sécurité

  • Régulièrement, les particuliers et commerçants sont sollicités par des personnes qui collectent des fonds, pour des clubs sportifs ou à l’occasion d’étrennes. Est-ce bien légal ?

    © Secunews.be

    Régulièrement, les particuliers et commerçants sont sollicités par des personnes qui collectent des fonds, pour des clubs sportifs ou à l’occasion d’étrennes, etc. Comment cette pratique est-elle encadrée sur le plan légal ? Des autorisations doivent-elles être obtenues au préalable ? Les communes peuvent-elles interdire le porte-à-porte à domicile ?

    On peut s'interroger quant à la pratique de certaines personnes de se faire passer pour des policiers ou des pompiers, ou du moins, indiquant qu'elles vendent des cartes de soutien pour la police ou les pompiers. Sur ce point, il est intéressant de rappeler que le Code pénal sanctionne via ses articles 227 et s. l'usurpation de titre et de fonction. 

    Par ailleurs, rappelons que les policiers n'ont pas la possibilité de collecter. Cela irait à l'encontre des règles de déontologie et notamment de l’article 130 de la LPI (loi sur la police intégrée) qui indique que ‘le statut des fonctionnaires de police garantit leur intégrité. Les fonctionnaires de police doivent prescrire tout abus dans l’exercice de leurs missions. Il est interdit aux membres du personnel de solliciter, d’exiger ou d’accepter, directement ou par personne interposée, même en dehors de leurs fonctions, mais en raison de celles-ci, des dons, gratifications ou avantages quelconques’ .  Cela équivaudrait à monnayer la sécurité …

     

    Plus d'infos sur le site secunews.be 

  • Testez en ligne vos connaissances en termes de sécurité routière et remportez des cadeaux: chèque-voyage de 1.000 euros, accessoires de sport, coffrets bien-être, vélos pliables, bons cadeaux, tickets de cinéma, abonnements de journal...

    La troisième édition du «Quiz de la route» pour les usagers wallons a été lancée ce jeudi. Elle sera accessible en ligne jusqu’au 18 novembre pour tester ses compétences en termes de sécurité routière, a indiqué jeudi par communiqué l’Agence wallonne pour la sécurité routière (AWSR).

    Les piètres résultats de l’an dernier ont montré qu’il était «nécessaire de rafraichir régulièrement les connaissances en matière de sécurité routière», souligne l’AWSR. Sur les 33.000 personnes qui ont pris part au quiz, seuls 61% des réponses sur les règles du code de la route étaient bonnes tandis que la connaissance des signaux routiers n’amassait que 60% de réponses correctes.

    Cette année, le questionnaire comprend 15 choix multiples (40 secondes par question) sur la sécurité routière. A partir d’un score de 11/15, les participants peuvent tenter de remporter des cadeaux: chèque-voyage de 1.000 euros, accessoires de sport, coffrets bien-être, vélos pliables, bons cadeaux, tickets de cinéma, abonnements de journal... Le nombre de participations est illimité, mais les questions changent à chaque tentative.

    Pour tenter votre chance c'est ICI

    Ce que vous pouvez gagner

    prix code route.JPG

    cliquer sur image pour l'agrandir...

  • Info sécurité : avis de rappel des vélos B’Fold 500 et 700 achetés entre le 01/01/2013 et le 31/12/2016 et vendus par l’enseigne DECATHLON

    Nom du produit : Bicyclettes BFOLD 500 & BFOLD 700

    Marque : B'fold

    Référence : BFOLD 500 & BFOLD 700

    Risque : Le cadre pliant peut se casser en usage au niveau de la charnière

    Commentaire : Les détenteurs de ces vélos sont invités à les restituer pour échange contre un vélo identique neuf

    velo decathlon.JPG

  • Attention rappel produit chez Carrefour: un risque de brûlure!

    Edition numérique des abonnés

    Par mesure de sécurité, Carrefour procède au rappel de blenders chauffants de la marque « Carrefour Home » vendus dans ses rayons appareils ménagers, en raison d’un risque de brûlure, a annoncé la chaîne de supermarchés lundi dans un communiqué.

    Le modèle porte le numéro HSPM800-15 et le code-barre 3613866177389.

    Les clients concernés sont priés de ne plus utiliser l’engin et de le rapporter dans un magasin Carrefour pour remboursement.

    Pour toute information complémentaire, le service consommateurs Carrefour Belgique est accessible au numéro gratuit 0800/910.11, de 08h30 à 20h00 les jours ouvrables et de 09h00 à 20h00 le samedi.

  • Pont-à-celles, séance d’information sur la sécurité.

    Pont-à-Celles,sudinfo,johnny,vandeplas,nouvelle,gazette,charleroi,2018, Mars,29,sécurité

    Mercredi 28 dans la soirée, sur l’initiative de l’administration communale, une séance d’information sur la sécurité dans notre entité était programmée.

    Monsieur Marit Chef de corps de la zone Brunau nous a fait un exposé clair et précis des statistiques de toutes les infractions, vols ou autres délits de sa zone et notamment de Pont-à-celles.

    Certes, au début de cette année, il y a eu une augmentation des infractions, mais la tendance est maintenant à la baisse, bien entendu, les statistiques sont légèrement tronquées si les résidents ne renseignent pas les tentatives d’infractions. Le chef de corps et Mr Dupont sont conscient de la problématique, et ils insistent tous les deux, un vol est un vol de trop !

    Malgré tout, le travail paie sur le terrain, et nombre de voleurs ou bande organisées sont arrêtées. Le responsable de la zone Brunau se doit de constater que les lois sont ce qu’elles sont, et que la magistrature relâche trop rapidement les malandrins qui recommencent presque aussi tôt .

    En fin de soirée, le Chef de corps et Mr le bourgmestre ont répondu aux questions posées, entre autres ;

    Q - PLP : R - Il y a eu une tentative a Obaix, celle-ci à échouer par manque de voisins, qui soit, ne voulait pas s’investir, soit par manque d’intérêt. Mr Dupont et Mr Marit ne sont pas contre les PLP, mais la demande doit venir des citoyens.

    Q - Stationnement dangereux : R - Mr le bourgmestre veut bien intervenir, mais constate que le problème est difficile, il y a de plus en plus de voiture immatriculée sur l’entité.

    Q - Vitesse excessive dans la chaussée de Nivelles : R - Ils font des statistiques et relevés grâce aux radars, par la suite, les sanctions suivront.

    Q - Chicane, ils manquent des panneaux et c’est à celui qui passe premier : R - Le Bourgmestre n’est pas convaincu de cet état de fait, il va investiguer pour le manque de signalisation.

    Q - Passage de camions via le centre du village, est-ce afin d’éviter la taxe de roulage ?: R - Il est difficile d’interdire la circulation des camions.

    Pont-à-Celles,sudinfo,johnny,vandeplas,nouvelle,gazette,charleroi,2018, Mars,29,sécurité

     

  • Les « Rest-O-Packs », ou comment emporter à la maison les restes de son repas au restaurant !

    Résultat de recherche d'images pour "doggy bag sudinfo"

    Nous veillons de plus en plus à limiter les gaspillages alimentaires. Ainsi, les exploitants horeca donnent à leurs clients l’opportunité d'emporter à la maison ce qu’ils n’ont pas consommé sur place. L’AFSCA soutient cette initiative et est convaincue qu’une diminution du gaspillage alimentaire profite à chacun, mais il est important que la sécurité alimentaire reste garantie…

    Quels sont les risques en terme de sécurité alimentaire?
    Les repas servis dans les restaurants sont normalement préparés pour une consommation immédiate sur place et ne sont pas censés être conservés et/ou réchauffés par la suite.

    Les restes alimentaires de restaurant que le consommateur reprend chez lui sous forme de « doggy bags », désormais aussi connus sous le nom de « Rest-O-Packs », peuvent exposer le consommateur à un certain dangers microbiologiques conduisant à des intoxications alimentaires. Les 2 principales causes sont, d'une part, une température de conservation trop élevée, ce qui favorise le développement de bactéries et, d'autre part, une contamination croisée entre des denrées alimentaires crues et cuites.

    Il est dès lors important de placer les restes alimentaires au réfrigérateur le plus vite possible et de les réchauffer suffisamment avant consommation.

    La garantie des températures correctes des repas dans un établissement horeca relève de la responsabilité de l’exploitant. Toutefois, si le consommateur choisit d’emporter les restes alimentaires de son repas, il devient lui-même responsable de la bonne gestion de ces restes.

    L'emballage doit convenir pour un usage alimentaire
    La boîte ou l’emballage dans lequel les restes de restaurant sont emballés doit bien entendu convenir à un usage alimentaire. Tous les matériaux d’emballage ne sont pas adaptés pour la conservation de toutes les sortes de denrées alimentaires. Le risque est lié à la migration d'éléments chimiques de l'emballage vers l'aliment. Les aliments gras peuvent "attaquer" certains conditionnements en plastique et les aliments acides peuvent "attaquer" certains conditionnements en aluminium.
    Le choix de l’emballage ne dépend pas uniquement du type de repas servi, mais également de l’utilisation qu’en fait le consommateur par la suite. Ainsi, par exemple, tous les emballages ne peuvent pas être utilisés pour réchauffer des aliments aux micro-ondes.

    Le consommateur peut emporter ses restes dans une boîte ou un emballage qu'il apporte lui-même. Le restaurateur doit alors veiller à ce que ces emballages n’occasionnent pas de contamination en les gardant dans la cuisine du restaurant.

    Quelles informations les restaurateurs doivent-ils fournir au consommateur?
    L’exploitant horeca doit fournir des informations correctes au consommateur quant à la conservation, au réchauffement et à la durée de conservation des restes alimentaires de restaurant.
    Voici quelques conseils:
    - Placez les restes alimentaires de restaurant au réfrigérateur dès que possible (max. 7°C) et au plus tard dans les 2 heures.
    - Réchauffez les suffisamment (au moins à 60°C) avant consommation.
    - Ne conservez les restes alimentaires de restaurant que 24 à 48 heures au maximum, selon le type de produit.
    - Ne congelez pas ces restes.
    - Utilisez le récipient correct: convient-il pour l'aliment? Peut-il être utilisé dans un four à micro-ondes?

    En tant qu’opérateur, communiquez toujours au client les informations quant à l’utilisation du « Rest-O-Pack » si vous le fournissez vous-même. Vous pouvez les communiquer sous la forme d’un dépliant joint au « Rest-O-Pack » ou en indiquant les informations sur la boîte proprement dite.

    Si le consommateur se charge lui-même de l’emballage, la responsabilité lui incombe.

    Un consommateur averti en vaut deux !

    Le respect des températures correctes des repas consommés dans un établissement horeca relève de la responsabilité de l’exploitant. Toutefois, si le consommateur emporte les restes de son repas, il devient lui-même responsable de la bonne gestion de ces restes.

     

    Source AFSCA

  • A la une de la Nouvelle Gazette de Charleroi du 5 avril 2017: Idée originale "Un arbre pour chaque nouveau-né (beaumont)" page 9

    pont-à-celles,sudinfo,vandeplas,johnny,une,charleroi,sudpresse,nouvelle,gazette

  • Kruidvat: AVERTISSEMENT DE SÉCURITÉ IMPORTANT

    pont-à-celles,sudinfo,vandeplas,johnny,santé,rappel,produit,kruidvat,jouet

    pont-à-celles,sudinfo,vandeplas,johnny,santé,rappel,produit,kruidvat,jouet