le 21 octobre 1984 décédait "L'homme qui aimait les femmes"

Biographie de François TRUFFAUT

La biographie de François Truffaut se confond très tôt avec sa filmographie, avec ses films : sans être à strictement parler autobiographiques, ses films, au moins un certain nombre (Les Quatre Cents Coups et la série des "Aventures d'Antoine Doinel"), s'inspirent d'événements vécus ou d'obsessions très personnelles, et, surtout, François Truffaut se consacre entièrement, presque exclusivement, au cinéma. Tout commence avec la naissance, avec le secret de la naissance. On sait que François Truffaut est né le 6 février 1932 à Paris, et qu'il est officiellement le fils de Roland Truffaut, architecte-décorateur, et de Jeanine de Montferrand, secrétaire à L'Illustration. Ce que François Truffaut n'a appris que tardivement, c'est que Roland Truffaut n'était pas son véritable père. De cela, il ne parlera pas publiquement, mais les traces subsistent. Il a raconté que sa mère ne le supportait pas, qu'il devait se faire oublier, rester sur une chaise à lire, qu'il n'avait le droit ni de jouer, ni de faire du bruit. Souvent confié à ses grands-mères, c'est d'elles qu'il tient le goût, pour ne pas dire la passion, de la lecture. Un véritable refuge pour un enfant "pas aimé ou ignoré", n'ayant que de rares mais très fidèles amis.

La lecture est un refuge, une passion qu'il conservera toute sa vie. Adulte, son appartement et son bureau seront remplis de livres, il gardera l'habitude d'en acheter beaucoup, en plusieurs exemplaires, pour pouvoir les envoyer ou les offrir à des amis. Il se passionnera également pour l'édition, consacrant autant de temps à son livre d'entretiens avec Alfred Hitchcock qu'à un de ses films, rédigeant de nombreuses préfaces, se faisant l'éditeur, par exemple, des oeuvres de son père spirituel, André Bazin. 

Le cinéma devient vite aussi important, sinon plus, que la lecture, une "évasion encore plus forte". Le premier souvenir de cinéma de François Truffaut remonte au début de l'Occupation, quand le cinéma était "devenu un refuge, et pas seulement au sens figuré". Dès l'âge de huit ans, le futur cinéaste de La Nuit américaine commence à fréquanter les salles obscures, d'abord avec ses parents, puis seul, et même en cachette. Ses souvenirs d'école buissonière seront liés au cinéma. Les Quatre Cent Coups donnent une assez bonne idée de ce qu'a pu être l'adolescence de Truffaut, avec une très mauvaise scolarité et de rares amis : ceux qui partageaient ses fugues et ses goûts pour les films réputés artistiques ou difficiles.

 

SOURCE : http://www.jesuismort.com/

 

 

Les commentaires sont fermés.