marco

  • Marco, ils ont bloqué l’ordinateur de ma fille de six ans !

    crime unit.JPGMarco n’en revient toujours pas.

    « Hier soir, ma fille Alicia, qui a six ans, jouait sur un site de jeux en ligne pour les enfants », raconte-t-il. « On n’était pas très loin d’elle. À un moment, elle m’appelle parce qu’un drôle de message vient d’apparaître sur son écran.

    Le PC était complètement bloqué. Je m’approche et je vois que c’est un message de la police fédérale, auquel je ne comprends rien. »

    « La police me disait que j’avais téléchargé des choses que je ne pouvais pas, consulté des sites pornographiques et même des sites de zoophilie ! Tout cela étant interdit par la loi, ils me demandaient de leur verser 100 euros par Paypal, ou via un système de cartes à acheter. Ils promettaient alors de me débloquer. »

    Mais Marco s’est méfié. Le lendemain matin, il appelle la police.

     

    « Et là on m’a tout de suite dit qu’ils n’y étaient pour rien et que je ne devais surtout rien payer ! J’avais été victime de hackers. Ils m’ont renvoyé vers un site internet ouvert par d’autres policiers, sur lequel j’allais pouvoir télécharger un logiciel qui me débloquerait. Et gratuitement… »

    Confrontée à un nombre important de cas de ce genre, la police met effectivement en ligne sur le site www.ecops.be un lien vers ce fameux logiciel, ainsi que de nombreux  autres conseils. Dans le cas de Marco, le programme n’a toutefois pas fonctionné. « Mais un de mes amis informaticiens a appliqué un autre conseil bien expliqué sur le site, qui consiste à redémarrer le PC en mode sans échec puis à le restaurer à une date antérieure à celle du téléchargement malveillant. »

    À la police fédérale, on confirme que la redirection des victimes de ce problème vers le site géré par la Computer Crime Unit fait partie de la marche à suivre.

     

    « Mais nous ne savons pas exactement combien de personnes le font au quotidien…»

    Le lien vers ecops.be ici