mars

  • Wallonie: projet-pilote d’une prime de retour de 5 centimes par canette récoltée

    Edition numérique des abonnés

    Le projet-pilote que la Wallonie envisage dès la mi-2018 dans une grosse dizaine de communes pour lutter contre les dépôts sauvages de canettes devrait consister en une prime de retour de 5 centimes d’euro sur chaque canette rendue à une machine, a détaillé lundi le ministre wallon de l’Environnement Carlo Di Antonio.

    Les Régions envisagent depuis plusieurs années déjà l’instauration d’une consigne sur les canettes, comme le réclament les associations environnementales et certaines communes pour lutter contre les déchets sauvages.

    Mais les secteurs industriel, commercial et de gestion des déchets s’y opposent. Les Régions leur ont donné du temps pour mettre en place des initiatives de prévention, d’éducation du public (opérations de propreté) ou des projets-pilote de récolte, tout en veillant à se réserver l’épée de Damoclès de la consigne.

    Mais cette menace a reçu du plomb dans l’aile dernièrement, lorsque la N-VA s’est opposée à la consigne au gouvernement flamand. Or, consigner les canettes n’aurait de sens que si la mesure est prise à l’échelle de la Belgique, conviennent PS et MR, appuyés en cela par le ministre cdH.

    Dans leur accord de majorité, MR et cdH avaient convenu de s’en tenir à un projet-pilote, afin d’évaluer l’intérêt de la consigne et de prévenir d’éventuels effets pervers, notamment sur le petit commerce. C’est à cet égard notamment que le MR s’interroge sur l’opportunité de la consigne, que le cdH veut quant à lui voir aboutir. Ce lundi, en commission du parlement wallon, les échanges ont parfois été durs entre Olivier Maroy (MR) et Dimitri Fourny (cdH) sur une proposition de résolution cdH favorable à la consigne.

    On sait désormais que le projet-pilote - attendu à la mi-2018 dans une quinzaine de communes - ne prendra pas la forme d’une consignation, mais bien d’une prime de retour que paiera Fost-Plus, l’organisme privé qui finance la collecte sélective, le tri et le recyclage des déchets d’emballages ménagers. Les fédérations de l’industrie alimentaire (Fevia) et du commerce (Comeos) pourraient y donner leur feu vert en fin de semaine.

    Concrètement, cette prime de retour serait de 5 centimes d’euros - sans modification du prix de vente de la canette donc - à chaque canette usagée rendue dans une machine placée dans un lieu public (ou un commerce), a exposé le ministre Di Antonio.

    L’estimation du coût, pris en charge par Fost-Plus, serait de 250.000 euros pour deux ans (équipement, suivi, études, etc.), plus la partie variable non encore mesurable des 5 centimes par canette.

    «Le projet vise les canettes abandonnées en bord de route, que les mouvements de jeunesse par exemple pourraient récolter, mais on sait qu’il y aura aussi un effet de collecte à la maison», note le ministre Di Antonio.

    La consigne sur canettes est loin d’être abandonnée. Après débats, MR, cdH et PS ont approuvé la proposition de résolution de Dimitri Fourny demandant au gouvernement wallon d’organiser, après évaluation des projets-pilote à la mi-2020, la généralisation d’un système de consignation des canettes

    source : sudinfo

  • Un petit coup de gueule…

    Pont-à-Celles,sudinfo,johnny,vandeplas,nouvelle,gazette,charleroi,2018, Mars,31,fumeur,polution

    Nous sommes tous (enfin je le suppose) contre les dépôts sauvages, ainsi que les diverses pollutions.

    Je n’ai rien contre les fumeurs, ils payent beaucoup de taxes pour détruire leur santé, toutefois, lorsque je passe sur la place communale de Pont-à-celles, je suis dégoûté d’observer et de constater que certains, ne respecte rien, ni l’environnement, ni le trottoir de leur lieu de travail !

    Est-ce que ça coûte cher un cendrier ?

    Pont-à-Celles,sudinfo,johnny,vandeplas,nouvelle,gazette,charleroi,2018, Mars,31,fumeur,polution

  • Emplois: les prisons recrutent des agents

    Image associée

    En février et mars, 71 nouveaux agents pénitentiaires sont entrés en fonction (44 en Flandre, 13 en Wallonie et 14 à Bruxelles).

    En avril et mai prochains, 80 nouvelles entrées en service sont prévues, fait savoir vendredi le ministre de la Justice Koen Geens. « Le nombre d’entrées en fonction pour le mois de mai peut encore augmenter, car les chiffres du test de sélection de décembre 2017 ne sont pas encore intégralement connus », précise le ministre.

    Les personnes qui souhaitent déposer leur candidature peuvent s’inscrire jusqu’au 12 avril sur le site du Selor (www.selor.be).

    Cliquez ici pour vous inscrire

  • La une de la Nouvelle Gazette de Charleroi du 31 mars 2018

    Pont-à-Celles,sudinfo,johnny,vandeplas,nouvelle,gazette,charleroi,une,2018, Mars,31

  • La météo de l'IRM du 31 mars 2018

    Pont-à-Celles,sudinfo,johnny,vandeplas,nouvelle,gazette,charleroi,irm,météo,prévision,forecast,2018,Mars,31

    Prévisions pour aujourd'hui et cette nuit

    Ce matin, il fera sec avec une alternance de champs nuageux et de périodes ensoleillées. En Ardenne, on observera du brouillard par endroits. Durant la journée, des nuages cumuliformes se développeront et donneront des averses. Ces averses pourront devenir intenses avec un risque d'orage Les maxima varieront entre 9 et 13 degrés, sous un vent faible à parfois modéré de sud virant au sud-ouest.

    Cette nuit, la tendance d'averses persistera. En Ardenne, un peu de neige fondante sera possible. Les minima oscilleront entre 1 degré en Hautes-Fagnes et 5 degrés à la mer, avec des valeurs proches de 3 ou 4 degrés dans le centre. Le vent sera d'abord faible de secteur sud-ouest et deviendra ensuite modéré d'ouest.

  • Bonne nouvelle : Althea et Athénaïs disparues à Mons ont été retrouvées

    Edition numérique des abonnés

    Bonne nouvelle: En milieu de matinée, nous avons appris qu’elles avaient été retrouvées.

  • Pont-à-Celles "chauffage radiant dans nos églises"

    Pont-à-Celles,sudinfo,johnny,vandeplas,nouvelle,gazette,charleroi,2018, Mars,30,église,chauffage

    Quatre édifices déjà équipés. Soit un investissement de 160.000 €

    La commune de Pont-à- Celles poursuit donc la rénovation énergétique des églises. Quatre d’entre elles - sur les six que compte l’entité – sont désormais équipées d’un nouveau chauffage radiant.

    La commune de Pont-à-Celles poursuit donc la rénovation énergétique des églises. Quatre d’entre elles - sur les six que compte l’entité – sont désormais équipées d’un nouveau chauffage radiant. En 2014, l’église de Buzet a été la première à en profiter. Le budget ici consacré s’élevait à 31.000 euros. «On s’est conformé aux recommandations de l’audit énergétique qui a scanné les bâtiments de la commune.

    L’ESTHÉTIQUE AUSSI

    L’église de Pont-à-Celles bénéficie également d’un nouveau chauffage radiant. Coût de l’opération : 59.900€. Mais pour ce prix, on a aussi soigné l’esthétique : on a en quelque sorte emballé les appareils. La réception des travaux a eu lieu voici quelques jours à peine. « Le dispositif précédent datait de 25 ans et il était très gourmand en termes d’énergie : l’église consomme plus de 8.200 m3 de gaz»

    Article complet de M-G.D dans la nouvelle Gazette de Charleroi du 30 mars 2018

  • Santé, rappel de Dossche Mills

    Rappel de Artipan Campus ou autre farine prête à l'emploi pour pain spécial multigrains "Campus" qui contient des feuilles d’orties.


    Problématique : présence de Salmonella dans la matière première, les feuilles d’orties.

    Dans le cadre de son autocontrôle, la présence de Salmonella a été décelée dans la matière première, les feuilles d’orties de Artipan Campus 25KG.

    La société Dossche Mills a donc décidé, en accord avec l’AFSCA, de retirer ce produit de la vente et de rappeler auprès des consommateurs le produit suivant.



    Description du produit

    - Farine prête à l'emploi pour pain spécial multigrains "Campus" avec feuilles d’orties
    - Artipan Campus
    - Dossche Mills
    - Date de péremption & numéro de lot:

    Numéro de lot

    Date de péremption

    1000578414

    07.03.2018

    1000580377

    14.03.2018

    1000580378

    16.03.2018

    1000582074

    20.03.2018

    1000583009

    23.03.2018

    1000584155

    28.03.2018

    1000589309

    14.04.2018

    1000590726

    20.04.2018

    1000593208

    01.05.2018

    1000594049

    03.05.2018

    1000595049

    08.05.2018

    1000596286

    12.05.2018

    1000598669

    22.05.2018

    1000600167

    26.05.2018

    1000600614

    30.05.2018

    1000602492

    06.06.2018

    1000603479

    08.06.2018

    - Période de vente : 29/08/2017 – aujourd’hui
    - Sac en papier de 25KG, le produit peut être vendu sous un autre emballage/ nom
    - Ingrédients :
    farine de BLÉ; farine de SEIGLE; graines de citrouille; graines de lin brunes; granulés de SOJA torréfiées; gluten de BLÉ; farine de malt de BLÉ torréfié; semoule de maïs extrudée; feuilles de ortie; farine de SEIGLE fermenté; émulsifiant: E472e, E322 (SOJA), E471, E482 (palme), E481; farine de malt d'ORGE torréfié; enzymes (BLÉ); farine de malt de BLÉ; agent de traitement de farine: E300; farine de malt de SEIGLE Etc. …


    Le produit a été distribué via les points de vente suivants :

    Détaillants de produits de boulangerie et jardineries.
    Le consommateur peut reconnaître le produit sur base de la liste des ingrédients et est invité à contacter son point de vente.


    Informations pour les consommateurs

    La société Dossche Mills demande à ses clients de ne pas consommer ce produit et de bien vouloir le ramener au point de vente.

    Les symptômes possibles d’une intoxication causée par la salmonelle sont les suivants : fièvre, crampes abdominales et diarrhée, et cela dans un délai de 12 à 48 h après la consommation de l’aliment contaminé. Le risque d’infection est plus élevé chez les personnes âgées, les enfants, les femmes enceintes et les personnes immunodéprimées.
    Les personnes qui ont consommé ces produits et qui présentent ce type de symptômes sont invitées à consulter sans délai leur médecin traitant en lui signalant cette consommation.

    Si vous l’avez déjà consommé et si vous présentez des signes de symptômes décrits ci-dessus, consultez votre médecin traitant en lui signalant cette consommation.

    Pour toute information complémentaire, vous pouvez prendre contact avec 0477 97 79 27.

    Dossche Mills
    Clemence Dosschestraat 1
    9800 Deinze
    09 381 44 44

    Source AFSCA

  • SNCB-NMBS attention aux amendes !

    AMENDES ADMINISTRATIVES : UNE NOUVELLE ARME ESSENTIELLE DANS LA LUTTE CONTRE LES COMPORTEMENTS DANGEREUX - 30/03/2018

    pont-à-celles,horaire,sncb,nmbs,décembre,2014

    Chaque jour, plus de 6h de retard sont enregistrées sur l’ensemble du réseau en raison d’individus qui se promènent le long des voies ou qui les traversent là où ce n’est pas autorisé. Infrabel se réjouit dès lors du vote intervenu la nuit dernière du projet de loi sur les sanctions administratives qui vise à lutter contre ces comportements.

    Depuis de longues années, Infrabel prend diverses mesures de lutte contre les comportements dangereux aux abords du domaine ferroviaire. Elles sont essentiellement axées sur la prévention : sensibilisation, pose de clôtures,… Mais, face à des chiffres en constante progression – une hausse des retards de 19% et une hausse du nombre de faits rapportés de 16% entre 2016 et 2017 – ces dispositions ne suffisent plus. Elles doivent être accompagnées de davantage de mesures répressives.

    C’est donc avec satisfaction que le gestionnaire du réseau ferroviaire accueille le vote, intervenu cette nuit à La Chambre, d’un projet de loi qui vise à renforcer les outils de lutte contre le « trespassing » et contre le sentiment d’impunité propre à ce type de comportement. Infrabel remercie le Gouvernement pour son initiative dans ce dossier.

    Concrètement, à l’avenir, certains membres du personnel d’Infrabel seront, aux côtés d’agents de la Police fédérale des chemins de fer et d’agents de la SNCB, autorisés à sanctionner ces comportements interdits et dangereux. Une telle évolution – doublée d’amendes très dissuasives (300€ portés à 500€ pour les récidivistes) – permettra de lutter, avec plus d’efficacité, contre un phénomène devenu, et de loin, la première cause de retards des trains dûs au tiers. Donc non imputables aux entreprises ferroviaires.

    Infrabel espère aussi que l’annonce de l’entrée en vigueur de ces sanctions administratives contribuera à une prise de conscience des auteurs qui sous-estiment gravement les risques. En 2017, 7 personnes ont payé de leur vie et 7 autres ont été blessées grièvement après s’être aventurées sur le domaine ferroviaire.

    Source: Infrabel