Reconnaissez-vous cet homme, qui a ouvert le feu sur un policier à Frasnes-lez-Gosselies?

Laurent Carlier, un policier domicilié à Gosselies, a évité la mort ce samedi. Alors qu’il était à son domicile, dans l’entité des Bons Villers, quelqu’un sonne à sa porte. Il est 19h45, et le quadragénaire va ouvrir. Sans attendre, le visiteur lui demande s’il est bien Laurent Carlier et tire dans sa direction. Laurent a alors un réflexe qui lui sauvera la vie: il parvient à éviter de peu la balle qui ne le blesse qu’au bras et finit sa course dans le chambranle. La police lance un appel à témoin, voici le portrait robot de son agresseur.


Le portrait robot de l’agresseur de Laurent Carlier.

Police fédérale

Le portrait robot de l’agresseur de Laurent Carlier.

L’affaire n’est évidemment pas prise à la légère et une instruction pour tentative d’assassinat à charge de X a été ouverte chez la juge d’instruction carolo Martine Michel.

L’agresseur est âgé d’une trentaine d’années. Il mesure entre 1m75 et1m80. Il est de corpulence mince et a le visage fin. Il est de type méditerranéen et porte la barbichette et la moustache.

Un témoin a précisé que cet homme a pris la fuite en empruntant la rue Willem Michaux et qu’il portait un sweat-shirt orange vif.

Si vous disposez d’informations sur l’homme présent sur ce portrait-robot ou sur les faits, veuillez prendre contact avec les enquêteurs.

La discrétion est assurée. Si vous avez des informations à donner sur les faits relatés, veuillez prendre contact avec les enquêteurs de la Police Fédérale via le numéro de téléphone gratuit:0800/30.300

Affaire privée

Pour la police de la zone nord (Schaerbeek, Evere et Saint-Josse), où travaille la victime, «c’est une affaire privée, qui n’a strictement rien à voir avec son métier de policier.» C’est en tout cas ce qui ressort de l’enquête pour l’instant.

Des représailles menées par un individu sur lequel il aurait mené l’enquête? Apparemment, non! En effet, selon le porte-parole officiel de la zone de police Bruxelles Nord, Laurent Carlier ne menait pas d’investigations sensibles, puisqu’il assure les formations et les entraînements en interne (tirs, contacts)… au sein de la police. Ce n’est donc pas une affaire de représailles dans un dossier qu’il aurait mené

Les commentaires sont fermés.