knaepen

  • Vu dans la Nouvelle Gazette du mercredi 15 avril "INSPECTEUR KNAEPEN"

    pont-à-celles,une,nouvelle,gazette,charleroi,knaepen

    Le député MR enquête… sur les fleurs des cabinets

    Mais quelle mouche a donc piqué Philippe Knaepen, le député wallon MR de Pont-à- Celles ? L’homme vient de se mettre en tête d’enquêter sur… « les fleurs de circonstances » dans les cabinets ministériels, ces fleurs que les cabinets offrent à une collaboratrice ou un collaborateur pour une naissance, un mariage, un décès ou encore pour une personnalité mise à l’honneur. « Ne dit-on pas que l’exemple vient d’en-haut ? », tonne le député libé- ral. « Eh bien on va voir ce qu’on va voir ! Moi, dans ma commune, on m’oblige à consulter trois fournisseurs pour l’achat d’1 malheureux litre d’huile de 16 euros. Cela prend du temps, mais on s’y plie. Alors moi, je veux savoir quelle procédure est appliquée dans les cabinets pour l’achat des fleurs, quels sont les fournisseurs et combien ça coûte ! »

    PAUL FURLAN LE DIT AVEC DES FLEURS

    Tous les ministres (wallons et Communauté française) ont été interrogés avant les vacances et les réponses commencent à arriver. Paul Furlan (PS) est le plus gourmand (ou le plus généreux ?) avec des achats de fleurs pour 1.081 euros en 2014 et (déjà) 1.100 euros en 2015. Éliane Tillieux (PS) : 130 euros en 2014 et 150 euros en 2015. Maxime Prévot (cdH) : 0 euro en 2014 et 175 euros en 2015. Rachid Madrane (PS) : 0 euro en 2014 et 280 euros en 2015. André Flahaut (PS) : 412,50 euros en 2014 et 130 euros en 2015. René Collin (cdH) : 305 euros en 2014 et 547,50 en 2015. Rudy Demotte (PS) : 960 euros en 2014 et 550 euros en 2015. Isabelle Simonis (PS) : 147 euros en 2014 et 163 euros en 2015. Tous affirment respecter la loi sur les marchés publics du 15 juin 2006, article 26. Leurs fournisseurs sont apparemment bien répartis sur la Wallonie et Bruxelles. On attend toujours les réponses de Marcourt, Lacroix, Di Antonio, Milquet.

    « JE CONTRÔLE, TOUT SIMPLEMENT »

    Philippe Knaepen lèvera-t-il un lièvre ? « Je n’en sais rien, j’exerce mon travail de contrôle du gouvernement. Quand j’aurai additionné tous les montants, j’obtiendrai peut- être un total qui permettra de passer un appel d’offres général pour un marché stock, au nom de l’ensemble des cabinets, et avoir de meilleurs prix ». Enquête à suivre.

     F. DE H.

     

     

     

     

     

  • Travaux divers dans notre entité...

     

    travaux1.gifSuite aux questions posées par nos villageois sur les travaux en cours ci et là dans notre belle entité, j’ai reçu de la part de notre Échevin de travaux « Philippe Knaepen » quelques informations.

    La commune n’est informée des travaux que par des ordonnances de police. Dès lors, il est difficile d’obtenir de la part de tous les intervenants les informations nécessaires à la coordination. Même s’il y a des réunions de travail entre tous les acteurs, chacun à sa manière de travailler. Par exemple, la SWDE perce la voirie à une profondeur X qui n’est pas la même que Belgacom, de plus chacun avance (en longueur) à des vitesses différentes. Qui va payer pour le trou, qui va reboucher le trou, qui va faire le trottoir, qui le soir réalise les passerelles ? Si une des entreprises arrête sa progression pour un facteur X quid des travaux ..etc etc Voilà donc, une partie de réponse à vos interrogations…

    A la demande de l’échevin des travaux toutes les ordonnances de police (dates d’exécutions probables des travaux) qui ont une durée d’un mois minimum sont reprises sur le site de la commune. Pourquoi un mois, ceci afin de ne pas être polluer ou noyer sur le site par trop d’informations.

    Si d’aventure vous voyer des panneaux fleurir et que vous n’avez pas d’information, consulter le site « travaux » de la commune. S’il n’y a aucune donnée, c’est que les travaux auront une durée de moins d’un mois.

    Un courriel à l’échevin des travaux si vous avez besoin de plus de renseignement.

    Raccourcis vers le siteTravaux

     

    Johnny votre Blogueur

     

  • Pour rappel, une intervention de votre blogueur Sudpresse Pont-à-Celles

    Luttre, la construction du nouveau pont:

     un an de retard cite La Nouvelle Gazette

    pont luttre 3.JPG« On se moque de nous ! »

    Le pont de Luttre, qui enjambe sur 85 mètres le canal Charleroi/Bruxelles à hauteur du Carrefour Market, jouera les prolongations. La construction du nouvel ouvrage, appelé à lui succéder, débutera au plus tôt à la fin de l’année. Ce qui repoussera sa mise en service de près d’un an ! Un retard qui irrite les autorités pont-à-celloises…

    La procédure administrative serait en cause. Le permis d’urbanisme, attendu initialement pour août dernier, n’a finalement été délivré qu’à la mi-novembre. Le SPW avait alors déjà clôturé la liste des engagements pour 2013. Du coup, le chantier pour la construction du nouveau pont s’en trouve retardé. De six mois à un an, selon le degré d’optimisme Le marché sera en principe lancé d’ici un mois. Le SPW espère pouvoir entamer les grandes manoeuvres d’ici la fin de l’année. «

     Même si les choses ne seront pas visibles sur le terrain, on pourra, par exemple, déjà débuter en atelier l’ossature métallique du pont », précise-t-on du côté du SPW.

     

    La construction du nouveau pont devrait durer un an. En attendant, les automobilistes continueront donc à prendre leur mal en patience… Depuis 2011, le tonnage autorisé sur le pont fragilisé a été limité. La circulation y est régulée de manière alternative sur une bande centrale unique. Avec les embarras de circulation que cela suppose aux heures de pointe… «

    La population pont-à-celloise subit cette situation depuis trois ans déjà. La 40e gare du pays, et la deuxième de l’arrondissement de Charleroi, est impactée par la situation. Nous ne pouvons que regretter la légèreté avec laquelle ce dossier a été traité par la Région wallonne. Nous n’avons pas la maîtrise de la situation. Mais nous sommes en première ligne pour essuyer le mécontentement et l’impatience des automobilistes et riverains», tempête Philippe Knaepen, l’échevin MR en charge des travaux.

    TROP MALADE QUE POUR ÊTRE RÉPARÉ

    Le pont de la rue du Pont… Neuf est en souffrance depuis plusieurs années déjà. Sa rénovation était programmée au printemps 2011. Mais, le SPW n’avait pu que constater l’état de délabrement de l’ouvrage. Et finalement et après études, préférer la construction d’un nouvel ouvrage aux réparations de l’ancien. Ce dernier ne sera voué à la démolition qu’une fois le nouveau pont opérationnel. C’était là d’ailleurs une condition sine qua non posée par les autorités       pont-à-celloises. Comme son prédécesseur, le nouveau pont sera composé d’un squelette métallique qui supportera la dalle de béton. Il viendra se positionner juste à côté du pont actuel. M-G.D

    pont-à-celles,luttre,canal,pont,construction,philippe,knaepen,échevin,MR

     

    pont-à-celles,luttre,canal,pont,construction,philippe,knaepen,échevin,MR

    pont-à-celles,luttre,canal,pont,construction,philippe,knaepen,échevin,MR