téléphonique

  • Attention : Le 8 juin au matin, les opérateurs rendront inutilisables toutes les cartes GSM non identifiées

    Les cartes prépayées menacées de coupure

    Résultat de recherche d'images pour "carte gsm prepayée"

    Le stress monte, chez les opérateurs de téléphonie mobile. Le gouvernement leur a imposé d’identifier les détenteurs de toutes les cartes prépayées en circulation, avant le 7 juin prochain. À défaut, ils devront couper la ligne dès le lendemain.

    La mesure vise à empêcher désormais les terroristes d’utiliser ces cartes anonymes, qui compliquent fortement leur mise sur écoute. Il n’est d’ailleurs pas rare que ceux-ci les multiplient et se servent d’une carte par interlocuteur important, afin d’empêcher de démasquer l’ensemble de leur réseau si un de leurs numéros venait à être identifié. Pourtant, à six grosses semaines de l’échéance, on est loin du compte. Très loin, même. Selon des données disponibles ce vendredi à l’IBPT, seule la moitié des 3,4 millions de cartes prépayées actuellement en circulation aurait été identifiée. « La loi est pourtant claire : toute carte dont le détenteur n’est pas connu de façon certaine devra être désactivée dès le 8 juin, sans indemnisation financière possible », explique son porte-parole, Jimmy Smedts.

    Résultat de recherche d'images pour "carte gsm prepayée"

    « Si les gens se régularisent dans les jours qui suivent, ils pourront peut-être récupérer leur numéro. Mais s’ils attendent deux mois, le risque est grand que ce numéro ait été réattribué à quelqu’un d’autre, et qu’ils doivent alors en changer… » Chez les opérateurs, on s’affaire pour limiter ces désagréments. « On sensibilise à tout va, via notre site mais aussi en envoyant des SMS aux détenteurs concernés », signale ainsi Jean-Pascal Bouillon, de chez Orange. « On envisage de commencer à les appeler, mais cela nécessite des moyens humains assez lourds… » « À ce stade, on a identifié une petite moitié des détenteurs de nos 700.000 cartes prépayées en circulation. On peut se mettre en ordre via notre site, mais on a aussi déployé de petits appareils dans 1.700 points de vente, qui permettent de se mettre en règle en quelques secondes. »

    ALARMES DÉSACTIVÉES

    « Le problème est que certaines cartes sont détenues par des enfants, qui ne comprennent pas forcément nos SMS. D’autres sont incluses dans des appareils domestiques. Le cas typique, ce sont des alarmes, qui risquent de ne plus fonctionner du jour au lendemain… » Chez Orange, on a pris la décision de seulement suspendre les cartes qui ne seront pas identifiées le 7 juin. Il suffira ensuite de se mettre en règle pour récupérer sa ligne. « On sait que cela indisposera certains clients, et on fait tout pour en minimiser l’impact… », assure M. Bouillon. Du côté de Proximus, qui gère 1,17 million de cartes prépayées actives, on refuse de préciser le pourcentage de celles qui ne sont toujours pas en règle. Mais la même décision de suspension a été prise. « Les numéros ne seront réellement annulés qu’un an après la date de leur dernière recharge », explique Haroun Fenaux. « Ceci dit, on fait tout pour pousser nos clients à se mettre en règle le plus vite possible. On les sensibilise via des SMS, notre site, Facebook, etc. » « On peut aussi nous envoyer un SMS pour adjoindre la carte en question – par exemple celle de son enfant – à son numéro principal, qui lui est déjà clairement identifié », poursuit M. Fenaux. Début mai, l’IBPT mènera de son côté une grande campagne de sensibilisation, avec Agoria et l’ensemble des opérateurs. En perte de vitesse, les cartes prépayées restent surtout utilisées par des jeunes, ou par des personnes ne souhaitant pas donner leur numéro habituel sur des sites de vente. 

    source : article CHRISTIAN CARPENTIER sudpresse

  • A la une de votre Nouvelle Gazette du 4 février 2016

    pont-à-celles,une,nouvelle,gazette,charleroi,vandeplas,johnny