prévention

  • Thiméon - A la Charmille le mercredi 04 octobre: conférences sur la prévention des chutes chez les seniors - mercredi 04 octobre 2017

    pont-à-celles,sudinfo,vandeplas,johnny,2017,

    Dans le cadre de la semaine des aidants proches, le service Plan de Cohésion sociale de Pont-à-Celles et le Conseil Consultatif Communal des Aînés organisent une conférence sur la prévention des chutes chez les seniors.

    Cette conférence est programmée à 16h à la Maison de repos "La Charmille" (2, rue des vignobles, 6230 Thiméon), et à 19h à la salle des Mariages de l'Administration Communale (22, Place Communale, 6230 Pont-à-Celles).

    Cet événement vise à sensibiliser tous les publics aux risques de chute et de montrer que ce n’est pas une fatalité, à condition de mettre en place les moyens de la prévenir. Les conférences intégreront donc toutes les dimensions de la problématique des chutes (facteurs de risque personnels, comportementaux, environnementaux, liés à l’âge, au sexe, aux médicaments, au port des chaussures, des lunettes, etc.).

    Le conférencier, monsieur Petit d’Educa-Santé, exposera tout d’abord une approche scientifique sur les facteurs de risque de chute, approche multifactorielle à solutions multidisciplinaires, et ensuite une approche plus pratique, mobilisant des documents pédagogiques, afin d’inciter à la réflexion et à la réalisation d’aménagements adaptés au domicile des personnes âgées.

    Venez nous rejoindre le mercredi 04 octobre, soit à 16h à la Maison de repos La Charmille (2, rue des vignobles, 6230 Thiméon), soit à 19h à la salle des Mariages de l'Administration Communale (22, Place Communale, 6230 Pont-à-Celles).

     

    Contact et informations:    Pan de Cohésion Sociale de Pont-à-Celles

    Place Communale 22, 6230 Pont-à-Celles

    071 84 90 42 ou  PCS@pontacelles.be

  • A côté de chez nous: "Courcelles offre un pack préventif" Une mesure contre les vols dans les habitations

    pont-à-celles,nouvelle,gazette,charleroi,vandeplas,johnny,courcelles,vol,pack,antivol,prévention

    La commune de Courcelles va proposer aux habitants qui le souhaitent un pack préventif contre les vols dans les habitations. Depuis près d’un an, suite au Plan Stratégique de Sécurité et Prévention, la commune a fait appel à un conseiller en prévention qui donne des conseils pour garantir la sécurité dans les maisons. Ce pack propose ainsi quelques objets de base, cadenas ou alarme, afin d’éviter les mauvaises surprises.

    Le kit contient un cadenas, un minuteur et deux petites alarmes sonores, ce n'est pas grand chose, toutefois, c'est mieux que rien....

    Article complet dans la Nouvelle Gazette du samedi 23 janvier 2016

     

  • 19 novembre : Journée mondiale pour la prévention des abus envers les enfants

     


    Journée mondiale pour la prévention des abus envers les enfants

     

    La Fondation Sommet Mondial des Femmes : Femmes et en enfant d’abord (FSMF) a lancé en 2000 la Journée Mondiale pour la Prévention des Abus envers les Enfants. Cette journée est célébrée chaque 19 novembre en synergie avec la journée des droits de l'enfant (20 novembre), a pour objectif de mettre en évidence le problème des abus ainsi que la nécessité d'intervenir de toute urgence par la diffusion de programmes de prévention.

    Les abus et l'exploitation des enfants (notamment au niveau sexuel) constituent un problème universel et alarmant. Une attention accrue ainsi que des mesures efficaces et soutenues de prévention et de protection sont nécessaires, que ce soit au niveau familial, local, national ou international.

    Après une longue tradition du silence, les abus sexuels dont sont souvent victimes les enfants font de plus en plus l'objet de révélations, occupant une place éminente sur la scène publique et politique.

    Les Gouvernements et les organisations de la société civile doivent jouer un rôle actif dans la promotion et le respect des droits de l'enfant (énoncés dans la Convention relative aux droits de l'enfant, articles 19 et 34 *)

    • Art. 19 / Les Etats parties prennent toutes les mesures législatives, administratives, sociales et éducatives appropriées pour protéger l'enfant contre toute forme de violence, d'atteinte ou de brutalités physiques ou mentales, d'abandon ou de négligence, de mauvais traitements ou d'exploitation, y compris la violence sexuelle, pendant qu'il est sous la garde de ses parents ou de l'un d'eux, de son ou ses représentants légaux ou de toute autre personne à qui il est confié.
    • Art. 34 / Les Etats parties s'engagent à protéger l'enfant contre toutes les formes d'exploitation sexuelle et de violence sexuelle. A cette fin, les Etats prennent en particulier toutes les mesures appropriées sur les plans national, bilatéral et multilatéral pour empêcher (...)

    Agir chaque année

    Malgré les nombreux acquis réalisés au profit de l’enfance au cours de ces trente dernières années, les droits de l’enfant continuent de subir des atteintes dans de nombreuses régions, avec la persistance de l’exploitation économique des enfants et tous les préjudices physiques, psychologiques et sociaux qui en découlent, en plus des épreuves et des situations dramatiques dans lesquelles se retrouvent les enfants en période de conflits armés et les diverses formes de désespoir et de souffrance qu’ils éprouvent du fait de la propagation de la pauvreté, de la famine, des fléaux et des endémies.

    Sur tous les continents

    De nombreuses associations défendent aujourd'hui la cause des enfants, et nous vous invitons à découvrir le site de l'APSEC, qui se propose de fournir une aide à l'enfance cambodgienne et chinoise et milite activement pour la prévention des abus envers les enfants.

    • Que des enfants ne soient incités ou contraints à se livrer à une activité sexuelle illégale;
    • Que des enfants ne soient exploités à des fins de prostitution ou autres pratiques sexuelles illégales;
    • Que des enfants ne soient exploités aux fins de la production de spectacles ou de matériel de caractère pornographique;
    • plus d'un million d'enfants sont amenés de force sur le marché du sexe.
    • Presque chaque jour de nouveaux cas d'abus et de maltraitance envers les enfants, auxquels des employés d'institutions internationales respectées se sont également trouvés mêlés.
    • L'augmentation des mesures préventives, l'amélioration des techniques de protection, la sensibilisation de l'opinion publique et l'encouragement des dénonciations nous apparaissent clairement comme la manière la plus intelligente et efficace d'aborder le problème.
    • 250 millions d’enfants âgés de 5 à 14 ans travaillent
    • 100 millions accomplissent des travaux pénibles et dangereux
    • 3 millions d’enfants, en majorité des filles, sont victimes d’exploitation sexuelle

    Source:journee-mondiale.com

    • 121 millions d’enfants d’âge scolaire qui reste
  • Journée Mondiale de prévention du suicide

     


    Journée Mondiale de prévention du suicide

    La Journée mondiale de prévention du suicide attire l'attention sur le nombre estimatif d'un million de vies perdues par an à cause du suicide. En 2005, les organisateurs souhaitent insister sur le fait que la prévention du suicide concerne tout un chacun et n'est pas de la seule responsabilité des experts. Au cours de cette journée, ils demandent instamment aux communautés, aux individus, aux professionnels et aux bénévoles de prendre part aux activités de sensibilisation à ce problème de santé publique et de lancer de nouvelles initiatives et méthodes de prévention.

    L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) considère le suicide comme un problème de santé publique énorme mais en grande partie évitable, aujourd'hui à l’origine de près de la moitié de toutes les morts violentes. On compte actuellement près d’un million de décès annuels dus au suicide, et le coût économique se chiffre en milliards de dollars. Selon les estimations, le nombre de décès dus au suicide pourrait passer à 1,5 million d’ici 2020. Après le succès de la Journée mondiale de prévention du suicide de l’an dernier, la Journée sera organisée à nouveau le 10 septembre par l’OMS et l’Association internationale pour la Prévention du Suicide (AIPS) pour attirer l’attention de l'opinion mondiale et lancer un appel en faveur de l’action. (...)

    Les associations qui agissent pour la prévention du suicide sont nombreuses et nous citerons par exemple: www.sos-suicide-phenix.org dont l'accroche mérite à elle seule le détour : En parler, c'est déjà revivre !

    Un site à visiter : www.who.int

    Source: journée-mondiale.com

  • Estaimpuis: dès le premier septembre, les voisins vont veiller grâce au PLP. Et pouquoi pas dans nos quartier ?

     

    panneau veille.jpg

    Le Partenariat Local de Prévention d’Estaimpuis sera lancé le premier septembre prochain. D’abord pour une phase test de six mois dans le centre d’Estaimpuis. Après, ce premier PLP pourrait être prolongé et même imité dans d’autres quartiers de l’entité.

    Nous vous l’annoncions il y a quelques semaines, un Partenariat Local de Prévention (PLP) verra le jour à Estaimpuis dès le premier septembre. Ce PLP est né de la demande d’habitants de la rue du Saclet. Inquiets de voir des vols commis dans la rue, ils voulaient agir. En collaboration avec la police du Val de l’Escaut et l’administration communale, l’idée d’un PLP est venue sur la table. « C’est une collaboration entre les citoyens d’un quartier bien déterminé avec la police et les autorités communales », explique le commissaire Daniel Gorloo en charge de ce PLP. Le quartier déterminé est donc celui d’Estaimpuis centre où une recrudescence de vol a été observée. Sont concernées : les rues du Saclet, du Pont Tunnel, des Résistants, du Moulin Masure, du Stade, du Château, J. Lefebvre, de l’Eglise, Delcroix, de la Bouteillerie, Boulevard des Déportés et la Grand-Place

    La suite sur le blog de mon collègue d'Estaimpuis: ICI

  • Y en a t'il dans l'entité de Pont-à-Celles ?

    Rien n'échappe aux comités de surveillance: cambriolages, couples illégitimes, démarcheurs douteux... les PLP veillent sur tout!

    F.D.H.

    La Belgique compte à ce jour 634 PLP (Partenariat Local de Prévention) reconnus par le SPF Intérieur, ces réseaux associant citoyens et police locale pour la surveillance d’un quartier. Créés pour lutter contre les vols dans les maisons, les PLP permettent bien plus que cela. Reportage près de Ciney, où un tel réseau existe depuis 10 ans déjà.

    Si vous avez dans votre quartier un coordinateur comme André Dessy, vous pouvez dormir sur vos deux oreilles. De sa maison, juchée sur les hauteurs de Braibant, près de Ciney, cet instituteur retraité, jumelles autour du cou, voit tout et note tout. «J’ai toujours mon calepin sur moi», sourit-il en nous montrant les pages noircies de numéros de plaques, modèles de voitures, dates, lieux... «Je me promène souvent et quand je vois quelque chose de suspect, je note. Ou quand les gens m’appellent, je note aussi.» Dans son village de 650 âmes, tout le monde a son numéro de GSM. Et bien souvent, on l’appelle lui, avant d’appeler le 101. «Parce que je fais un peu le tri entre ce qui est suspect et ce qui ne l’est pas

    En septembre dernier, il a été alerté par un membre du PLP qui venait d’apercevoir deux voleurs sortant d’une maison par une fenêtre. «Ce fut le branle-bas de combat», explique André Dessy. «On a téléphoné à la police qui est arrivée avec six combis et une quinzaine de riverains sont descendus dans la rue. On a quadrillé le village mais ils ont réussi à fuir

    LE REVERS DE LA MÉDAILLE

    Cela dit, à force de tout surveiller, les villageois s’épient les uns les autres. «

    L’autre jour, on m’a téléphoné pour me dire que ma femme d’ouvrage était partie un quart d’heure plus tôt ! », s’offusque une villageoise dans une autre PLP du Namurois...

    Les vols en chute libre à Bousval !

    Les premiers réseaux d’informations de quartier sont apparus en Flandre. C’est ensuite le Brabant wallon et ses beaux quartiers résidentiels qui ont ouvert la marche pour la Wallonie. À Bousval par exemple (commune de Genappe), trois structures existent déjà et un 4e PLP est en cours de constitution.

    Si l’on prend le PLP du « Pont Spilet », un quartier de 131 maisons où 93 voisins veillent, les vols et tentatives sont en chute libre.

    « Nous avons créé notre réseau en 2004 », explique Marianne Lepersonne. « À cette époque, nous avions compté 40 faits de vol. En 2006, on est descendu à 29, puis 6 en 2010 et 2 en 2012 ! Les chiffres montrent une corrélation évidente entre le nombre d’appels au 101 et le nombre de vols.

    J’espère seulement que les voleurs ne se déplacent pas… C’est pourquoi nous poussons tous les quartiers à s’organiser comme nous. » Au Pont Spilet, les démousseurs de toit et les vendeurs de cartes postales ont définitivement abandonné le quartier

    F. DE H.