Pont-à-Celles sport : rencontre avec Pierre Despontin 20 ans, grand espoir Pont-à-cellois (Thiméon) de la petite reine. 


blog,pont-à-celles,sudinfo,johnny,vandeplas,nouvelle,gazette,charleroi,2020,juillet

Un article paru dans la Nouvelle Gazette du 28 juillet citait notre Cellipontois dans sa chronique sportive.
Mais qui est-il, depuis combien de temps pratique-t-il son sport, comment voit-il son avenir, bref, quelle est sa vie... 

(B): blogueur : depuis quel âge pratiques-tu de la compétition ?

(D.P): Pierre Despontin : comme tous les enfants, j'ai commencé tôt, mais je suis venu à la compétition à l'âge de 12 ans. J'en profite pour remercier mes parents (mon papa est un ancien coureur) qui me soutiennent depuis le début et font d'énormes sacrifices pour moi.



B: dans quel type de course te sens-tu le plus performant?

D.P : je suis plutôt un bon rouleur, j'aime les courses Flandriennes qui sont rapides, mais ma spécialité est la course contre-la-montre.



B: tu fais sûrement partie d'une équipe, laquelle ?


D.P : je suis en deuxième année espoir et je suis dans une des plus grandes équipes élite de Belgique, vdm trawobo et sans contrat. J'ai passé par Sprint 2000 et ECW jeunesse.

 

B: es-tu bien entouré? (Staff )

D.P : oui, j'ai autour de moi un bon staff, c'est obligatoire, si nous voulons progresser et même simplement évoluer dans ce milieu. Outre mes parents, j'ai des sponsors, un mécanicien vélo, un kinésithérapeute, et également un nutritionniste.

 

B: quelle est la part de temps que tu consacres à ta passion? Et le covid a-t-il pénalisé ton entrainement ?

D.P : oui, le covid, à perturber mes sorties et nous à empêché d'exercer de la compétition, qui est pour nous vitale. Sinon, je fais au moins 25 à 30 heures d'entraînement par semaine et notamment de la course à pied, de la musculation et de la natation.

 

B: sans vouloir être indiscret, quel est ton budget approximatif pour faire des courses ?

D.P : le matériel coûte extrêmement cher, un vélo comme le mien coûte environ 8 à 9.000 euros et l'idéal serait d'en posséder au moins 2. Attention, un vélo contre-la-montre coûte encore plus cher, et il est utilisé moins souvent. Il faut aussi quelques paires des roues de réserve. C'est du matériel de pointe qui doit être extrêmement bien entretenu. Une saison, et ce, sans casse, sont des dépenses très conséquentes.

Je suis constamment à la recherche de (nouveaux) sponsors qui pourraient m'aider, pour l'heure, j'ai la chance de compter sur quelques bons partenaires.

 

B: tu as certainement fait des chutes, avec ou sans gravités .

D.P : les chutes arrivent très souvent, dans un peloton, c'est toujours très nerveux, et a chaque course, il y a un enjeu et tout le monde veut arriver en premier, sinon, je n'ai jamais fait de chutes dites graves, ouf !

 

B: quelles sont les compétitions auxquelles tu as participé et quels prix as-tu emporté ? 

D.P : j'ai déjà fait énormément de courses et vécu beaucoup d'expérience « bonnes ou mauvaises », toutefois, toutes les courses sont bonnes à prendre.

J'ai entre autres participé à 14 championnats de Belgique en 8 ans, le tour des Flandres dans la catégorie junior, la ronde des vallées en France qui est une course internationale, la flèche plédranaise, une vingtaine de coupes de Belgique, dont une manche où je me classe 6e en juniors. En 2019, je termine 4e au classement par points au tour de Namur, et je suis maintenant à ma 3e course « pro ». J'ai gagné dernièrement la course de Zolder, ma plus belle victoire.

 

B: merci beaucoup et bonne chance pour la suite

blog,pont-à-celles,sudinfo,johnny,vandeplas,nouvelle,gazette,charleroi,2020,juillet

avec son partenaire black and bike

blog,pont-à-celles,sudinfo,johnny,vandeplas,nouvelle,gazette,charleroi,2020,juillet

avec son partenaire Burger Grill du Docq à Sombreffe

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel