enfant - Page 7

  • Vacances, Enfants et soleil : conseils à lire absolument (même si vous croyez savoir !)

     

    Enfant au soleil : conseils à lire absolument (même si vous croyez savoir !)

    Nous savons tous qu'il est extrêmement important de protéger les enfants contre les rayons du soleil.

    Mais nous ne savons pas assez bien que la protection des enfants se joue avant tout dans le temps.

    Temps d'exposition, temps nécessaire aux filtres solaires pour agir, temps entre deux applications de produit...
    La protection contre le soleil est une question de timing !

    Pourquoi faut-il protéger les enfants du soleil ?

     

    Tout simplement parce que leur peau est très fragile, et que le mécanisme du bronzage (qui, rappelons-le, n'est pas là uniquement pour des raisons esthétiques mais protège aussi la peau des rayons du soleil) n'est pas encore mis en place chez les tout-petits.

    Donc avant un an, il ne faut pas du tout exposer les enfants : tee-shirt, chapeau et maintien à l'ombre sont de rigueur.

    Ensuite, c'est progressivement que les règles s'assouplissent… et toujours en gardant un oeil sur le temps.

    Les heures d'exposition au soleil les plus dangereuses

     

    Les enfants ne doivent pas être exposés au soleil aux heures les plus chaudes de la journée - jusque là rien de neuf.

    Mais savez-vous quelles sont ces heures ?

    La réponse pourra vous étonner - entre 11h et 18h, les enfants devraient être éloignés des plages ou du bord de la piscine. C'est plus long que ce que croient la plupart des parents.

    La durée de l'exposition au soleil est elle aussi importante.

    Essayer de ne pas dépasser vingt minutes à la fois, en intercalant des activités ombragées dans le temps que vous passez au soleil : la sieste se fera par exemple à l'intérieur.

    Plus d'info sur le site ICI

    Source: e-sante.be

  • Journée Mondiale contre le travail des enfants


    Journée Mondiale contre le travail des enfants

    En ratifiant la convention n° 182 de l'Organisation Internationale du Travail, les pays signataires s'engagent à agir immédiatement pour interdire et éliminer les pires formes de travail des enfants. Cette convention a été la plus rapidement ratifiée de l'histoire de l'OIT depuis sa création en 1919. Parallèlement, la convention n° 138 de l'OIT a également subi une augmentation remarquable de ses ratifications. Cette dernière, dont l'objectif est à plus long terme, offre un cadre plus large pour l'abolition effective du travail des enfants. Un tel essor dans les ratifications de ces deux conventions démontre clairement que la mobilisation contre le travail des enfants ne cesse d'augmenter partout dans le monde... il y a cependant loin de la coupe aux lèvres et le travail des enfants reste une réalité quotidienne dans de nombreux pays !

    On estimait en effet en 2002 que le travail des enfants concernait 246 millions d'enfants entre 5 ans et 17 ans, soit un enfant sur six à l'échelle de la planète, essentiellement dans l'agriculture. Selon un rapport de l'OIT, 73 % de ces jeunes - environ 179 millions, soit un enfant sur 8 - sont soumis aux "pires formes de travail", qui mettent en péril leur bien-être moral, mental ou physique ­ et 8,4 millions sont assujettis à des activités "intrinsèquement condamnables" - esclavage, servitude pour dettes et toutes autres formes de travail forcé, y compris la prostitution, l'enrôlement dans des forces armées, la pornographie.

    Le cri d'alarme de l'Organisation internationale du travail

    En outre, les chiffres montrent que l'esclavage n'a pas disparu, puisque quelque 5,7 millions de jeunes sont asservis ou sont forcés de travailler. Ces enfants ont souvent beaucoup de problèmes pour obtenir de l'aide, non seulement parce qu'ils sont jeunes, mais aussi parce qu'ils ne possèdent aucun certificat de naissance ou papiers officiels et qu'ils sont donc "invisibles" aux yeux des autorités.

    "Les formes les plus dangereuses de travail des enfants dépassent largement nos estimations précédentes", s'alarme l'OIT. Sept enfants sur dix travaillent dans des exploitations agricoles, souvent pour une production locale destinée à leur propre famille. Mais environ 10 millions d'enfants (en Asie, en Afrique, en Amérique du Sud) travailleraient pour une activité d'exportation, c'est-à-dire, in fine, pour des entreprises occidentales. Les secteurs les plus exposés à ce genre de pratique sont le textile, la fabrication des tapis, la récolte de tabac ou de cacao à destination des grands groupes internationaux.

    Le travail des enfants concerne également les pays développés : 2,5 millions d'enfants y travailleraient. Ce phénomène touche surtout l'agriculture aux Etats-Unis, les services à la personne en Grande-Bretagne et le textile et le bâtiment en Europe du Sud...

    Un site à visiter : www.ilo.org

    Source: journéemondiale

  • "Retouvé" ALERTE ENLEVEMENT ENFANT en collaboration avec Child Focus

    Publié le 23/04/2014 à la requête du Procureur du Roi de Charleroi et en collaboration avec Child Focus.


    Ethan CAPUTO

    Faits:

    Les services d’enquête sont à la recherche d’un homme qui le lundi 21 avril 2014 a enlevé l’enfant de sa compagne à ANDERLUES. Il a emmené Ethan âgé de 1 an et demi dans une poussette noire de la marque CHICCO.

    Sébastien JACQUES est âgé de 31 ans. Il a les cheveux foncés et légèrement frisés. Il portait un jeans, un pull noir à capuche portant l’inscription blanche « Montana », un gilet sans manche noir et des baskets « Air Max ».

    Ethan a les yeux bleus et les cheveux châtain clair. Il portait un jeans, un sweat rouge « Cars », un manteau bleu Adidas, des baskets Nike bleu marine et une cagoule blanche avec des lignes de couleur.

    Témoignages:

    Si vous avez vu Ethan CAPUTO ou si vous savez où Ethan CAPUTO réside, veuillez prendre contact avec les enquêteurs de la Police Fédérale via le numéro de téléphone gratuit:

    0800/30.300

    ou avec Child Focus via le numéro 116 000.

    ou réagissez online

  • Drame à Liège: Deux morts, dont un enfant de dix ans, et un blessé grave dans une fusillade près du hall omnisports de Visé

    Une fusillade a éclaté vendredi soir près du hall omnisports de Visé (en province de Liège), a indiqué samedi matin le bourgmestre Marc Neven. Il y a deux morts, dont un enfant de 10 ans !

    Plusieurs coups de feu ont été tirés vers 23h00 devant une maison de Visé.

    «Un homme, une femme et un enfant de 10 ans rentraient dans cette maison lorsqu’un individu se trouvant dans une voiture a fait feu dans leur direction, tuant l’enfant. L’homme qui ne serait pas son père serait décédé peu après, alors que la dame, la marraine de l’enfant, serait très grièvement blessée», a expliqué le bourgmestre à l’agence Belga.

    L’auteur de la fusillade n’aurait pas été retrouvé.

  • Idée vacance :Pour les mamans, 10 bricolages de Pâques à réaliser avec vos enfants

     

    Pâques arrive au moment de l’année où le soleil nous réveille enfin, après un long hiver! Profitons de cette énergie et décorons avec les enfants pour accueillir le printemps.

    bricolage.jpg

    Voir ici sur le site http://www.mamanpourlavie.com les bricolages à réaliser avec vos enfants

  • Drame de la route à Roux: Fauchée sur la route en attachant son bébé, Fanny Gossiaux reste toujours dans un état très grave

    Fanny Gossiaux a été percutée par une voiture mercredi alors qu’elle attachait son bébé à l’arrière de sa propre voiture. Elle est toujours dans un état critique. La jeune maman de 24 ans est hospitalisée à l’hôpital civil de Charleroi aux soins intensifs.

     C’est une scène d’une véritable horreur qui s’est déroulée mercredi à Roux, chaussée de Courcelles (entité de Charleroi). Fanny Gossiaux, jeune maman de 24 ans, attachait son bébé à l’arrière de sa voiture garée juste devant chez elle lorsqu’une Peugeot Partner a dévié de sa trajectoire, percutant très violemment la maman et la traînant sur une vingtaine de mètres. La Peugeot a encore continué sa route avant de s’encastrer dans deux petits murets. L’accident fut, on peut l’imaginer, très violent.

    Elle a directement été emmenée à l’hôpital. Elle souffrait alors d’une fracture du crâne et d’autres blessures légères et a été emmenée en urgence à l’hôpital civil de Charleroi. Des proches de la victime nous apprennent qu’elle a été opérée, mais les médecins réservent toujours leur diagnostic. Ses jours sont encore en danger.

    
Fanny Gossiaux

    DR

    Fanny Gossiaux

     

     

     

  • "Accueil de la petite enfance" - Grandir et s’épanouir dans la diversité

     

    Logo GrandirLes services du projet sont accessibles gratuitement à tous les milieux d’accueil autorisés par l’ONE implantés sur le territoire du grand Charleroi à savoir Aiseau-Presles, Chapelle-lez-Herlaimont, Charleroi, Châtelet, Farciennes, Fleurus, Gerpinnes, Les Bons Villers, Morlanwelz, Pont-à-Celles, Fontaine-l’Evêque, Montigny-Le-Tilleul.

     

    Territoire couvert et coordonnées


    Région de Charleroi

    Grandir et s’épanouir dans la diversité
    Centre Coordonne de l’enfance ASBL
    Rue Grégoire Soupart, 15
    6200 Charleroi
    071/30.80.11
    contact@ccenfance.org

    Grandir et s’épanouir dans la diversité c’est un dispositif de soutien à l’inclusion d’enfants de 0 à 6 ans (non scolarisés) en situation de handicap dans un milieu d’accueil dit «habituel».

    Ce dispositif propose aux milieux d’accueil concernés ou intéressés par l’accueil d’enfants en situation de handicap :

    • Une sensibilisation qui, adaptée aux demandes spécifiques, a pour objectif de dédramatiser l’accueil de l’enfant différent en faisant prendre conscience des représentations de chacun, en abordant les différents aspects de la communication plus spécifiques nécessaires à l’inclusion ainsi que les conditions qui permettent d’individualiser l’accueil de l’enfant.
    • Un accompagnement et un soutien personnalisé pour l’équipe pouvant revêtir diverses formes. Il peut s’agir de permettre à l’équipe accueillante (que ce soit un accueil en milieu collectif ou familial) :
      • d’être soutenue tout le long de la mise en route du processus
      • de prendre du temps pour soutenir la préparation, la mise en œuvre et l’évaluation d’un projet d’inclusion
      • d’être soutenue dans la phase de réalisation du processus par des réunions d’intervision (entre les membres de l’équipe ou avec d’autres professionnel-le-s) au sein d’espaces d’échanges de pratiques, d’expériences et de construction de compétences partagées.

    Ce dispositif est réalisé par une équipe pluridisciplinaire et peut comprendre, si nécessaire, la mise à disposition de puériculteurs.

     

    Source AWIPH