impayé

  • Vous avez des factures télécom impayées? Vous ne pourrez bientôt plus emprunter!

    Selon la Banque nationale, les impayés en télécom sont le premier signal qu’un particulier ne pourra pas, plus tard, honorer son crédit hypothécaire ou ses crédits à la consommation. Les personnes qui ne règlent pas leurs factures de téléphonie, internet ou télévision numérique ont un risque dix fois plus élevé de problèmes d’endettement ultérieurs.

    C’est pour cette raison que le CD&V souhaite inscrire les dettes télécom à la Centrale des crédits aux particuliers de sorte que ces consommateurs ne soient plus éligibles à un prêt à la banque.

    «Le problème est qu’on n’a actuellement pas d’aperçu des dettes télécom», selon le député Leen Dierick. «Ces informations sur les retards de paiement persistants des factures télécom peuvent jouer comme révélateur de risque de crédit des particuliers

    Du côté de la plateforme Journée sans crédit, qui regroupe 31 associations de protection des consommateurs et de lutte contre le surendettement, il s’agit toutefois là d’une «très mauvaise idée». La plateforme met en garde contre les «risques d’enregistrements injustifiés et erronés» et souligne que le «fichier central des avis de saisies» reprend déjà toutes les dettes non contestées.

    Pour prévenir efficacement le surendettement, la plateforme Journée sans crédit suggère plutôt d’analyser de manière personnalisée et approfondie la solvabilité du consommateur, à l’occasion de chaque demande de crédit.

    Pour Test-Achats également, la proposition du CD&V ne va pas dans la bonne direction. L’association de défense des droits des consommateurs évoque «une ingérence» dans la vie privée de l’emprunteur et un grand risque que la menace d’enregistrement à la Centrale des crédits aux particuliers «mette une pression injustifiée sur le consommateur».

    «Élargir la Centrale des crédits aux particuliers à d’autres dettes que celles de crédit serait la porte ouverte à une surveillance dans d’autres domaines. Pourquoi ne pas enregistrer les dettes d’eau, gaz, électricité, soins de santé, de loyers, etc. pour lesquelles on sait que les retards de paiement peuvent être fréquents ?», demande Test-Achats, pour qui prévenir le surendettement suppose entre autres une étude approfondie de la capacité budgétaire du candidat emprunteur par le prêteur. La consultation de la Centrale des crédits aux particuliers n’est pas suffisante, conclut Test-Achats, tout en estimant que «trop de crédits sont accordés à la légère» en Belgique.

    source : sudpresse