infraction

  • Info circulation en Wallonie: peut-on laisser tourner son moteur à l’arrêt?

    Blog,Pont-à-Celles,sudinfo,johnny,vandeplas,nouvelle,gazette,charleroi,2019,janvier,arrêt,moteur,infraction,tourner,

    Selon le journal le Soir, en Wallonie, laisser tourner son moteur à l’arrêt deviendra une infraction environnementale à partir du 1er mars 2019.

    À partir du 1er mars, laisser son moteur tourner à l’arrêt deviendra une infraction environnementale en Wallonie, rapporte la RTBF. Cette fâcheuse habitude est déjà interdite par le code de la route, mais sera désormais plus facilement punissable : en plus des policiers, les agents constatateurs pourront également verbaliser les conducteurs en infraction.

    Laisser tourner son moteur lorsque cela n’est pas nécessaire (en stationnement) pourra donc vous coûter une cinquantaine d’euros (130 selon d'autres médias) après un premier avertissement.

    Source: Le soir

  • A la une de la Nouvelle Gazette de Charleroi du 2 février 2017: Les trois infractions qu’on ne poursuit plus !

    pont-à-celles,sudinfo,vandeplas,johnny,une,charleroi,sudpresse,nouvelle,gazette

  • A Charleroi, vous pouvez rouler six mois sans carte rose: vous ne serez pas poursuivis

    La majorité des parquets du pays sont débordés. Résultat : on ne poursuit plus certaines infractions routières. À Charleroi, le chef de la section, accepte de nous livrer les catégories de faits qu’on classe désormais sans suite !

    Archive Photonews

    Le premier substitut du parquet de Charleroi, Christophe Horion, responsable de la section roulage, nous confirme avoir donné verbalement des instructions en ce sens, aux policiers de la ville. « C’est effectivement la politique criminelle d’application pour le moment, vu l’état actuel de nos effectifs. Nous avons effectivement demandé de ne plus verbaliser certaines infractions mais pas celles de nature à porter atteinte à la sécurité routière », affirme le premier substitut.

    « Cela vise toutes les infractions du premier degré, ainsi que certaines du second », précise le premier substitut. Et parmi les infractions pour lesquelles vous ne risquez donc actuellement plus d’être poursuivis à Charleroi, figure le stationnement avec deux roues sur un trottoir par exemple. Emprunter une voie réservée aux bus, de ne pas mettre ses clignotants lors d’une manœuvre, de stationner en double file, ou encore de squatter la bande du milieu sur autoroute n’entraînera pas de sanction. Les conducteurs qui ne sont pas en ordre de contrôle technique depuis moins de six mois n’ont également pas de souci à se faire, la police de Charleroi les invite désormais simplement à mettre en ordre, sans pour autant leur dresser un procès-verbal.

    La suite de cet article dans nos journaux de ce mercredi et sur support numérique

     

  • Coup de gueule du blogueur d'Estaimpuis: Les Belges déboursent plus qu’un étranger... pour la même infraction!

     

    police001.jpgLes infractions du 4e degré, parmi les plus graves du code de la route, ne sont pas sanctionnées de la même manière selon l’auteur. Les conducteurs belges sont automatiquement traduits devant le tribunal de police, avec une solide amende à la clé. Les automobilistes étrangers s’en tirent avec une perception immédiate, moins élevée. Touring a dénoncé cette disparité.

    La suite sur le blog d'estaimpuis un clic ICI

  • Nos infractions de roulage seront listées !

    Capturer.JPG

    La police travaille actuellement sur une base de données nationale regroupant toutes les infractions de roulage, a expliqué le commissaire divisionnaire Kristof De Pauw de la police fédérale de la route.

    La « Base de données nationale de la circulation » doit regrouper toutes les perceptions immédiates et tous les accords à l’amiable concernant les infractions routières.

    L’objectif est de permettre aux agents de consulter ces informations lorsqu’ils interpellent un contrevenant.

    « Si quelqu’un est aujourd’hui contrôlé positif et jure que c’est la première fois, les agents peuvent se montrer plus indulgents », explique le commissaire De Pauw.

    C’est aussi une manière de vérifier l’honnêteté du conducteur… « Avec la base de données, ils auront tout le ‘passé de conducteur’ du contrevenant, ce dont nous ne disposons pas directement aujourd’hui ».

    On ignore encore quand cette base de données sera opérationnelle