disparition - Page 4

  • Soulagement à La Nouvelle Gazette de Charleroi: notre collègue Benjamin Berthaut a été retrouvé "Un grand merci pour vos partages!"

    Benjamin Berthaut, journaliste à La Nouvelle Gazette depuis de très nombreuses années, n’avait plus donné signe de vie depuis le samedi 2 janvier dernier. Énorme soulagement pour sa famille, ses proches et ses collègues, il a été retrouvé hier matin à Paris.

     

    Notre journaliste et ami Benjamin Berthaut est porté disparu depuis ce samedi 2 janvier

    pont-à-celles,nouvelle,gazette,charleroi,vandeplas,johnny,disparition

    pont-à-celles,une,nouvelle,gazette,charleroi,vandeplas,johnny

    Une disparition inquiétante prise très au sérieux par les polices carolo et fédérale. Benjamin Berthaut, 40 ans, n’a plus donné signe de vie depuis la matinée du samedi 2 janvier aux alentours du quai de Flandre à la ville-basse de Charleroi. La rédaction de votre journal, sous le choc, sollicite l’aide de tous ceux qui pourraient faire avancer l’enquête.

    C’est dans les pages consacrées aux faits divers que vous avez l’habitude de lire notre collègue, Benjamin Berthaut. Son travail l’a malheureusement rattrapé, c’est à son tour de se retrouver dans cette rubrique. La dernière trace de notre collègue remonte au samedi 2 janvier 2016, aux alentours du quai de Flandre en face de nos bureaux et de la gare du Sud. Un homme de taille moyenne (1m79), aux yeux bruns et de corpulence mince, portant la barbe et des lunettes. Il a les cheveux châtain clair coupés courts et présente une calvitie frontale. Au moment de sa disparition, il était vêtu d’une veste classique noire en cuir, d’un pantalon noir, d’un pull blanc à rayures bleu clair et de chaussures noires.

    Benjamin, père de famille, est un amoureux. De son petit bonhomme de 6 ans, d’histoire, de la langue française, des plaisirs de la vie… Mais ces derniers temps, toutes ces petites choses qui l’aidaient à tenir le coup et à surmonter les obstacles d’une existence semblaient s’effacer. Moins de force, d’énergie, d’envie… Affaibli par toute une série d’épreuves. Ce qui rend son absence prolongée plus qu’inquiétante pour sa famille, ses amis et enfin nous, ses collègues.

    Il peut être n’importe où et nous ne perdons pas espoir de vite le retrouver. Ce journaliste connaît très bien Charleroi, sa ville depuis et pour toujours. Notre chance, c’est que Charleroi le connaît tout autant. Il est peut-être là quelque part, près de vous. Ville-basse, ville-haute, à Jumet, Couillet, dans un restaurant, une gare voire à l’aéroport…

    J. DELLICOUR

    pont-à-celles,une,nouvelle,gazette,charleroi,vandeplas,johnny

     

  • Charleroi disparition inquiétante : Avez-vous vu Benjamin Berthaut ?

    Notre journaliste et ami Benjamin Berthaut est porté disparu depuis ce samedi 2 janvier

    pont-à-celles,nouvelle,gazette,charleroi,vandeplas,johnny,disparition

    pont-à-celles,une,nouvelle,gazette,charleroi,vandeplas,johnny

    Une disparition inquiétante prise très au sérieux par les polices carolo et fédérale. Benjamin Berthaut, 40 ans, n’a plus donné signe de vie depuis la matinée du samedi 2 janvier aux alentours du quai de Flandre à la ville-basse de Charleroi. La rédaction de votre journal, sous le choc, sollicite l’aide de tous ceux qui pourraient faire avancer l’enquête.

    C’est dans les pages consacrées aux faits divers que vous avez l’habitude de lire notre collègue, Benjamin Berthaut. Son travail l’a malheureusement rattrapé, c’est à son tour de se retrouver dans cette rubrique. La dernière trace de notre collègue remonte au samedi 2 janvier 2016, aux alentours du quai de Flandre en face de nos bureaux et de la gare du Sud. Un homme de taille moyenne (1m79), aux yeux bruns et de corpulence mince, portant la barbe et des lunettes. Il a les cheveux châtain clair coupés courts et présente une calvitie frontale. Au moment de sa disparition, il était vêtu d’une veste classique noire en cuir, d’un pantalon noir, d’un pull blanc à rayures bleu clair et de chaussures noires.

    Benjamin, père de famille, est un amoureux. De son petit bonhomme de 6 ans, d’histoire, de la langue française, des plaisirs de la vie… Mais ces derniers temps, toutes ces petites choses qui l’aidaient à tenir le coup et à surmonter les obstacles d’une existence semblaient s’effacer. Moins de force, d’énergie, d’envie… Affaibli par toute une série d’épreuves. Ce qui rend son absence prolongée plus qu’inquiétante pour sa famille, ses amis et enfin nous, ses collègues.

    Il peut être n’importe où et nous ne perdons pas espoir de vite le retrouver. Ce journaliste connaît très bien Charleroi, sa ville depuis et pour toujours. Notre chance, c’est que Charleroi le connaît tout autant. Il est peut-être là quelque part, près de vous. Ville-basse, ville-haute, à Jumet, Couillet, dans un restaurant, une gare voire à l’aéroport…

    J. DELLICOUR

    pont-à-celles,une,nouvelle,gazette,charleroi,vandeplas,johnny

     

  • Aidez-nous à retrouver notre collègue disparu !

    Notre journaliste et ami Benjamin Berthaut est porté disparu depuis ce samedi 2 janvier

    pont-à-celles,une,nouvelle,gazette,charleroi,vandeplas,johnny

    Une disparition inquiétante prise très au sérieux par les polices carolo et fédérale. Benjamin Berthaut, 40 ans, n’a plus donné signe de vie depuis la matinée du samedi 2 janvier aux alentours du quai de Flandre à la ville-basse de Charleroi. La rédaction de votre journal, sous le choc, sollicite l’aide de tous ceux qui pourraient faire avancer l’enquête.

    C’est dans les pages consacrées aux faits divers que vous avez l’habitude de lire notre collègue, Benjamin Berthaut. Son travail l’a malheureusement rattrapé, c’est à son tour de se retrouver dans cette rubrique. La dernière trace de notre collègue remonte au samedi 2 janvier 2016, aux alentours du quai de Flandre en face de nos bureaux et de la gare du Sud. Un homme de taille moyenne (1m79), aux yeux bruns et de corpulence mince, portant la barbe et des lunettes. Il a les cheveux châtain clair coupés courts et présente une calvitie frontale. Au moment de sa disparition, il était vêtu d’une veste classique noire en cuir, d’un pantalon noir, d’un pull blanc à rayures bleu clair et de chaussures noires.

    Benjamin, père de famille, est un amoureux. De son petit bonhomme de 6 ans, d’histoire, de la langue française, des plaisirs de la vie… Mais ces derniers temps, toutes ces petites choses qui l’aidaient à tenir le coup et à surmonter les obstacles d’une existence semblaient s’effacer. Moins de force, d’énergie, d’envie… Affaibli par toute une série d’épreuves. Ce qui rend son absence prolongée plus qu’inquiétante pour sa famille, ses amis et enfin nous, ses collègues.

    Il peut être n’importe où et nous ne perdons pas espoir de vite le retrouver. Ce journaliste connaît très bien Charleroi, sa ville depuis et pour toujours. Notre chance, c’est que Charleroi le connaît tout autant. Il est peut-être là quelque part, près de vous. Ville-basse, ville-haute, à Jumet, Couillet, dans un restaurant, une gare voire à l’aéroport…

    J. DELLICOUR

    pont-à-celles,une,nouvelle,gazette,charleroi,vandeplas,johnny

     

     

  • Disparition de Régine LEBEAU (53) à Mornimont

    Le vendredi 23 octobre 2015, en matinée, Régine LEBEAU, une femme de 53 ans, a quitté son domicile à MORNIMONT, dans l'entité de Jemeppe-sur-Sambre, à bord de sa voiture, une Renault Clio noir de 2002 immatriculée EVI-262.

    L'enquête a pu déterminer que quelques heures plus tard, à 13h07, elle a encore envoyé un sms depuis son téléphone alors qu'elle se trouvait à Sambreville. Depuis, elle n'a plus donné signe de vie.

    Mme LEBEAU mesure approximativement 1m60 et est de corpulence mince. Elle a les cheveux roux coupés courts et les yeux clairs.

    Publié le 24/10/2015 à la requête du Parquet de Namur.

    Témoignages

    Si vous avez plus de renseignements concernant ce fait, nous vous invitons à prendre contact avec la police via le numéro gratuit 0800 30 300.

    Vous pouvez également réagir via email: avisderecherche@police.belgium.eu.

     

  • Lodelinsart: Avis de disparition

    Disparition de Robert FOSCO

    Le jeudi 15 octobre 2015, vers 08 :30 heures, Robert FOSCO, un homme âgé de 67 ans, a quitté l'hôpital Marie Curie situé Chaussée de Bruxelles à LODELINSART. Il y était hospitalisé pour y subir des soins aux pieds. Il ne s'est plus manifestée depuis.

    Robert FOSCO mesure 1m68 et est de corpulence mince. Il a les cheveux blancs coupés courts et porte la moustache.

    Au moment de sa disparition, il était vêtu d'une chemise à carreaux bleus et rouges, d'une veste foncée, d'un pantalon gris et de mocassins noirs.

    Il se déplace en boitant et s'exprime en français avec un accent flamand.

     

    Publié le 15/10/2015 à la requête du Parquet du Hainaut, division Charleroi.

    Lien vers l'avis de disparition

     Lien vers l'avis de disparition 

    Témoignages

    Si vous avez plus de renseignements concernant ce fait, nous vous invitons à prendre contact avec la police via le numéro gratuit 0800 30 300.

    Vous pouvez également réagir via email: avisderecherche@police.belgium.eu.

  • Dispatition de Quentin MEES

    Le dimanche 06 septembre 2015 vers 03h00, Quentin MEES, un jeune homme âgé de 20 ans, a quitté une discothèque située à Wavre. Depuis il ne s'est plus manifesté.

    Il est parti à bord d'une VW GOLF III (années 1997) de couleur bordeaux et immatriculée 1-KXA-275.

    Quentin est de corpulence mince et mesure 1m80. Il a les cheveux bruns coupés courts, les yeux bleus et porte une barbe naissante.

    Il est demandé à Quentin de prendre avec ses proches en vue de les rassurer.

    Lien vers l'avis de recherche

    Témoignages

     

    Si vous avez plus de renseignements concernant ce fait, nous vous invitons à prendre contact avec la police via le numéro gratuit 0800 30 300.

     

     

    Vous pouvez également réagir via email: avisderecherche@police.belgium.eu.

     

  • Disparition de Fabrice DE SAINT MOULIN (42) à Courcelles

    Lire la suite

  • Avis de disparition : Patriek DESPLENTER

    Patriek DESPLENTER

    DESPLENTER
    Date:
    22.08.2015
    Lieu:
    Bruges

    Le samedi 22 août 2015, vers 10h00 le matin, Patriek DESPLENTER, un homme âgé de 37 ans a quitté le centre de soin Rustenburg à Bruges. Il n'a plus donné de signe de vie depuis.

    Il est parti à bord de son véhicule, une Renault Laguna bleue, portant la marque d'immatriculation XGL-521.

    Monsieur DESPLENTER mesure 1m70 et est de corpulence normale. Il a les cheveux courts bruns.

    Au moment de sa disparition, il était vêtu d'une tenue sportive.

    Publié le 26/08/2015 à la requête du Parquet de Flandre Occidentale, division de Bruges.

    Témoignages

    Si vous avez plus de renseignements concernant ce fait, nous vous invitons à prendre contact avec la police via le numéro gratuit 0800 30 300.

    Vous pouvez également réagir via email: avisderecherche@police.belgium.eu.

  • Avis de disparition de Franz GUERET (Courcelles)

     

     

    Le mercredi 12 août 2015 vers 19h00, Franz GUERET, un homme âgé de 60 ans, a quitté à pied le domicile d'un ami situé rue Jules Berny à Courcelles Depuis il ne s'est plus manifesté.

    Monsieur Gueret est de corpulence mince et mesure 1m70. Il porte une moustache.

    Au moment de sa disparition, il portait un jean gris et un gilet rouge à capuche. Il a emporté avec lui un sac de vêtements.

    Monsieur Gueret a besoin de soins médicaux urgents.

     

    Lien vers l'avis de recherche

     

    Publié le 14/08/2015 à la requête du Parquet du Hainaut– division Charleroi.

    Témoignages

    Si vous avez plus de renseignements concernant ce fait, nous vous invitons à prendre contact avec la police via le numéro gratuit 0800 30 300.

    Vous pouvez également réagir via email: avisderecherche@police.belgium.eu.

     

    Lien vers l'avis de recherche

  • Avis de disparition de Wenke PEETERS (31) à Anvers

     

    Le mercredi 12 août 2015 vers 04:30 heures, Wenke PEETERS, une femme âgée de 31 ans a quitté son domicile situé Salvador Allendestraat à Anvers.

    Son véhicule, une Toyota Corolla gris foncé immatriculée NZI 276 a été retrouvé dans le courant de la matinée à hauteur du Cockerillkaai à Anvers.

    Wenke PEETERS mesure 1m77 et est de corpulence très maigre. Elle a les cheveux châtains coupés courts.

    Son état de santé nécessite des soins médicaux urgents.

    Publié le 12/08/2015 à la requête du Parquet d'Anvers.

    Lien vers l'avis de recherche

    Témoignages

    Si vous avez plus de renseignements concernant ce fait, nous vous invitons à prendre contact avec la police via le numéro gratuit 0800 30 300.

    Vous pouvez également réagir via email: avisderecherche@police.belgium.eu.