pierre - Page 4

  • Luttre: Méditation de Pleine Conscience

    pont-à-celles,méditation

    Qu’est-ce que la pleine conscience ?
     « La pleine conscience » est un concept ancien, que l’on retrouve dans de nombreuses traditions spirituelles et religieuses, comme dans la plupart des arts martiaux, le yoga, tai chi, le bouddhisme, le taoïsme, l’hindouisme, le judaïsme, l’islam et le christianisme. Progressivement, au cours des 30 dernières années, la psychologie occidentale a commencé à reconnaître les nombreux bénéfices de l’entrainement à la pleine conscience, et elle est devenue maintenant une intervention empiriquement validée pour un large éventail de troubles cliniques.
    « La pleine conscience » peut être définie de plusieurs manières, mais toutes ces définitions en viennent principalement à ceci : diriger son attention avec flexibilité, ouverture, et curiosité.
    Cette simple définition nous dit trois choses importantes. Premièrement, la pleine conscience est un processus attentionnel, il ne s’agit pas de penser. Cela implique de diriger son attention sur l’expérience du moment présent à l’opposé du fait d’être pris dans ses pensées. Ensuite, la pleine conscience implique une attitude particulière : une attitude d’ouverture et de curiosité. Même si notre expérience du moment présent est difficile, douloureuse, ou désagréable, nous pouvons rester ouvert et curieux par rapport à elle au lieu de la fuir ou de lutter contre elle. Troisièmement, la pleine conscience implique la flexibilité de l’attention : la capacité à diriger consciemment, à élargir ou à centrer notre attention sur différents aspects de l’expérience
    Nous pouvons utiliser la pleine conscience pour nous « éveiller », nous connecter à nous-mêmes et pour apprécier la plénitude et la richesse de chaque instant de la vie. Nous pouvons l’utiliser pour améliorer notre connaissance de nous-mêmes – pour mieux apprendre comment nous nous sentons, comment nous pensons et réagissons. Nous pouvons l’utiliser pour nous connecter plus profondément et de manière plus intime avec les personnes qui nous sont chers, nous inclus. Et nous pouvons l’utiliser pour influencer de manière consciente notre propre comportement et élargir nos possibilités de réponse par rapport au monde qui nous entoure. C’est l’action de vivre de manière consciente – un moyen profond pour susciter la résilience psychologique et aaccroîtrele bien-être.
    La Pleine Conscience (mindfulness) est un « état de conscience qui résulte du fait de porter son attention, intentionnellementau moment présentsans juger, sur l’expérience qui se déploie moment après moment » .Jon Kabat Zinn, 2003.

     La pratique de la Pleine Conscience permet une meilleure gestion des ruminations mentales, des émotions et du stress.

    Origine de la pleine conscience

    Le premier programme basé sur la Pleine conscience a été mis au point par  Jon Kabat-Zinn, dans le but d’aider des personnes souffrant de problèmes physique ou psychologiques à réduire leur stress et à vivre autrement la douleur physique, la maladie et la souffrance en général.

    Jon Kabat-Zinn fonda, dans les années 70, la Clinique de Réduction du Stress et est à l’origine du Centre pour la Pleine Conscience en Médecine à l’université du Massachusetts.

    Ce programme de Pleine Conscience a, ensuite, été adapté à la prévention des rechutes dépressives, par une équipe de chercheurs (Zindel Segal, John Teasdale et Mark Williams).

    Depuis lors, de nombreuses études validées scientifiquement, ont permis de constater que les bienfaits de la Pleine Conscience s’étendaient à la gestions d’autres difficultés.

    Les bienfaits de la Pleine conscience

    La Pleine Conscience permet une meilleure connaissance de soi par plus de curiosité et de bienveillance vis-à-vis de son expérience.

    La pratique de la pleine conscience amène aussi à plus de calme et de sérénité. A vivre plus pleinement le moment présent. C’est-à -dire en étant vraiment là et non dans des regrets continuels sur le passé, des inquiétudes incessantes sur le futur et dans de trop nombreux jugements sur soi ou sur la situation présente. La pratique de la pleine conscience permet également le développement de ressources intérieures pour faire face aux difficultés de la vie. En outre, elle invite à prendre d’avantage soin de soi et des autres.

    La pleine conscience permet de se dégager de nos réactions automatiques face à un problème…Ruminations mentales, c’est-à-dire pensées incessantes sur le problème, fuite du problème, replis sur soi, frustration, résignation…

    Ces réactions amplifient malheureusement souvent nos difficultés et notre mal-être.
    La pleine conscience apprend à observer nos sensations, émotions, pensées et tendances à l’action, avec curiosité et bienveillance, comme des phénomènes transitoires et à les accepter tels quels plutôt que d’y réagir de manière automatique.

    Cette attitude permet de mieux gérer notre détresse et d’agir plutôt que de réagir. D’agir de manière plus adéquate et d’une manière qui est plus en accord avec nos valeurs.
    Il s’agira de ne plus réagir, repousser ce qui se présente mais d’observer avec curiosité et bienveillance ce qui est là, de l’accepter et d’y répondre.

     Méditation laïque !

    La Pleine Conscience s’inspire de la méditation bouddhiste. Mais est dénuée de toute connotation religieuse ou spirituelle. La méditation est utilisée comme moyen pour apprendre la Pleine Conscience et ne se limite pas à des pratiques figées.

    La Pleine Conscience pour qui ?

    Face à un rythme de vie de plus en plus effréné, ce programme permet de développer une meilleure qualité de vie et est indiqué pour toute personne désirant vivre plus pleinement et plus sereinement son quotidien.

    La pleine conscience est aussi particulièrement indiquée pour:

    • La gestion des émotions
    • La prévention de rechutes dépressives
    • La gestion du stress
    • La gestion de l’anxiété, des ruminations mentales, de l’insomnie
    • La gestion de l’impulsivité (accès de colère, crise de boulimie)
    • La gestion de la douleur chronique
    • La gestion de la détresse face à la maladie chronique
    • L’amélioration du perfectionnisme excessif
    • Développement de la bienveillance vis-à-vis de soi 
    • Source: jean-pierre Dubuisson 
  • Un deuxième Mérite sportif de Pont-à-Celles pour Pierre Hubert

    pont-à-celles,mérite,sportif

    l'autre soir, les édiles de Pont-à-Celles ont procédé à la remise de leurs Mérites communaux 2014. En présence d’un parterre de personnalités, le triathlète de l’ATCC, Pierre Hubert, a reçu des mains de son bourgmestre, Christian Dupont, le plus important d’entre eux, à savoir le Mérite sportif. C’est grâce à sa performance à l’Ironman de Vichy, fin août dernier, qu’il a obtenu cette distinction. Il s’est classé 25e de cet Ironman en 9h33. Et, dans sa catégorie des M40, il s’est tout simplement adjugé la 2e place. Il est également champion francophone des M40. Pierre se félicite d’avoir été à nouveau honoré par les siens, car il l’avait déjà été en 2007, peu de temps après sa participation à l’Ironman d’Hawaï. Où il ne désespère pas de retourner un jour.

    K.Z

  • A la une de votre Nouvelle Gazette du 24 décembre 2014

    pont-à-celles,une,nouvelle,gazette,charleroi

  • Jeudi 11 décembre à la Bibliothèque de Pont-à-Celles: Café littéraire

     

     

    Capture.PNG

    L'animateur Pierre De Landes vous lira des extraits du nouveau roman de Grégoire Delacourt : "On ne voyait que le bonheur". Un livre intimiste parlant d'une malédiction familiale et qui réveille les émotions enfouies chez chacun.

     

    Lieu : Bibliothèque de Pont-à-Celles
    Infos : 071 84 79 74

     

  • In memoriam: Pierre Doris décédait le 27 octobre 2009

     

    Capturer.JPGPierre Léon Doris, né le 29 octobre 1919, et mort le 27 octobre 2009, est un comédien et humoriste français. De son vrai nom Pierre Tugot, il tire son nom Doris de la ville Ris-Orangis. Son humour s'oriente franchement vers l'humour noir, il a influencé beaucoup d'humoristes français, dont Pierre DesprogesJean Yanne,Laurent Ruquier.

    Source: jesuismort.com

  • Avis de la bibliothèque de Pont-à-Celles

    Notre prochaine rencontre aura lieu le jeudi 9 octobre à 14h00 à la bibliothèque de Pont-à-Celles.

    Notre animateur Pierre De Landes nous lira des extraits du livre " La destruction du savoir en temps de paix" (ouvrage collectif) et nous discuterons de ce thème en toute convivialité autour d’une tasse de café.

    Bienvenue à tous ! 

    Capturer.JPG

  • Le 15 septembre 2012, disparaisait Pierre Mondy

    imagesCACI06OS.jpg

    Pierre Mondy, de son vrai nom Pierre Cuq, né le 10 février 1925 à Neuilly-sur-Seine et mort le 15 septembre 2012 à Paris, est un comédien et metteur en scène français.

    Il commence ses études au lycée Lapérouse d'Albi jusqu'à l'obtention de son baccalauréat. Après le cours Simon auxquels il s'inscrit en 1946, il débute comme doublure au théâtre en 1948 avant d'obtenir un petit rôle au cinéma dans Rendez-vous de juillet (1949).

    Au cinéma, il obtient la reconnaissance internationale en 1960 pour son rôle de Napoléon Bonaparte dans Austerlitz d'Abel Gance.

    Dans les années 1970, il continue sa carrière dans des comédies « franchouillardes » telle la série de la 7e compagnie.

    Il a failli jouer l'adjudant Gerber, dans la série des Gendarmes, avec Louis de Funès, finalement remplacé par Michel Galabru, faute de temps (tournée).

    De 1992 à 2004, on le voit à la télévision dans la série Les Cordier, juge et flic au côté de Bruno Madinier. Puis de 2005 à 2007 dans la série dérivée Commissaire Cordier. Dans ces deux séries, il est accompagné de l'actrice Antonella Lualdi qui interprète Lucia Cordier, sa femme.

    Au théâtre, il est l'un des plus prolifiques metteurs en scène de la scène parisienne, des années 1960 aux années 2000.

    Il a été marié quatre fois, en premières noces le 26 octobre 1951 avec l'actrice Claude Gensac (divorce le 11 juin 1955) ; en deuxièmes noces avec l'actrice Pascale Roberts en 1957 et ils ont divorcé quelques années plus tard ; en troisièmes noces avec l'actrice Annie Fournier en 1967 qui lui donnera deux enfants, Laurent (né à la fin des années 1960 et qui travaille à la télévision) et Anne. En quatrièmes noces, il épouse, à Cannes, le 10 juin 1991, l'actrice Catherine Allary.

    Il a fait l'acquisition d'un manoir à côté de Brive-la-Gaillarde.

    En juillet 2009, il est hospitalisé à la suite d'un malaise, et les médecins lui diagnostiquent un lymphome, qui est soigné en février 2010. Il meurt à Paris le 15 septembre 2012, à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière des suites d'une récidive du lymphome.