vandale

  • Maison des jeunes de Pont-à-Celles, Nouvelle Gazette du 30 décembre 2013

    jeunes.JPG

    Depuis plus de 40 ans, la Maison des Jeunes de Pont-à-Celles est un lieu très prisé. De nombreux concerts y sont organisés régulièrement. Mais vendredi soir, lors de la traditionnelle réunion hebdomadaire, les occupants étaient encore sous le coup de l’émotion.

    Pour rappel, les locaux avaient été vandalisés, le lendemain de la veillée de Noël.

    En matinée, j’ai été appelée par un de mes voisins qui a trouvé l’ordinateur dans une allée. Et puis, j’ai remarqué que la serrure du cadenas de la grille avait été forcée » raconte Lisa (22 ans). «De plus, la caisse avait été volée, le micro-ondes cassé, des bouteilles de champagne à moitié bues, l’extincteur vidé… »

    Très rapidement, un mouvement de solidarité s’est mis en place.Une quarantaine de jeunes, avec le soutien de l’échevin Florian De Blaere, n’ont pas hésité à mouiller leur chemise pour remettre le local en ordre.

    Les bacs de bière ont été rincés à la lance à incendie. Une dame est arrivée aussi avec deux gros aspirateurs. En trois heures, tout était pratiquement nettoyé.

     

    "Je suis encore choqué de ce qui s’est passé  note Alexandre Bouquiaux", actuel président. Mais, en même temps, je suis agréablement surpris de voir comment les jeunes peuvent se mobiliser. Cette maison est un lieu qui leur permet de se retrouver dans une ambiance conviviale. De plus, en s’y rendant à pied, ils ne prennent pas la route en voiture et cela évite des accidents .

    Une enquête est en cours pour identifier les responsables des dégâts.

    jch

  • Cette nuit de Noel, consternation au club des jeunes de Pont-à-Celles.

     

    Le club des jeunes de Pont-à-Celles, situé sur la place de l’Église a été saccagé, par des vandales !

    9.jpg

    Depuis quelque temps ces jeunes du club, reçoivent des lettres menaçantes ou sont victimes d’agressions verbales de « casseurs bien connus » de la région.

    Frustré, le président Alexandre nous raconte son histoire. La police constate, et les autorités de la commune nous appuient, mais la justice fait défaut, « fautes de charges insuffisantes ».

     

     

    3.jpg

    Nous avons investi 25.000 euros, en matériels et frais de rénovations, passé d’innombrables heures à rafraichir notre local, et maintenant tout est dévasté !

     

    Notre local est pillé, mais ils ne toucheront pas à notre moral et notre volonté, ceux-ci sont restés intacts !

    8.jpg

    Un appel à la solidarité est lancé pour ce jeudi 26, ces sympathiques jeunes espèrent avoir de l’aide pour remettre en état leur local, lieux de rassemblement où d’habitude il fait bon de s’unir.

    VDP Johnny