juif

  • Pont-à-Celles - Maison de la Laïcité: Je dis « STOP » à la haine ! Comprendre les génocides du 20e siècle.

     

    pont-à-celles,une,nouvelle,gazette,charleroi,vandeplas,johnny,laïcité

    Pour prévenir le génocide et les conflits génocidaires, il est impératif d’en comprendre les causes profondes... Alors qu’un conflit ordinaire peut avoir des causes diverses, le conflit génocidaire a pour cause première l’identité. Le génocide, tout comme les atrocités qui y sont associées, risque en effet de survenir là où différents groupes nationaux, raciaux, ethniques ou religieux s’affrontent sur des questions identitaires… La Maison de la Laïcité de Pont-à-Celles vous propose trois expositions sur les grands génocides du 20e siècle durant le mois de novembre et début décembre 2015. Visite libre ou guidée, sur réservation ou du lundi au jeudi de 8h30 à 16h30.

    « Première exposition....Destins d’enfants juifs survivants sous la tourmente nazie »  du 03/11/2015 au 12/11/2015.

     

    « Le génocide tutsi au Rwanda » du 30/11/2015 au 10/11/2015.

     

    « Le génocide des Arméniens » du 16/11/2015 au 26/11/2015.

     

    Pour plus d’informations : 071/84.78.85 ou info@ml-pontacelles.be

  • Acte de barbarie: Trois morts dans une fusillade au Musée Juif de Bruxelles: une quatrième victime aurait perdu la vie à l'hôpital

    Toutes mes pensées vont pour les familles et amis des victimes, rien ne justifie un tel acte de barbarie !

    Rédaction en ligne

    La fusillade a eu lieu devant le Musée Juif, dans le quartier du Sablon, à Bruxelles. La plaque d’immatriculation d’un suspect aurait été notée. Joëlle Milquet affirme qu’il s’agirait probablement d’un attentat antisémite. Tout tend à confirmer cette théorie pour l’instant.

    AFP

    Trois personnes sont décédées, deux femmes et un homme. Une autre a été grièvement blessée lors d’une fusillade samedi, vers 15h50, au Sablon, à Bruxelles, indique le porte-parole des pompiers de Bruxelles Pierre Meys.

    La personne blessée, dans un état critique, est actuellement soignée à l’hôpital Saint-Pierre. Les faits se sont produits à l’intérieur du Musée Juif.

    Une plaque d’immatriculation aurait été notée par la police qui tient une piste solide. Selon Didier Reynders, un homme était en double file, dans une Audi, et s’est enfui. Un homme, arrivé en voiture, serait rentré dans le musée, situé rue des Minimes, avant d’ouvrir le feu puis de prendre la fuite. Des passants ont pu prendre note de la plaque d’immatriculation.

  • Journée de la mémoire de l'Holocauste et de la prévention des crimes contre l'humanité

     

    3 contributions
    Journée de la mémoire de l'Holocauste et de la prévention des crimes contre l'humanité

    "La France a retenu la date du 27 janvier, anniversaire de la libération du camp d'Auschwitz, pour cette journée de la mémoire.
    [...] Cette journée de la mémoire devra faire prendre conscience que le mal absolu existe et que le relativisme n’est pas compatible avec les valeurs de la République. En même temps, il faut montrer que l’horreur s’inscrit dans une histoire qu’il convient d’approcher avec méthode, sans dérive ni erreur. Ainsi appartient-il à notre institution de faire réfléchir les élèves à l’Europe du XXème siècle, avec ses guerres et ses tragédies, mais aussi à ses tentatives de synthèse autour des valeurs des droits de l’homme et à sa marche vers l’unité. Il est nécessaire de montrer aux jeunes que ces valeurs ne sont pas de simples mots. Leur respect dans tous les pays du monde est fondamental et nécessite de la part de chacun d’être attentif à ce qui menace ces valeurs et actif pour les défendre."
    B.O. n°46 du 11 décembre 2003 : www.education.gouv.fr

    Nous avons recueilli pour vous quelques extraits de textes qui nous ont paru particulièrement "éclairants" sur le sujet

    "Le bourreau tue toujours deux fois, la seconde fois par l'oubli" (Elie Wiesel)

    "(...) Nous célébrons la "Journée de la mémoire de l'holocauste et de la prévention des crimes contre l'humanité". Une mémoire qui repose sur les témoignages des acteurs et sur les travaux des historiens. Une mémoire d'autant plus vive, paradoxalement, que les survivants disparaissent, ayant à cœur, s'ils ne l'ont déjà fait, de transmettre aux générations nouvelles ce que, bien souvent, si longtemps, ils ont eu tant de peine à exprimer : "Il est dur pour la langue de prononcer de tels mots, pour l'esprit d'en comprendre le sens, de les écrire sur le papier" (Abraham Lewin). Une mémoire d'autant plus précise que les historiens -et notamment les alsaciens- accèdent à de nouvelles archives, affinent nos connaissances -par exemple sur le camp du Struthof- et s'efforcent d'expliquer ce qui semble parfois échapper à la raison.

    Prévention des crimes contre l'humanité en même temps que mémoire de la Shoah, cette journée a également pour but d'intégrer à ce travail de mémoire toutes les victimes des crimes contre l'humanité. Et d'abord, pour en revenir aux victimes de la terreur nazie, outre les communautés juives d'Europe, qui en forment la majeure partie, les populations tziganes ou encore les malades mentaux.

    Ce devoir de mémoire, et de prévention est plus actuel que jamais. Aujourd'hui comme hier, aujourd'hui comme demain, aucune forme de racisme et d'antisémitisme quelle qu'elle soit ne saurait être tolérée. Et pourtant des faits récents perpétrés contre la communauté juive de Strasbourg nous rappellent qu'il faut rester vigilants.

    Une vigilance qui souligne que l'enjeu de la commémoration de la libération du camp d'Auschwitz, camp de concentration et "centre de mise à mort" (Raul Hilberg), ne concerne pas que les bourreaux et leurs victimes juives. Elle est le lieu de mémoire commun d'une mémoire européenne qui ne cesse de se constituer et l'horizon d'une humanité fondée sur la justice, la paix et la tolérance.

    Un site à visiter : www.cercleshoah.org

    Source journée mondial