iptv

  • Non pas 500 chaînes, mais 3500 chaînes TV pour 5€/mois ? Méfiez-vous !

    IPTV: des offres tentantes mais illégales

    Pont-à-Celles,sudinfo,johnny,vandeplas,nouvelle,gazette,charleroi,2018,janvier,25,iptv

    Sur les réseaux sociaux, de nombreuses offres numériques appâtent le chaland: des centaines de chaînes télé pour parfois moins de 5 euros par mois. Difficile de résister ! Surtout quand on analyse le montant facturé par des opérateurs comme Voo ou Proximus. Mais ces derniers payent leurs fournisseurs… Ce qui n’est pas le cas des offres trop attractives! Explications.

    Difficile de s’y retrouver par rapport aux nombreuses offres qui foisonnent sur le net. Les réseaux sociaux débordent actuellement d’offres alléchantes sur les télévisions numériques. Ou plus précisément sur l’IPTV. Quatre lettres qui signifient Internet Protocol Television. Techniquement Proximus et VOO utilisent cette technique pour fournir à leurs clients des chaînes télé via internet. Mais d’autres, moins scrupuleux, surfent également sur la vague, de façon nettement moins légale toutefois. En quelques clics, ou en passant via certains petits magasins d’informatique, un utilisateur peut obtenir assez facilement le petit boîtier qui permet d’accéder à un panel de chaînes très vaste, qui comprend également les chaînes cryptées comme Canal+, le football ou les films en VOD.

    « Le fournisseur est un contrefacteur et, en tant qu’utilisateur, vous pourriez être poursuivi et devoir payer une amende »

    «Ces offres très mobiles qui proposent d’avoir accès à toutes les chaînes, que ce soit sur la télévision, le smartphone ou la tablette, à des prix dérisoires, ne sont pour la plupart, pas légales. Le souci, c’est la gestion des droits d’auteur. Ils n’ont pas l’accord des chaînes de télévision ou des sociétés de production de films pour retransmettre leurs contenus», explique Me Etienne Wery, avocat spécialisé dans les médias.

    PEU DE RÉPERCUSSIONS

    Ces plateformes peu scrupuleuses captent en fait des ré- seaux partout dans le monde et les balancent sur internet, mais sans payer de droits d’auteur, comme le font les opérateurs nationaux. « Quand on vous propose 500 chaînes pour 2 euros par mois, vous devez comprendre qu’il y a un souci. Le fournisseur est un contrefacteur et, en tant qu’utilisateur, vous pourriez être poursuivi et devoir payer une amende », ajoute encore l’avocat. Difficile malgré tout de faire cesser ces pratiques puisque les contrevenants sont hébergés sur des sites implantés en Lituanie ou en Russie. Même problème pour les utilisateurs qui se seraient laissés tenter. Dans les faits, les utilisateurs ne risquent que très peu de choses. En effet, lorsqu’une fraude est repérée par un opérateur officiel, il n’hésite pas à la dénoncer auprès de la police qui peut alors faire fermer le magasin contrevenant par exemple. Mais la justice n’a pas les moyens de poursuivre l’ensemble des fraudeurs qui ont bénéficié de ces offres trop belles pour être vraies.

    Article de FANNY JACQUES dans la Nouvelle Gazette du 25 janvier 2018

    L.B.F

    Note de votre blogueur: si proximus, voo etc, proposaient des services similaires à un prix moindre (un des, ou les plus chers d’Europe) , peut-être que ….