pause

  • Vu sur sudinfo.be : De plus en plus d'entreprises déduisent les pauses cigarettes du temps de travail

    Le contrôle des pauses cigarette est en passe de devenir une spécialité belge, à en croire la littérature qui fleurit en France. Pour celui qui fume son paquet quotidien, certains experts estiment la perte de temps de travail à 80 minutes sur la journée. Si la pointeuse est une réalité dans plusieurs de nos administrations, c’est loin d’être le cas dans le privé, surtout parmi les PME. Voici ce que votre patron peut et ne peut pas vous imposer en relation avec la clope…

    La pointeuse généralisée pour les fumeurs ? Loin de là… Des dispositions ont été prises par certaines administrations et elles ont fait grand bruit. Ville de Liège, Service public de Wallonie, ministère des Finances (liste non exhaustive) : on y pointe si l’on sort en griller une. «  Dans la fonction publique fédérale, il n’y a pas de règle uniforme  », explique Roland Vansingel, secrétaire général de la CGSP (syndicat socialiste). «  Aux Finances, le fumeur se voit déduire un quart d’heure le matin et un autre l’après-midi de son temps de travail, ce qui porte ses prestations quotidiennes de 7h36 à 8h06 de travail réglementaire. »

    Plus d'infos ICI

  • A la une de votre Nouvelle Gazette du 19 novembre 2014

    Capture.PNG