tournai

  • Us & coutumes en Belgique: la recette du lapin perdu ou du lundi parjuré (recette Tournaisienne)

    Résultat de recherche d'images pour "lapin perdu sudinfo"
    le lapin aux preones et aux raisins
    Aussi appelé : le lapin à la tournaisienne.

    Ingrédients : un lapin - des oignons - du sel et du poivre - un filet de vinaigre - un peu de cassonade (facultatif) - du thym - du laurier - du beurre - des prunes sèches et des raisins secs.
    La recette : On fait roussir dans une casserole - en fonte de préférence - les morceaux de lapin et les oignons. On ajoute l'assaisonnement puis on arrose d'eau. 

    Pour bien respecter la tradition, la cuisson du lapin se fait toujours à l'eau et jamais à la bière, ni au vin,même si c'est meilleur! N'oublions pas qu'il s'agit d'un plat de pauvres à l'origine. 

    Le lapin va mijoter, guernoter doucement en patois tournaisien. Il sera cuit quand la viande se détache des os mais le lapin ne doit pas se démêler. On ajoute les pruneaux et les raisins que l'on fait gonfler préalablement dans l'eau bouillante. On le sert avec des pommes de terre vapeur et jamais avec des frites ou croquettes. On peut le manger en buvant du vin.

    la salade tournaisienne
    Ingréditents : salade de blé (mâche) - oignons cuits au four avec la pelure mais épluchés par la suite - pommes - chicons - choux rouge au vinaigre - haricots - assaisonnement. 

    A cette recette de base, on peut ajouter les ingrédients suivants : pissenlit - céleri-rave - betterave rouge - barbe de capucin. Mais pas de noix, de lardons, de dés de fromage qui sont des fantaisies de notre époque. 

    On ajoute l'assaisonnement et on fatigue bien la salade. Celle-ci se mange avec dumutiau (*) ou du jambon.

    Dessert : la galette
    Pour terminer, on sert la galette des rois avec la fève.
     
    (*)mutiau : Spécialité tournaisienne mangée lors du Lundi Perdu. Tête pressée finement hachée et garnie d'ail et de persil.
     
    Source Ville de Tournai : Le lien vers le site ICI
     

  • Us & coutumes en Belgique: La recette du lapin perdu ou du lundi parjuré (recette Tournaisienne)

    Résultat de recherche d'images pour "lapin perdu sudinfo"
    le lapin aux preones et aux raisins
    Aussi appelé : le lapin à la tournaisienne.

    Ingrédients : un lapin - des oignons - du sel et du poivre - un filet de vinaigre - un peu de cassonade (facultatif) - du thym - du laurier - du beurre - des prunes sèches et des raisins secs.
    La recette : On fait roussir dans une casserole - en fonte de préférence - les morceaux de lapin et les oignons. On ajoute l'assaisonnement puis on arrose d'eau.

    Pour bien respecter la tradition, la cuisson du lapin se fait toujours à l'eau et jamais à la bière, ni au vin,même si c'est meilleur! N'oublions pas qu'il s'agit d'un plat de pauvres à l'origine.

    Le lapin va mijoter, guernoter doucement en patois tournaisien. Il sera cuit quand la viande se détache des os mais le lapin ne doit pas se démêler. On ajoute les pruneaux et les raisins que l'on fait gonfler préalablement dans l'eau bouillante. On le sert avec des pommes de terre vapeur et jamais avec des frites ou croquettes. On peut le manger en buvant du vin.

    la salade tournaisienne
    Ingréditents : salade de blé (mâche) - oignons cuits au four avec la pelure mais épluchés par la suite - pommes - chicons - choux rouge au vinaigre - haricots - assaisonnement.

    A cette recette de base, on peut ajouter les ingrédients suivants : pissenlit - céleri-rave - betterave rouge - barbe de capucin. Mais pas de noix, de lardons, de dés de fromage qui sont des fantaisies de notre époque.

    On ajoute l'assaisonnement et on fatigue bien la salade. Celle-ci se mange avec du mutiau (*) ou du jambon.

    Dessert : la galette
    Pour terminer, on sert la galette des rois avec la fève.
     
    (*)mutiau : Spécialité tournaisienne mangée lors du Lundi Perdu. Tête pressée finement hachée et garnie d'ail et de persil.
     
    Source Ville de Tournai : Le lien vers le site ICI
     

  • Thiméon: Le foyer organise sa première excursion de "Printemps"

    Photo "Le Soir"

    Le foyer organise, une visite de Tournai, de sa Cathédrale ainsi que le Mont Saint Aubert.

    Si la météo le permet, apéritif en terrasse, suivi d'un bon dîner dans un beau restaurant (entrée, plat, dessert)

    Le voyage est sans difficulté et s'adresse à tous.

    Prix du voyage tout compris: 36€

    le samedi 30 avril - départ 8h30 des arrêts habituels

    Renseignement et réservation chez Me Michaux au 071/356423

    pont-à-celles,une,nouvelle,gazette,charleroi,vandeplas,johnny,foyer,voyage,tournai

  • Thiméon: Le foyer organise sa première excursion de "Printemps"

    Photo "Le Soir"

    Le foyer organise, une visite de Tournai, de sa Cathédrale ainsi que le Mont Saint Aubert.

    Si la météo le permet, apéritif en terrasse, suivi d'un bon dîner dans un beau restaurant (entrée, plat, dessert)

    Le voyage est sans difficulté et s'adresse à tous.

    Prix du voyage tout compris: 36€

    Renseignement et réservation chez Me Michaux au 071/356423

    pont-à-celles,une,nouvelle,gazette,charleroi,vandeplas,johnny,foyer,voyage,tournai

  • Tournai, Tradition du lapin perdu...

    Tournai - ce lundi 11 janvier c'est le lapin perdu

    lapin perdu.JPG

    Le 'Lundi parjuré' ou 'Lundi perdu' que nous connaissons sous sa forme actuelle remonte à la moitié du XIXème siècle et n'a pas subi de modifications importantes sauf une tendance, née après 1945, à la célébrer en groupe, au restaurant, plutôt qu'en famille comme le veut la tradition.


    lapin perdu 1.jpg

    Cette fête importante dans le calendrier tournaisien a toujours lieu le premier lundi après le 6 janvier, jour de l'Epiphanie(*).

    La tradition de cette fête du lundi après les Rois remonte en fait à de très anciennes institutions judiciaires du Moyen Age, époque où les seigneurs fonciers avaient leurs propres justices et tenaient leurs propres assises judiciaires en présence de tous les dépendants de leur seigneurie appelés, au jour prescrit, par la cloche paroissiale ou, le cas échéant, par celle du beffroi.

    Ces assises, appelées plaids généraux ou franches vérités , se tenaient en plein air, soit sur la place publique, soit même dans le cimetière qui, comme on le sait, entourait l'église paroissiale. Elles avaient pour but de découvrir les crimes qui avaient échappé aux autorités judiciaires. Ceux qui avaient connaissance de meurtres, brigandages, incendies criminels, vols, viols, calomnies, usure, etc... étaient tenus de les déclarer, d'autant plus que serment avait été prêté, qu'on avait, selon l'expression de l'époque juré sur les saints. La date de ces assises était, presque partout, fixée au lundi qui suivait l'Epiphanie que l'on trouve appelé, dans certains textes du Moyen Age, parjure deluns (de dies lunae, jour de la lune).

    Le parjure des rois mages ?
    Le sens à donner au terme 'parjuré' a suscité plusieurs explications. Certains font référence aux rois mages qui se sont parjurés en ne revenant pas, comme ils l'avaient promis, afin de préciser à Hérode où ils avaient trouvé l'Enfant Jésus! Explication pour le moins fantaisiste! D'autres, faisant référence auxplaids généraux ou franches vérités et pensent que, ce jour-là, certains se parjuraient, malgré leur serment, pour ne pas avoir à se dénoncer l'un l'autre!
     
    Il est plus que probable que le terme 'parjuré' a rapport avec la morale, c'est-à-dire avec le serment prêté. On peut très bien donner à parjurer le sens de jurer solennellement, le préfixe 'par' marquant l'idée de perfection, ainsi qu'il en va pour les verbes parachever (achever parfaitement), parfaire (achever convenablement) ou encore parfournir (fournir en entier). Le jour parjuré était donc celui où l'on devait prêter le grand serment, le serment total.

    Quant au terme 'lundi perdu', il signifie très simplement que ce jour était perdu pour tous les travaux. En effet, ce lundi-là, le travail était suspendu partout: usines, ateliers et bureaux étaient fermés. On ne va plus jusque là aujourd'hui, mais 'faire lundi perdu' reste néanmoins une tradition très vivace observée par une très large majorité de la population.

    Le repas de ce lundi est une survivance de la grande bombance (bonne chère abondamment servie) à laquelle le seigneur et son personnel judiciaire se livraient à l'issue du plaid et à laquelle participaient les manants eux-mêmes non sans avoir, au préalable, payé leur écot en argent ou en nature!

    Bibliographie : Mémoire de la Wallonie, Tournai-Tournaisis, Lucien Jardez (+), D1989/0197/08. Ministère de la Culture et de la Communication (France).

     

     
     
    Merci à Edddy blogueur Estaimpuis et Richard Deravet pensionné, et éleveur de lapin du Tournaisi
     

    richard.jpg

     

    Richard Deravet sommité Tournaisienne dans son domaine

     

    Richard qui élève des lapins depuis des années, se propose tout au long de l'année d'offrir des lapins nains, à discrétions.

     

    Pour contacter Richard: deravet.richard@gmail.com

  • Voici tout ce qui sera fermé ce lundi à la suite à la grève intersectorielle (23 novembre) et à la menace terroriste: Bruxelles, Charleroi et Tournai, les villes les plus touchées

    La situation est tendue ce lundi 23 novembre 2015. La région de Bruxelles-capitale est à son niveau d’alerte maximale. Les métros et pré métros sont à l’arrêt. Toutes les écoles, hautes-écoles et universités fermeront leurs portes. Par ailleurs, le Hainaut est lui aussi perturbé: une grève en front commun CSC-FGTB a des effets immédiats dès les premières heures de lundi à Charleroi. il n’y a ni bus ni métro sur les lignes de transports en commun.

    La Belgique vit au ralenti depuis ce week-end. Dans la capitale, le niveau de menace terroriste a atteint son maximum. Les conséquences sont donc nombreuses : métros et pré-métros à l’arrêt, de nombreux musées et centres de loisirs ont dû fermer leurs portes et les écoles sont elles aussi bloquées. S’ajoute à cela, la grève en front commun CSC-FGTB menée en Wallonie et plus particulièrement dans la région du Hainaut et à Namur. Voici les diverses perturbations dans les différentes régions concernées  :

    Dans le sud du Pays

    Charleroi

    La grève en front commun CSC-FGTB a des effets immédiats dès les premières heures de lundi à Charleroi : il n’y a ni bus ni métro sur les lignes de transports en commun.

    La direction des TEC Charleroi a constaté que certains agents avaient placé des bus en travers des entrées des dépôts, empêchant toute sortie de véhicules. Elle a dès lors décidé de fermer les stations de métro. Seul un bus provenant du dépôt de Nalinnes a pu brièvement circuler, indique encore la direction qui placera les attestations nécessaires à ses clients sur son site internet dans le courant de la matinée.

    Pour les autres régions, Bruxelles & Tournai un clic ICI

     

  • Toujours aucun train belge entre Tournai et Lille

    Depuis que votre blogueur est tombé en détresse en direction de Lille, plus aucun train belge ne circule sur la ligne 94 entre Tournai et Lille. Une réunion s’est tenue entre la SNCB, la SNCF et Infrabel pour tenter d’identifier les hypothèses à l’origine du problème.

    L’une d’elles serait «qu’une locomotive française crée un problème de tension parasite», indique jeudi Arnaud Reymann, porte-parole d’Infrabel.

    «Tant que cette locomotive n’a pas été identifiée, pour autant qu’il s’agisse de cela, les locomotives belges ne peuvent pas circuler en toute sécurité sur ce tronçon», précise le porte-parole.

    La moitié de la circulation continuera donc d’être assurée par la SNCF. Les autres trains seront toujours remplacés par des bus, comme c’est le cas depuis lundi.

    Une nouvelle réunion se tiendra au début de la semaine prochaine, ajoute Arnaud Reymann.

    Solution de rechange: Effectuer le trajet Tournai-Mouscron avec une correspondance et Mouscron-Lille Flandres.

     

     

     

  • Tournai, Tradition du lapin perdu...

    Tournai - ce lundi 13 janvier c'est le lapin perdu

    lapin perdu.JPGLe 'Lundi parjuré' ou 'Lundi perdu' que nous connaissons sous sa forme actuelle remonte à la moitié du XIXème siècle et n'a pas subi de modifications importantes sauf une tendance, née après 1945, à la célébrer en groupe, au restaurant, plutôt qu'en famille comme le veut la tradition.


    lapin perdu 1.jpgCette fête importante dans le calendrier tournaisien a toujours lieu le premier lundi après le 6 janvier, jour de l'Epiphanie(*).

    La tradition de cette fête du lundi après les Rois remonte en fait à de très anciennes institutions judiciaires du Moyen Age, époque où les seigneurs fonciers avaient leurs propres justices et tenaient leurs propres assises judiciaires en présence de tous les dépendants de leur seigneurie appelés, au jour prescrit, par la cloche paroissiale ou, le cas échéant, par celle du beffroi.

    Ces assises, appelées plaids généraux ou franches vérités , se tenaient en plein air, soit sur la place publique, soit même dans le cimetière qui, comme on le sait, entourait l'église paroissiale. Elles avaient pour but de découvrir les crimes qui avaient échappé aux autorités judiciaires. Ceux qui avaient connaissance de meurtres, brigandages, incendies criminels, vols, viols, calomnies, usure, etc... étaient tenus de les déclarer, d'autant plus que serment avait été prêté, qu'on avait, selon l'expression de l'époque juré sur les saints. La date de ces assises était, presque partout, fixée au lundi qui suivait l'Epiphanie que l'on trouve appelé, dans certains textes du Moyen Age, parjure deluns (de dies lunae, jour de la lune).

    Le parjure des rois mages ?
    Le sens à donner au terme 'parjuré' a suscité plusieurs explications. Certains font référence aux rois mages qui se sont parjurés en ne revenant pas, comme ils l'avaient promis, afin de préciser à Hérode où ils avaient trouvé l'Enfant Jésus! Explication pour le moins fantaisiste! D'autres, faisant référence aux plaids généraux ou franches vérités et pensent que, ce jour-là, certains se parjuraient, malgré leur serment, pour ne pas avoir à se dénoncer l'un l'autre!
     
    Il est plus que probable que le terme 'parjuré' a rapport avec la morale, c'est-à-dire avec le serment prêté. On peut très bien donner à parjurer le sens de jurer solennellement, le préfixe 'par' marquant l'idée de perfection, ainsi qu'il en va pour les verbes parachever (achever parfaitement), parfaire (achever convenablement) ou encore parfournir (fournir en entier). Le jour parjuré était donc celui où l'on devait prêter le grand serment, le serment total.

    Quant au terme 'lundi perdu', il signifie très simplement que ce jour était perdu pour tous les travaux. En effet, ce lundi-là, le travail était suspendu partout: usines, ateliers et bureaux étaient fermés. On ne va plus jusque là aujourd'hui, mais 'faire lundi perdu' reste néanmoins une tradition très vivace observée par une très large majorité de la population.

    Le repas de ce lundi est une survivance de la grande bombance (bonne chère abondamment servie) à laquelle le seigneur et son personnel judiciaire se livraient à l'issue du plaid et à laquelle participaient les manants eux-mêmes non sans avoir, au préalable, payé leur écot en argent ou en nature!

    Bibliographie : Mémoire de la Wallonie, Tournai-Tournaisis, Lucien Jardez (+), D1989/0197/08. Ministère de la Culture et de la Communication (France).

     

     
     
    Merci à Edddy blogueur Estaimpuis et Richard Deravet pensionné, et éleveur de lapin du Tournaisi
     

    richard.jpg

     

    Richard Deravet sommité Tournaisienne dans son domaine

     

    Richard qui élève des lapins depuis des années, se propose tout au long de l'année d'offrir des lapins nains, à discrétions.

     

    Pour contacter Richard: deravet.richard@gmail.com