kouachi

  • A la une de votre Nouvelle Gazette du 10 janvier 2015

    pont-à-celles,une,nouvelle,gazette,charleroi

  • Les frères Kouachi, suspectés d'être à la base de l'attentat à Charlie Hebdo, traqués par la police française (vidéos et photos)

    pont-à-celles,une,nouvelle,gazette,charleroi

    Deux frères, dont un jihadiste connu des services antiterroristes, sont activement recherchés jeudi par la police. Un troisième homme a été placé en garde, tout comme sept autres personnes, proches des deux frères, comme l’a confirmé Manuel Valls. Les deux suspects ont été repérés à la mi-journée près de Villers-Cotterêts. Un déploiement du Raid et du GIGN est actuellement en cours dans cette zone, a-t-on appris de sources policières.

    Chérif Kouachi est un jihadiste bien connu des services antiterroristes français, condamné une première fois en 2008 pour avoir participé à une filière d’envoi de combattants en Irak.

    Les deux suspects ont été repérés à la mi-journée près de Villers-Cotterêts. Le Raid et le GIGN se déploient dans cette zone. Les unités d’élite de la police et de la gendarmerie nationales «sont positionnées pour vérification d’objectifs dans cette zone, où a été abandonnée la voiture utilisée par les deux suspects, identifiés par un témoin», a expliqué à l’AFP une source policière.

    Dans la voiture abandonnée, les enquêteurs ont retrouvé une dizaine de cocktails Molotov et deux drapeaux jihadistes dans la voiture abandonnée à Paris mercredi par les auteurs de l’attaque contre Charlie Hebdo qui a fait 12 morts, a-t-on appris jeudi de source proche du dossier.

    D’autres actions prévues ?

    «Cela démontre d’une part leur radicalisation islamiste, et qu’ils avaient peut-être prévu d’autres actions avec ces cocktails», a expliqué cette source. Lors de leur fuite, les assaillants ont abandonné leur véhicule, une Citroën C3, près du parc des Buttes-Chaumont dans le nord-est de Paris, après avoir percuté une automobiliste.

    Les deux hommes ont été repérés jeudi matin par le gérant d’une station-essence au sud de cette localité à quelque 80 km au nord-est de Paris et ce gérant, après avoir été victime d’un vol, selon la même source, a «formellement reconnu» les deux hommes, «cagoulés, avec kalachnikov et lance-roquettes apparentes».

    La suite ICI