sécurité

  • Attention rappel produit chez Carrefour: un risque de brûlure!

    Edition numérique des abonnés

    Par mesure de sécurité, Carrefour procède au rappel de blenders chauffants de la marque « Carrefour Home » vendus dans ses rayons appareils ménagers, en raison d’un risque de brûlure, a annoncé la chaîne de supermarchés lundi dans un communiqué.

    Le modèle porte le numéro HSPM800-15 et le code-barre 3613866177389.

    Les clients concernés sont priés de ne plus utiliser l’engin et de le rapporter dans un magasin Carrefour pour remboursement.

    Pour toute information complémentaire, le service consommateurs Carrefour Belgique est accessible au numéro gratuit 0800/910.11, de 08h30 à 20h00 les jours ouvrables et de 09h00 à 20h00 le samedi.

  • Pont-à-celles, séance d’information sur la sécurité.

    Pont-à-Celles,sudinfo,johnny,vandeplas,nouvelle,gazette,charleroi,2018, Mars,29,sécurité

    Mercredi 28 dans la soirée, sur l’initiative de l’administration communale, une séance d’information sur la sécurité dans notre entité était programmée.

    Monsieur Marit Chef de corps de la zone Brunau nous a fait un exposé clair et précis des statistiques de toutes les infractions, vols ou autres délits de sa zone et notamment de Pont-à-celles.

    Certes, au début de cette année, il y a eu une augmentation des infractions, mais la tendance est maintenant à la baisse, bien entendu, les statistiques sont légèrement tronquées si les résidents ne renseignent pas les tentatives d’infractions. Le chef de corps et Mr Dupont sont conscient de la problématique, et ils insistent tous les deux, un vol est un vol de trop !

    Malgré tout, le travail paie sur le terrain, et nombre de voleurs ou bande organisées sont arrêtées. Le responsable de la zone Brunau se doit de constater que les lois sont ce qu’elles sont, et que la magistrature relâche trop rapidement les malandrins qui recommencent presque aussi tôt .

    En fin de soirée, le Chef de corps et Mr le bourgmestre ont répondu aux questions posées, entre autres ;

    Q - PLP : R - Il y a eu une tentative a Obaix, celle-ci à échouer par manque de voisins, qui soit, ne voulait pas s’investir, soit par manque d’intérêt. Mr Dupont et Mr Marit ne sont pas contre les PLP, mais la demande doit venir des citoyens.

    Q - Stationnement dangereux : R - Mr le bourgmestre veut bien intervenir, mais constate que le problème est difficile, il y a de plus en plus de voiture immatriculée sur l’entité.

    Q - Vitesse excessive dans la chaussée de Nivelles : R - Ils font des statistiques et relevés grâce aux radars, par la suite, les sanctions suivront.

    Q - Chicane, ils manquent des panneaux et c’est à celui qui passe premier : R - Le Bourgmestre n’est pas convaincu de cet état de fait, il va investiguer pour le manque de signalisation.

    Q - Passage de camions via le centre du village, est-ce afin d’éviter la taxe de roulage ?: R - Il est difficile d’interdire la circulation des camions.

    Pont-à-Celles,sudinfo,johnny,vandeplas,nouvelle,gazette,charleroi,2018, Mars,29,sécurité

     

  • Les « Rest-O-Packs », ou comment emporter à la maison les restes de son repas au restaurant !

    Résultat de recherche d'images pour "doggy bag sudinfo"

    Nous veillons de plus en plus à limiter les gaspillages alimentaires. Ainsi, les exploitants horeca donnent à leurs clients l’opportunité d'emporter à la maison ce qu’ils n’ont pas consommé sur place. L’AFSCA soutient cette initiative et est convaincue qu’une diminution du gaspillage alimentaire profite à chacun, mais il est important que la sécurité alimentaire reste garantie…

    Quels sont les risques en terme de sécurité alimentaire?
    Les repas servis dans les restaurants sont normalement préparés pour une consommation immédiate sur place et ne sont pas censés être conservés et/ou réchauffés par la suite.

    Les restes alimentaires de restaurant que le consommateur reprend chez lui sous forme de « doggy bags », désormais aussi connus sous le nom de « Rest-O-Packs », peuvent exposer le consommateur à un certain dangers microbiologiques conduisant à des intoxications alimentaires. Les 2 principales causes sont, d'une part, une température de conservation trop élevée, ce qui favorise le développement de bactéries et, d'autre part, une contamination croisée entre des denrées alimentaires crues et cuites.

    Il est dès lors important de placer les restes alimentaires au réfrigérateur le plus vite possible et de les réchauffer suffisamment avant consommation.

    La garantie des températures correctes des repas dans un établissement horeca relève de la responsabilité de l’exploitant. Toutefois, si le consommateur choisit d’emporter les restes alimentaires de son repas, il devient lui-même responsable de la bonne gestion de ces restes.

    L'emballage doit convenir pour un usage alimentaire
    La boîte ou l’emballage dans lequel les restes de restaurant sont emballés doit bien entendu convenir à un usage alimentaire. Tous les matériaux d’emballage ne sont pas adaptés pour la conservation de toutes les sortes de denrées alimentaires. Le risque est lié à la migration d'éléments chimiques de l'emballage vers l'aliment. Les aliments gras peuvent "attaquer" certains conditionnements en plastique et les aliments acides peuvent "attaquer" certains conditionnements en aluminium.
    Le choix de l’emballage ne dépend pas uniquement du type de repas servi, mais également de l’utilisation qu’en fait le consommateur par la suite. Ainsi, par exemple, tous les emballages ne peuvent pas être utilisés pour réchauffer des aliments aux micro-ondes.

    Le consommateur peut emporter ses restes dans une boîte ou un emballage qu'il apporte lui-même. Le restaurateur doit alors veiller à ce que ces emballages n’occasionnent pas de contamination en les gardant dans la cuisine du restaurant.

    Quelles informations les restaurateurs doivent-ils fournir au consommateur?
    L’exploitant horeca doit fournir des informations correctes au consommateur quant à la conservation, au réchauffement et à la durée de conservation des restes alimentaires de restaurant.
    Voici quelques conseils:
    - Placez les restes alimentaires de restaurant au réfrigérateur dès que possible (max. 7°C) et au plus tard dans les 2 heures.
    - Réchauffez les suffisamment (au moins à 60°C) avant consommation.
    - Ne conservez les restes alimentaires de restaurant que 24 à 48 heures au maximum, selon le type de produit.
    - Ne congelez pas ces restes.
    - Utilisez le récipient correct: convient-il pour l'aliment? Peut-il être utilisé dans un four à micro-ondes?

    En tant qu’opérateur, communiquez toujours au client les informations quant à l’utilisation du « Rest-O-Pack » si vous le fournissez vous-même. Vous pouvez les communiquer sous la forme d’un dépliant joint au « Rest-O-Pack » ou en indiquant les informations sur la boîte proprement dite.

    Si le consommateur se charge lui-même de l’emballage, la responsabilité lui incombe.

    Un consommateur averti en vaut deux !

    Le respect des températures correctes des repas consommés dans un établissement horeca relève de la responsabilité de l’exploitant. Toutefois, si le consommateur emporte les restes de son repas, il devient lui-même responsable de la bonne gestion de ces restes.

     

    Source AFSCA

  • A la une de la Nouvelle Gazette de Charleroi du 5 avril 2017: Idée originale "Un arbre pour chaque nouveau-né (beaumont)" page 9

    pont-à-celles,sudinfo,vandeplas,johnny,une,charleroi,sudpresse,nouvelle,gazette

  • Kruidvat: AVERTISSEMENT DE SÉCURITÉ IMPORTANT

    pont-à-celles,sudinfo,vandeplas,johnny,santé,rappel,produit,kruidvat,jouet

    pont-à-celles,sudinfo,vandeplas,johnny,santé,rappel,produit,kruidvat,jouet

  • Info police fédérale : Surfons Tranquille avec Google - comment sécuriser vos infos et déterminer quelles données peuvent être utilisées

    Nous le savons, notre activité sur le net intéresse les grandes entreprises qui nous y fournissent un service. Le plus souvent d'ailleurs, pour nous suggérer des contenus en rapport avec nos centres d'intérêt, tenant compte justement des liens que nous cliquons et des sites que nous visitons.

    Résultat de recherche d'images pour "moteur de recherche google"

    Et parmi ces entreprises, on retrouve évidemment Google que nous consultons au quotidien lors de nos recherches mais qui est également présent dans nos smartphones et tablettes, notamment si ceux-ci fonctionnent avec son système d'exploitation Android.

    Mon activité.JPG


    A partir de ces outils, il peut donc en savoir beaucoup sur nous.
    Si vous vous connectez à votre profil, en utilisant votre adresse Gmail, vous pourrez désormais accéder à une nouvelle rubrique.
    Baptisée « Mon activité », elle a été ajoutée par Google voici quelques semaines. Elle vous permet de découvrir toutes les données que le moteur de recherche a collecté sur vous à partir de l'usage de vos outils numériques.

    sites consultes.JPG


    Et vous risquez d'être très surpris par l'étendue des informations collectées. Vous allez ainsi y découvrir les commandes vocales que vous avez générées ou encore vos déplacements, la musique écoutée, les vidéos que vous avez regardées ou vos recherches sur Internet. Et tout est classé sous la forme d'une ligne du temps ce qui vous permettra de retrouver ce que vous faisiez, par exemple, il y a deux ans.


    Google vous offre la possibilité d'effacer ces données mais il vous propose également de bloquer l'enregistrement de votre activité. Pour ce faire, quand vous êtes dans cette nouvelle rubrique, il vous suffit de cliquer sur le 3 petits points que vous verrez en haut à droite et vous allez pouvoir désactiver toutes les données que Google enregistre.

    Dans cette même rubrique, vous pourrez également gérer les publicités qui vous ciblent. Toutefois, vous devez savoir que cette option permet désormais à d'autres sites, partenaires de Google, de mieux vous connaître et ainsi, de mieux cibler les annonces vous concernant.

    source : site police fédérale ICI

  • Sécurité de votre habitation, l’exemple vient de Courcelles : Les « Voisins Vigilants » s’installent à Courcelles dès la rentrée de septembre

    Leur mission : dissuader les cambrioleurs ! Et, par ricochet répandre la convivialité dans le quartier.

    pont-à-celles,sudinfo,vandeplas,johnny,sécurité,plp,voisin,veille

    Les Voisins Vigilants travailleront en parfaite collaboration avec les autorités communales de Courcelles et la police des Trieux »

    En quelques jours à peine, la plate-forme courcelloise « Voisins Vigilants » a trouvé son cœur de cible… « Avec une centaine d’adhérents déjà inscrits, nous sommes au-delà de mes espérances », déclare Manuel Cailleeuw. Ce site web communautaire permet de mettre en relation les habitants d’un même quartier pour lutter ensemble contre les cambriolages. Simple, gratuit et diablement efficace si l’on s’en réfère au modèle français dont il est inspiré.

    Ce nouveau système d’alerte ne sera réellement opérationnel qu’en septembre prochain. « Pour l’instant, nous sommes toujours dans la phase de recrutement des voisins vigilants. Les candidats ne manquent pas : on enregistre en moyenne une dizaine d’adhésions par jour », se réjouit Manuel Cailleeuw

    Le Courcellois avait ouvert la brèche en lançant voici 3 ans déjà « Vigilance Courcelloise », une communauté qui compte aujourd’hui 3.000 membres. « Cette fois, on se professionnalise, grâce au soutien et à l’expérience de nos voisins français, qui ont imaginé cette plate-forme », explique le Souvrètois.

    NI DÉLATION, NI INTERVENTION Les tractations ont commencé voici un peu plus d’un an. Aujourd’hui, on peaufine les derniers aménagements pour que le modèle français colle à la réalité courcelloise. Ce sera chose faite d’ici la rentrée, avec un petit rodage en sus.

    Les rangs des Voisins Vigilants seront alors suffisamment étoffés pour disposer d’une bonne couverture sur Courcelles et de ses « villages ». Un référent sera désigné par quartier. Il deviendra le porte-parole des habitants de son aire d’action.

    Manuel Cailleeuw, à l’origine de l’ancrage courcellois de Voisins Vigilants, fera office de référent principal. « Ni délation, ni intervention… Voilà pour le cadre. Le but n’est en aucun cas de jouer les guérilleros, ni de créer une milice », insiste le Souvrètois.

    ACCESSIBLE À TOUS ! Il est simplement demandé aux Voisins Vigilants de garder un œil attentif et de jouer les sentinelles en signalant des événements ou agissements suspects.

    Pas besoin d’être expert en nouvelles technologies ! Le système d’alerte a été conçu pour être accessible à tous. Il avise instantanément chaque Voisin Vigilant dès qu’un danger potentiel est signalé par un utilisateur ou par la police. « Le système déborde largement du cadre de Facebook. Un GSM suffit pour donner l’alerte ou être informé par SMS », explique Manuel Cailleeuw.

    AVEC LA COMMUNE ET LA POLICE Le dispositif Voisins Vigilants n’est pas qu’une émanation citoyenne. Il repose aussi sur une collaboration avec les autorités communales – par le biais de sa bourgmestre Caroline Taquin et de son service Prévention et Sécurité – ainsi qu’avec la zone de police des Trieux. Elles seront également associées à la désignation des voisins référents

    Si la sécurité des quartiers est au cœur des préoccupations des Voisins Vigilants, la plateforme ouvre aussi d’autres champs. Sur la plate-forme sécurisée, les utilisateurs pourront aussi publier des annonces, faire connaissance avec d’autres habitants du quartier, partager, s’entraider… Bref, décliner la convivialité sous toutes ses latitudes. Et voisiner en harmonie…

    Article de M-G. D Nouvelle Gazette du 28 juin 2016

     

    Qu’en est-il  à  Pont-à-Celles ?