Liberchies: Quatre riverains ont volé au secours des deux victimes d’un accident dans un fossé inondé

pont-à-celles,une,nouvelle,gazette,charleroi,vandeplas,johnny

Ce dimanche soir, en rentrant chez elles, deux femmes ont eu un accident de la route à la rue du Trou de Fleurus, à Liberchies. La voiture s’est retrouvée sur le flanc, enfoncée d’un mètre dans un fossé rempli d’eau. Les deux victimes sont restées coincées pendant près de deux heures. Des riverains leur sont venus en aide.

C’est à la sortie d’un thé dansant organisé par l’Étang des Fouilles, à Liberchies que l’accident a eu lieu. Vers 22h30, deux dames repartent de la soirée en voiture. À quelques centaines de mètres seulement, dans la rue du Trou de Fleurus, la conductrice perd le contrôle et le véhicule termine sa course dans un fossé rempli par un mètre d’eau glacée. Coincée par la pression de l’eau et de la boue, la conductrice ne peut se libérer. Seule sa tête émerge de l’eau. La passagère est elle aussi incapable de se libérer. Les deux femmes sont restées bloquées et trempées pendant près d’une heure. Un riverain qui passait par là a aperçu le vé- hicule et a immédiatement appelé de l’aide. À quatre, ils ont fait leur possible pour secourir les deux femmes prisonnières du véhicule

« Nous avons réussi à faire sortir la passagère par le haut de la voiture », explique Patrick Quinten, un riverain qui n’a pas hésité à se jeter à l’eau pour secourir les deux victimes. « Malheureusement, nous n’avons pas pu extraire la conductrice. Nous avons appelé les pompiers. Ils ont utilisé des sangles pour sortir la dame, après presque deux heures dans l’eau. »

Elles sont restées presque deux heures coincées dans l’eau glacée

Les deux victimes étaient en état d’hypothermie. La conductrice à d’ailleurs dû être stabilisée sur place. Après environ trois quarts d’heure dans l’ambulance, elle a enfin été transportée en milieu hospitalier. Les jours des deux femmes ne sont plus en danger, mais il s’en est fallu de peu. «Avec le froid de cette nuit et la position dans laquelle elles étaient, il y avait des chances pour qu’elles ne survivent pas si nous ne les avions pas trouvées », précise Patrick. « C’est déjà le neuvième accident à cet endroit précis. Il y a quelque temps, un homme est resté pendant 9 heures coincé dans l’eau. Ce sont deux pêcheurs de l’étang qui l’ont retrouvé le lendemain matin. Nous avons envoyé des lettres à lacommune pour essayer de sécuriser cette partie de la route, mais rien n’est fait. Pourtant mettre de simples barrières de sécurité pourrait tout changer sans dépenser des sommes astronomiques. » Le bon mètre d’eau qui rempli le fossé provient des écoulements des champs aux alentours. Le système d’égouttage est apparemment hors-service depuis de nombreuses années.

L’histoire finit bien, mais pour Patrick Quinten, la commune doit réagir et sécuriser le tron- çon. « Nous allons relancer un appel à la commune », révèle-t-il. « L’histoire de cette nuit les fera peut-être réagir, en tout cas je l’espère. Nous ne voulons pas qu’il faille un mort pour que les autorités se décident à nous écouter. »

Réaction de la commune

« Nous appelons à plus de prudence »

Christian Dupont, bourgmestre de Pont-à-Celles, explique que la commune va se pencher sur la question, mais qu’il faut avant tout que les conducteurs fassent preuve de prudence.

Les deux dames ont raté leur virage », explique-t-il. « Nous ne pouvons prendre la responsabilité de chaque erreur de conduite dans la commune. Nous allons mettre des panneaux de danger, mais les conducteurs doivent faire preuve de la plus grande prudence sur une route très isolée et non éclairée. Elle ne sert qu’à rejoindre l’étang des Fouilles. Nous ne pouvons malheureusement pas sécuriser chaque petite route de la commune. »

Nouvelle Gazette du 8/03/2016 article de G.FL

Les commentaires sont fermés.