enfant - Page 8

  • Jambes: Mohamed (69 ans) plonge pour sauver un enfant de la noyade

    Rédaction en ligne

    Mohamed est à l’hôpital avec un pied cassé, mais il est heureux. Il vient de sauver la vie à un petit garçon qui était tombé dans la Meuse et qui, sans lui, se serait noyé.

    Vers L’Avenir raconte ce qui est arrivé mercredi après-midi à Mohamed alors qu’il marchait le long du quai, à Jambes. A un moment donné, il a entendu des cris. Il est allé voir et s’est aperçu qu’un enfant était tombé à l’eau et était en train de se noyer.

    Malgré ses 69 ans et le froid de la Meuse, il n’a pas hésité à sauter. Il a pu remonter l’enfant. Ce n’est qu’alors qu’il s’est aperçu qu’il avait un pied cassé. Il avait frappé un rocher au moment de plonger.

  • CHILDPROOF revendique un milieu de vie sans perturbateurs hormonaux



                            Communiqués de presse - Sécurité
                                                   


     
    © Childproof
    Aujourd'hui, Childproof publie une prise de position pour bannir les perturbateurs hormonaux de sorte que les enfants puissent se développer dans un milieu de vie sans poisons. Fœtus, jeunes enfants et adolescents passent par des phases de développement pendant lesquelles ils sont très vulnérables, et c'est précisément en ces périodes-là, qu'une exposition même à une faible dose de perturbateur hormonal peut déjà nuire à leur santé. On retrouve des perturbateurs hormonaux dans toutes sortes de produits quotidiens, comme denrées alimentaires, cosmétiques et produits de soins corporels. La prise de position de Childproof est signée par divers groupes d'intérêts belges et hollandais ainsi que par des scientifiques qui étudient les perturbateurs hormonaux et leurs effets sur la santé.

    Plusieurs maladies et troubles liés aux hormones se propagent. Toujours plus de facteurs indiquent que lesdits perturbateurs hormonaux (endocrine disrupting chemicals ou EDC) jouent un rôle dans ce développement. Typiquement, les EDC sont nuisibles d'une manière très particulière pendant certaines phases spécifiques du développement humain, et principalement celles, pendant lesquelles la plupart des tissus sont encore en pleine croissance. Cela veut dire que foetus et jeunes enfants sont particulièrement sensibles à l'impact des EDC. Or, on retrouve, de nos jours, beaucoup de perturbateurs hormonaux dans l'environnement et dans des produits. Jusqu'à présent, on a pu découvrir des propriétés perturbatrices hormonales dans quelque 800 substances chimiques , et ce n'est probablement que la partie visible de l'iceberg.

    En 2012, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a publié un rapport sur les perturbateurs hormonaux, dans lequel elle conclut que les risques de santé liés à ces substances pourraient être très fortement sous-estimés. Par ailleurs, le Parlement européen reconnaît que les enfants, les jeunes, ainsi que les femmes enceintes, ont besoin d'une protection spéciale face à l'exposition de ces perturbateurs hormonaux.

    Une exposition à des EDC peut se faire via l'alimentation, par l'air ou simplement en touchant des objets. Des EDC peuvent être inhalés lors de l'usage de produits tels que les rafraîchisseurs d'air, teintures pour cheveux et déodorants. L'ingestion d'EDC peut se faire via des aliments, des boissons ou l'utilisation de boîtes en plastique pour la conservation de denrées alimentaires. Une autre source d'exposition est la poussière. Des EDC s'accumulent dans les poussières de maison, auxquelles, en particulier des bambins, sont exposés. A cela s'ajoute encore que, nombre d'EDC sont absorbés dans l'environnement et accumulés dans les graisses de poissons, par exemple.

    Les recherches scientifiques consacrées aux perturbateurs hormonaux n'en sont encore qu'aux balbutiements, mais ces substances sont déjà reliées à diverses maladies et infections, dont :

    • Réduction de la fertilité chez les hommes;
    • Développement anormal des organes génitaux, surtout chez les garçons;
    • Développement prématuré des seins chez les filles;
    • Divers types de cancers, comme le cancer du sein et de la prostate;
    • Obésité et diabètes;
    • Alzheimer et Parkinson.

    Childproof fait appel aux politiciens nationaux et européens pour qu'ils :

    • mettent en place des critères européens pour identifier des EDC, en tenant compte de la sensibilité spécifique des jeunes enfants et des enfants encore à naître, même pour des concentrations très faibles de ces substances;
    • identifient et bannissent tous les EDC, surtout dans des produits avec lesquels les enfants et les femmes enceintes entrent en contact;
    • introduisent des indicateurs pour mesurer l'exposition de groupes vulnérables (enfants prénataux et postnataux) à des EDC;
    • prennent en compte, lors de l'élaboration de mesures politiques, le fait que les enfants prénataux et postnataux sont les plus sensibles pour les effets des perturbateurs hormonaux;
    • misent spécialement sur les groupes les plus vulnérables (p.ex. les femmes enceintes) dans les campagnes d'information. Tant qu'il y aura encore des EDC dans des produits, les consommateurs doivent être informés des risques de santé que présentent les perturbateurs hormonaux, de sorte qu'ils puissent faire des choix, en toute connaissance de cause, et, éventuellement adapter leur comportement et leur mode de vie.

    Les enfants ont droit à un milieu de vie sécurisé et sain et il est, par conséquent, inacceptable, qu'ils entreraient quotidiennement en contact, involontairement ou à leur insu, avec plusieurs de ces substances à risque.

    Childproof est un forum interdisciplinaire, créé par le Gezinsbond et le CRIOC, ayant pour but d'améliorer le milieu de vie et la santé des enfants. En effet, les enfants ne sont pas de petits adultes parce qu'ils sont en plein développement physique, ce qui les rend hypersensibles aux effets nocifs provenant de leur milieu de vie. Childproof estime que les enfants doivent être le critère duquel part toute discussion pour de nouvelles mesures ciblées, parce qu'ils sont les plus vulnérables. Cette vision rejoint le principe du 'design for all' qui dit que si le maillon le plus faible est le benchmark, tous les groupes de la société en profiteront. Il est primordial que des actions politiques soient entreprises pour la création d'un meilleur milieu de vie, parce que les enfants ont droit de prendre un bon départ sain dans leur vie.

    Pour plus d'informations sur le point de vue de Childproof concernant les EDC, nous nous référons à la prise de position.

    Auteur : Rob Buurman

    .

     

    Cet article est réalisé avec le soutien financier du
    programme Life+ du DG Environnement de la Commission Européenne.
  • Enfin d'une bonne nouvelle Les enfants atteints d'un cancer pourraient bénéficier de plus de médicaments

    Belga

    Pour 25% des enfants et des adolescents qui souffrent d’un cancer et n’en guérissent pas, trop peu de nouveaux médicaments sortent des laboratoires pour leur offrir un espoir. Les sociétés pharmaceutiques esquivent en effet l’obligation de tester de nouveaux médicaments également sur les enfants, écrit mercredi De Morgen.

    Le journal publie des chiffres de l’European Consortium for Innovative Therapies for Children with Cancer dont il ressort que depuis 2007, 28 nouveaux médicaments contre le cancer pour les adultes ont été commercialisés. Sur ces 28 médicaments, 26 pourraient très bien fonctionner sur les enfants. Mais dans 14 cas, les labos ont réussi à échapper à l’obligation de tester le nouveau médicament également sur les enfants.

    Les oncologues pédiatriques belges, tout comme le consortium européen des oncologues pédiatriques, exigent que la législation européenne soit modifiée afin que les firmes pharmaceutiques testent leurs nouvelles molécules autant que possible aussi sur les enfants. «En théorie, les entreprises qui testent de nouveaux médicaments doivent aussi prévoir un volet enfants avant que le médicament puisse être approuvé», explique Anne Uyttebroeck, présidente de la Belgian Society for Paediatric Haematology Oncology. «Mais comme la réglementation prévoit des exceptions et comme les tests auprès des enfants sont plus difficiles et plus onéreux, de nombreuses entreprises mettent tout en oeuvre pour y échapper.»

    L’Agence fédérale des médicaments souligne dans De Morgen qu’il ne s’agit seulement que de «certaines» firmes qui esquivent les tests sur les enfants. «Nous sommes toutefois d’accord que la législation doit être affinée. Une révision est prévue pour 2016.»

  • Pont-à-Celles: Grandeur Nature ASBL, stages Nature pour les enfants

    page-2.jpgplaine-2006-129.jpgvisite-rucher-didactique-30712-023-petite.jpg

     

    Voila une ASBL qui réponds à certaine question pour vos enfants, que vont’ ils faire pendant les vacances ?

     

    D'ou vient l'eau des rivières ? Qu'est-ce qu'un insecte ? Peut-on goûter une ortie ? Pour découvrir les réponses à ces énigmes et bien d'autres encore, découvrir la campagne, explorer la forêt, reconnaître les végétaux, cueillir et cuisiner des plantes sauvages, ramasser des matériaux naturels et composer une oeuvre d'art... ou rester bien au chaud lorsque le temps ne se prête pas aux sorties.

    Au programme également selon les thèmes et les saisons: la visite d'une ferme, d'un musée ou d'un centre didactique, un jeu de piste, des contes et des moments de détente. Des jeux de collaboration et cercles de parole sont organisés dans le but de favoriser l'expression de chacun et de créer une bonne entente entre les plus jeunes et les enfants plus âgés. (Plus de détails sur les thèmes à la page de chaque période).

    Age : de 5 à 13 ans

    Horaire : de 9h à 16h, garderie à partir de 8h et jusque 17h30

    Lieu : Pont-à-Celles, dans une grande maison privée entourée de champs avec un vaste jardin arboré. La configuration des lieux apporte au stage une ambiance familiale.

    Participation : 80 €/5j, 65 €/semaines de 4 jours, 50 €/3 jours (si jour férié dans la semaine) (intervention mutuelles possible, réduction 10 € pour le deuxième enfant inscrit). Ce prix inclut les deux collations, un potage en hiver, un jus en été, mais pas le dîner à emporter.

    Nos stages sont reconnus et subventionnés par la Région Wallonne

    Acces au site de grandeurnature

    Tél.  : +32 71 84 50 83
    GSM : +32 486 23 20 22

     

  • Bibliothèques de Pont-à-Celles: Le mercredi, Contes pour petites oreilles

    Laissez-vous conter….

    Le mercredi entre 14h00 et 16h00

    Venez choisir vos livres en toute quiétude pendant que Mme Martine raconte de belles histoires à vos enfants !

  • Fleurus: appel aux dons pour Louckas, un enfant de 2 ans gravement brûlé dans un incendie accidentel

    Rédaction en ligne

    Le 30 décembre, Louckas, un petit bout de deux ans à peine, était gravement brûlé dans un incendie accidentel survenu à la rue Saint-Barthélemy, nichée à Heppignies. Les nouvelles sont rassurantes : son état est stable mais le chemin vers la guérison sera long, très long. Et coûteux aussi. Pour parvenir à financer tous les soins, Aloïs et Jessica, les parents, ont décidé de lancer un appel à la solidarité. Ils vont organiser une récolte de fonds.

    
Aloïs et Jessica mettent tout en oeuvre pour aider le mieux possible leur fils Louckas.

    D.R.

    Aloïs et Jessica mettent tout en oeuvre pour aider le mieux possible leur fils Louckas.

    « La remise sur pied de Louckas va forcément exiger une grande quantité d’argent surtout après sa sortie des soins intensifs, avoue Jessica Neus, sa maman. On va, par exemple, devoir lui acheter des vêtements spécifiques qu’il devra porter après sa sortie de l’hôpital. On a calculé et ils nous reviendront à 10.000 euros. Et puis, il y aura tous les autres frais. »

    Pour attirer le plus de monde possible à leurs activités, les parents ont contacté deux personnalités : il s’agit de la djette Mademoiselle Luna et du rappeur Scylla. « Ces artistes ont immédiatement répondu positivement à notre demande, se réjouit la Fleurusienne. Nous envisageons d’organiser des mini-concerts ou bien des séances de dédicaces. »

    Ni la date ni le lieu ne sont encore connus. Le papa et la maman de Louckas veulent d’abord estimer le nombre de personnes qui pourraient être sensibles à cet appel aux dons. « Ce serait bien que les gens qui souhaitent nous aider se manifestent. De la sorte, on pourra savoir quelle salle il convient de retenir en termes de capacité d’accueil, poursuit-elle.

    En parallèle, la salle de sports Active B-South de Jumet, endroit où travaille Jessica, va également organiser un événement pour récolter de l’argent. L’activité tournera autour du spinning. Ici aussi, aucune date n’a encore été arrêtée.

    « La somme récoltée par ces événements sera divisée en deux, annonce-t-elle. Une partie sera directement déposée sur le compte de Louckas. La deuxième sera, quant à elle, versée à l’association Pinocchio, une ASBL nationale qui vient en aide aux enfants brûlés. »

  • Exclusif: enceinte à 13 ans, Monia accouchera dans deux mois

    enfant, ado, pont-a-cellesS.D.

    Cette ado originaire de Dinant vient d’arrêter ses études pour sa grossesse. «Je ne voulais pas avorter.»

    Monia, 13 ans, et Dylan, 17 ans, sont en couple depuis 8 mois. A les écouter, ils sont prêts à être parents.

     

    Monia, 13 ans, est étudiante en première secondaire dans une école dinantaise. Mais elle vient de suspendre ses études car en février prochain, elle va mettre au monde Tyméo.

    Une info à découvrir en exclusivité sur Sudinfo +