Info culture: la nouvelle bibliothèque a pris ses quartiers

Blog,Pont-à-Celles,sudinfo,johnny,vandeplas,nouvelle,gazette,charleroi,2019, avril, bibliothèque

Le trésor caché du Prieuré, une fresque mythologique

Les usagers de la salle de lecture pour adultes seront tentés de lever le nez de leur bouquin pour admirer le magnifique plafond de l’ancienne salle de réception du Prieuré de l’abbaye de Parc à Louvain. Une immense fresque de près de 50 m2, datant de 1755 et cachée depuis plus de 200 ans sous des couches de peinture, a été découverte lors de la rénovation du bâtiment. Ce véritable trésor a été mis au jour par hasard au printemps 2018 par M. Michel Ciselet, l’artisan qui restaurait les moulures en stucs.

ABÎMÉE SANS SAVOIR

« Malheureusement, lors de la consolidation du bâtiment, on a remplacé les poutres de soutènement par le dessus, sans se rendre compte de l’existence de cette fresque. On en a détruit deux bandes sur toute la longueur de la pièce », explique  l’échevin de la Culture. Le chantier de rénovation a aussitôt été interrompu. Après consultation d’experts, l’Institut du Patrimoine wallon a décidé de confier le dégagement et la restauration de la fresque à Jospeh Delmotte. De septembre 2018 à fin février 2019, trois restaurateurs ont patiemment retiré les 8 couches de peinture qui recouvraient la fresque. « On a travaillé au scalpel ou au bistouri, à la lumière forte, avec une loupe, au souffleur à air chaud, avec des solvants. On a retiré chaque couche de peinture centimètre par centimètre, à raison de 5 à 15 cm2 par heure pour chaque étape », explique Joseph Delmotte.

CACHÉE TRÈS RAPIDEMENT

La fresque de style rococo orne l’entièreté du plafond avec, au centre dans un grand médaillon, deux personnages en toge dans un char romain tiré par quatre chevaux. À chaque angle de la pièce, des motifs floraux en relief sont soulignés par d’autres fleurs dessinées en trompe l’œil. « Le motif représente Apollon et sa muse dans le char d’or. Un thème mythologique assez insolite vu l’affectation religieuse du bâtiment. », souligne M. Delmotte. On sait que la construction du Prieuré a été dirigée par l’abbé Alexandre Slootmans qui est décédé en 1756. Peut-être ces ornements païens ont-ils déplu à son successeur. Toujours est- il que la fresque a été recouverte quelques années seulement après sa création, selon M. Delmotte.

UN CODE SECRET

Ce dernier est fresque date de la construction du Prieuré. C’est le premier décor en polychromie sur ce plafond, directement sur les couches de finition ».

La pièce recèle d’ailleurs une inscription secrète permettant de dater ce chef-d’œuvre. «On a découvert un chronogramme en chiffres romains inversés avec l’année « 1755 » gravés en caractères minuscules dans certaines lettres du mot « Condelectemur » (qui signifie « réjouissons-nous » en latin) inscrit au-dessus de la cheminée », explique l’échevin de la Culture..

Cette fresque est exceptionnelle car les peintures murales ou sur plafonds étaient très rares au 18e siècle. Il n’en existe qu’une seule autre en Wallonie. Et jusqu’à présent, on n’en a trouvé aucune trace dans les archives de l’abbaye de Parc. -

Article d'E. MATHIEU  (article complet dans la NG du mardi 23 avril 2019)

 
page10image2573537248

Les commentaires sont fermés.