horeca

  • Info consommation, avertissement de Makro

    Produit : sauce chasseur de la marque Horeca Select (720 g)  .
    Allergène non mentionné sur l'étiquette: gluten, du lait et des sulfites et des traces de crustacés, œufs, poisson, soja, céleri et mollusques. .

    Le 31 décembre 2018, Wommelgem – MAKRO Cash & Carry demande à ses clients d’être particulièrement attentifs à l’étiquette de la sauce chasseur de la marque Horeca Select (720 g)  à cause d’une étiquette erronée  sur le dos du produit.

    Pendant un contrôle il a été constaté qu’une étiquette erronée (étiquette pour du bouillon de poisson au lieu de la sauce chasseur) a été imprimée sur quelques emballages de la sauce chasseur de la marque Horeca Select (720 g).  Par conséquent, les allergènes ne sont pas correctement mentionnés sur l’emballage. Il s’agit exclusivement des emballages portant le numéro de lot 0204418 et la date limite de consommation du 13/02/2020.

    La sauce chasseur contient du gluten, du lait et des sulfites et peut contenir des traces de crustacés, œufs, poisson, soja, céleri et mollusques. MAKRO Cash & Carry Belgium demande à ses clients allergiques à ces allergènes et qui ont acheté la sauce chasseur avec l’étiquette ‘bouillon de poisson’ de la rapporter dans un magasin MAKRO. Le remboursement de chaque article concerné est garanti.

    Entre-temps, MAKRO a déjà retiré des rayons tous les produits concernés. Les clients professionnels de MAKRO et METRO seront aussi informés personnellement.

    Pour toute information complémentaire, les clients peuvent prendre contact avec le service client de MAKRO Cash & Carry Belgium via le 078 150 330.
    Description du produit

    - Catégorie de produit : sauces
    - Nom du produit : Sauce chasseur 720 g
    - Marque : Horeca Select
    - Numéro de lot : 0204418
    - Date limite de consommation (DLC) :  13/02/2020
    - Période de vente : à partir du 19/02/18
    - Conditionnement, poids : brique, 720 g

     Contact de presse MAKRO

    Marthe Mennes                              03 328 90 08                      communications@makro.be

    SSource>Afsca

  • Les « Rest-O-Packs », ou comment emporter à la maison les restes de son repas au restaurant !

    Résultat de recherche d'images pour "doggy bag sudinfo"

    Nous veillons de plus en plus à limiter les gaspillages alimentaires. Ainsi, les exploitants horeca donnent à leurs clients l’opportunité d'emporter à la maison ce qu’ils n’ont pas consommé sur place. L’AFSCA soutient cette initiative et est convaincue qu’une diminution du gaspillage alimentaire profite à chacun, mais il est important que la sécurité alimentaire reste garantie…

    Quels sont les risques en terme de sécurité alimentaire?
    Les repas servis dans les restaurants sont normalement préparés pour une consommation immédiate sur place et ne sont pas censés être conservés et/ou réchauffés par la suite.

    Les restes alimentaires de restaurant que le consommateur reprend chez lui sous forme de « doggy bags », désormais aussi connus sous le nom de « Rest-O-Packs », peuvent exposer le consommateur à un certain dangers microbiologiques conduisant à des intoxications alimentaires. Les 2 principales causes sont, d'une part, une température de conservation trop élevée, ce qui favorise le développement de bactéries et, d'autre part, une contamination croisée entre des denrées alimentaires crues et cuites.

    Il est dès lors important de placer les restes alimentaires au réfrigérateur le plus vite possible et de les réchauffer suffisamment avant consommation.

    La garantie des températures correctes des repas dans un établissement horeca relève de la responsabilité de l’exploitant. Toutefois, si le consommateur choisit d’emporter les restes alimentaires de son repas, il devient lui-même responsable de la bonne gestion de ces restes.

    L'emballage doit convenir pour un usage alimentaire
    La boîte ou l’emballage dans lequel les restes de restaurant sont emballés doit bien entendu convenir à un usage alimentaire. Tous les matériaux d’emballage ne sont pas adaptés pour la conservation de toutes les sortes de denrées alimentaires. Le risque est lié à la migration d'éléments chimiques de l'emballage vers l'aliment. Les aliments gras peuvent "attaquer" certains conditionnements en plastique et les aliments acides peuvent "attaquer" certains conditionnements en aluminium.
    Le choix de l’emballage ne dépend pas uniquement du type de repas servi, mais également de l’utilisation qu’en fait le consommateur par la suite. Ainsi, par exemple, tous les emballages ne peuvent pas être utilisés pour réchauffer des aliments aux micro-ondes.

    Le consommateur peut emporter ses restes dans une boîte ou un emballage qu'il apporte lui-même. Le restaurateur doit alors veiller à ce que ces emballages n’occasionnent pas de contamination en les gardant dans la cuisine du restaurant.

    Quelles informations les restaurateurs doivent-ils fournir au consommateur?
    L’exploitant horeca doit fournir des informations correctes au consommateur quant à la conservation, au réchauffement et à la durée de conservation des restes alimentaires de restaurant.
    Voici quelques conseils:
    - Placez les restes alimentaires de restaurant au réfrigérateur dès que possible (max. 7°C) et au plus tard dans les 2 heures.
    - Réchauffez les suffisamment (au moins à 60°C) avant consommation.
    - Ne conservez les restes alimentaires de restaurant que 24 à 48 heures au maximum, selon le type de produit.
    - Ne congelez pas ces restes.
    - Utilisez le récipient correct: convient-il pour l'aliment? Peut-il être utilisé dans un four à micro-ondes?

    En tant qu’opérateur, communiquez toujours au client les informations quant à l’utilisation du « Rest-O-Pack » si vous le fournissez vous-même. Vous pouvez les communiquer sous la forme d’un dépliant joint au « Rest-O-Pack » ou en indiquant les informations sur la boîte proprement dite.

    Si le consommateur se charge lui-même de l’emballage, la responsabilité lui incombe.

    Un consommateur averti en vaut deux !

    Le respect des températures correctes des repas consommés dans un établissement horeca relève de la responsabilité de l’exploitant. Toutefois, si le consommateur emporte les restes de son repas, il devient lui-même responsable de la bonne gestion de ces restes.

     

    Source AFSCA

  • A la une de la Nouvelle Gazette de Charleroi du 12 octobre 2016

    pont-à-celles,sudinfo,vandeplas,johnny,une,charleroi,sudpresse,nouvelle,gazette