civil : Marié avec Marie-Jeanne BRANQUART
    Lieu de domicile : Luttre
    Lieu de naissance : Haine-Saint-Paul
    Date de naissance : 28/04/1949
    Lieu de décès : Gosselies
    Date de décès : 29/10/2019
    Cérémonial
    Date des funérailles : Samedi 02/11/2019
    Heure de réunion : 8 heures 15
    Lieu de réunion : Centre funéraire Denuit
    Rue de Liberchies 110
    6238 Luttre
    Heure de départ : 8 heures 30
       
    Heure cérémonie crematorium: 9 heures
    Crematorium :
    Crématorium de Charleroi
    Rue des Nutons
    6060 - Gilly
    Voir le plan
    Visites
    Centre Funéraire Denuit
    Rue de Liberchies, 110
    6238 Luttre
         
    Jeudi 31 octobre 2019 de 17:00 à 19:00

    Cliquez ici, pour utiliser ce lien afin de laisser vos marques de sympathie à la famille, merci.

    Source DENUIT

     

  • Info décès, Thiméon

    Blog,Pont-à-Celles,sudinfo,johnny,vandeplas,nouvelle,gazette,charleroi,2019, octobre,décès,

    En mon nom, au nom du Blog Pont-à-Celles infos, je présente nos sincères condoléances à la famille.

    Blog,Pont-à-Celles,sudinfo,johnny,vandeplas,nouvelle,gazette,charleroi,2019, octobre,décès,

  • 30 octobre 2019: la une de la Nouvelle Gazette, édition de Charleroi

     Blog,Pont-à-Celles,sudinfo,johnny,vandeplas,nouvelle,gazette,charleroi,une,2019,octobre

  • Braquage à Luttre, l’agresseur a chargé son arme en rentrant !

    Blog,Pont-à-Celles,sudinfo,johnny,vandeplas,nouvelle,gazette,charleroi,2019, octobre,

    Le jeudi 24 octobre, le magasin « Vape-shop », rue Roosevelt à Luttre (Pont-à-Celles), s’est fait braquer. Un épisode plutôt furtif, dont le gérant, Dimitri De Kinder, se souvient pourtant très bien. Il a réussi étonnamment à garder son calme, face à un individu qui braquait une arme chargée à seulement quelques centimètres de lui.

    Dimitri De Kinder n’a que 21 ans. Pourtant il est déjà gérant d’un magasin de cigarettes électroniques. Jeudi dernier, à quinze minutes de la fermeture, soit à 18h15, un individu armé a fait son apparition à l’entrée de son magasin. Dimitri pensait d’abord à une blague, n’y prêtait pas plus attention que ça. Mais l’homme, après avoir armé son revolver, a pénétré rapidement dans l’enceinte du commerce. C’est alors que l’agresseur arrive face à Dimitri, pointant dangereusement son arme dans sa direction. Mais le gérant est au téléphone et ne prend toujours pas le braqueur au sérieux.

    « La caisse », lui répète-t-il plusieurs fois. « Deux secondes, tu ne vois pas que je suis au téléphone ? » lui ré- torque le jeune homme.

    « SON REVOLVER CONTRE MOI »

    Perdant patience, l’individu armé passe alors à l’arrière du comptoir. Il bouscule et menace Dimitri de son arme:«Il a mis son revolver au niveau de mes côtes, je la sentais contre moi », se souvient Dimitri. Mais il garde pourtant son calme : « J’ai dit à la personne au téléphone que j’étais en train de me faire braquer, et j’ai raccroché. »

    Il répétait sans cesse « La caisse, la caisse ! », ajoute-t-il encore. « Je ne pense pas qu’il a dit d’autres choses. Je lui ai ouvert et il a pris tout ce que contenait la caisse... Mais il y avait 300 € maximum, il n’a pas gagné grand-chose... Seulement ce que je me suis fatigué à gagner sur la journée, et ça, c’est vraiment râlant. »

    INSUPPORTABLE POUR UN PÈRE

    Le braqueur repart alors en courant. Dimitri appelle son papa, Pascal, qui arrive trois minutes plus tard. « Je suis arrivé le plus vite que j’ai pu, mais je n’ai pas réussi à trouver celui qui a agressé mon fils. C’est insupportable pour un papa, de savoir que son fils a été menacé d’une arme », déplore-t-il. Pas de chance pour le braqueur, le magasin est équipé de caméras de surveillances qui ont filmé toute la scène, sous plusieurs angles. On voit clairement l’apparat de l’agresseur : « Il portait un pantalon fluo d’ouvrier, une chemise molletonnée de bûcheron quadrillée, des lunettes de soleil et un bonnet. On aurait vraiment dit que le gars rentrait du boulot et voulait se faire un petit supplément », détaille Dimitri. « Il devait avoir 40-45 ans. » Mais encore plus, « on voit sur les caméras de surveillance, qu’avant de venir braquer mon magasin, il a tenté d’aller à la librairie... mais elle était fermée. » Une chose est sûre : les commerçants du quartier sont prévus mais surtout mobilisés, pour ne plus que cet agresseur puisse s’en prendre à eux.

     

    Article de  AN-C.C dans la Nouvelle Gazette du mardi 29 octobre 2019