mr

  • Communales 2018: le PS consulte... I.C. et le MR

    pont-à-celles,sudinfo,johnny,vandeplas,nouvelle,gazette,charleroi,2018,octobre,élection

    Le Parti socialiste a gardé la main en conservant de justesse sa place de premier parti de Pont-à-Celles. Mais même avec 8 élus, il est incontournable... D’autant plus que le MR et I.C., qui totaliseraient ensemble 13 sièges (sur 25), sont eux incompatibles après les événements de cet été. En conflit avec Philippe Knaepen, l’échevin des Travaux Luc Vancompernolle avait démissionné du groupe MR. Parti au combat sous la bannière Intérêts Citoyens, il a décroché 7 sièges et raflé au passage le titre de champion des voix, toutes catégories confondues.

    Depuis 2000, le MR est en majorité avec le PS. Sa progression était constante... jusqu’à ce dimanche. Les réformateurs, qui ont perdu 3 sièges, disposent toujours de 6 élus. Et, Philippe Knaepen, devenu député régional, réalise encore le deuxième score en termes de voix de préférence.

    Qui du MR ou de IC entrera dans la future majorité ? Selon la formule consacrée, le Parti socialiste consulte... Il a engagé les discussions à la fois avec I.C. et le MR. Mais il n’a pas encore choisi avec qui il « pactisera ». « On veut permettre à chacun de se remettre du choc. I.C. est une nouvelle formation qui doit encore se construire autour de Luc Vancompernolle. Et, après les querelles de cet été et les résultats électoraux, le MR se cherche sans doute encore un peu. On veut laisser à chacun le temps de se rassembler », explique Pascal Tavier, qui sera le prochain bourgmestre de Pont-à-Celles. Il compte en effet 6 voix de préférence supplémentaires par rapport à Christian Dupont, qui tient le rôle depuis 30 ans, et par rapport à l’échevin Florian De Blaere très populaire auprès de la jeunesse.

    On retiendra encore de ces élections communales, le maintien d’Ecolo, qui conserve ses 3 sièges. Le P.P. décroche un élu. Enfin, le grand perdant du scrutin est le cdH. Les humanistes ont perdu leurs trois sièges et ne seront donc plus représentés dans la prochaine assemblée pont-à-celloise.

    Article de M-G.D dans la Nouvelle Gazette du 16/10/2018

     

  • A la une de la Nouvelle Gazette de Charleroi du 27 février 2017

    pont-à-celles,sudinfo,vandeplas,johnny,une,charleroi,sudpresse,nouvelle,gazette

  • A la une de votre Nouvelle Gazette du 12 janvier 2016

    pont-à-celles,une,nouvelle,gazette,charleroi,vandeplas,johnny

  • A la une de votre Nouvelle Gazette du 12 mai 2015

    pont-à-celles,une,nouvelle,gazette,charleroi

  • Pour rappel, une intervention de votre blogueur Sudpresse Pont-à-Celles

    Luttre, la construction du nouveau pont:

     un an de retard cite La Nouvelle Gazette

    pont luttre 3.JPG« On se moque de nous ! »

    Le pont de Luttre, qui enjambe sur 85 mètres le canal Charleroi/Bruxelles à hauteur du Carrefour Market, jouera les prolongations. La construction du nouvel ouvrage, appelé à lui succéder, débutera au plus tôt à la fin de l’année. Ce qui repoussera sa mise en service de près d’un an ! Un retard qui irrite les autorités pont-à-celloises…

    La procédure administrative serait en cause. Le permis d’urbanisme, attendu initialement pour août dernier, n’a finalement été délivré qu’à la mi-novembre. Le SPW avait alors déjà clôturé la liste des engagements pour 2013. Du coup, le chantier pour la construction du nouveau pont s’en trouve retardé. De six mois à un an, selon le degré d’optimisme Le marché sera en principe lancé d’ici un mois. Le SPW espère pouvoir entamer les grandes manoeuvres d’ici la fin de l’année. «

     Même si les choses ne seront pas visibles sur le terrain, on pourra, par exemple, déjà débuter en atelier l’ossature métallique du pont », précise-t-on du côté du SPW.

     

    La construction du nouveau pont devrait durer un an. En attendant, les automobilistes continueront donc à prendre leur mal en patience… Depuis 2011, le tonnage autorisé sur le pont fragilisé a été limité. La circulation y est régulée de manière alternative sur une bande centrale unique. Avec les embarras de circulation que cela suppose aux heures de pointe… «

    La population pont-à-celloise subit cette situation depuis trois ans déjà. La 40e gare du pays, et la deuxième de l’arrondissement de Charleroi, est impactée par la situation. Nous ne pouvons que regretter la légèreté avec laquelle ce dossier a été traité par la Région wallonne. Nous n’avons pas la maîtrise de la situation. Mais nous sommes en première ligne pour essuyer le mécontentement et l’impatience des automobilistes et riverains», tempête Philippe Knaepen, l’échevin MR en charge des travaux.

    TROP MALADE QUE POUR ÊTRE RÉPARÉ

    Le pont de la rue du Pont… Neuf est en souffrance depuis plusieurs années déjà. Sa rénovation était programmée au printemps 2011. Mais, le SPW n’avait pu que constater l’état de délabrement de l’ouvrage. Et finalement et après études, préférer la construction d’un nouvel ouvrage aux réparations de l’ancien. Ce dernier ne sera voué à la démolition qu’une fois le nouveau pont opérationnel. C’était là d’ailleurs une condition sine qua non posée par les autorités       pont-à-celloises. Comme son prédécesseur, le nouveau pont sera composé d’un squelette métallique qui supportera la dalle de béton. Il viendra se positionner juste à côté du pont actuel. M-G.D

    pont-à-celles,luttre,canal,pont,construction,philippe,knaepen,échevin,MR

     

    pont-à-celles,luttre,canal,pont,construction,philippe,knaepen,échevin,MR

    pont-à-celles,luttre,canal,pont,construction,philippe,knaepen,échevin,MR