handicapé

  • A la une de la Nouvelle Gazette de Charleroi du 22 décembre 2016: Vol crapuleux dans une ASBL

    pont-à-celles,sudinfo,vandeplas,johnny,une,charleroi,sudpresse,nouvelle,gazette

  • A la une de la Nouvelle Gazette du 8 juillet 2016

    pont-à-celles,sudinfo,vandeplas,johnny,une

  • Thiméon: Un home sans autorisation, treize résidents handicapés adultes dans des conditions de vie difficiles

     

    pont-à-celles,une,nouvelle,gazette,charleroi,vandeplas,johnny,thiméon,home,handicapépont-à-celles,une,nouvelle,gazette,charleroi,vandeplas,johnny,thiméon,home,handicapé

    Le parquet de Charleroi est descendu ce mardi dans un home pour handicapés mentaux adultes à Thiméon. Treize résidents y vivent dans des conditions de sécurité et de salubrité difficiles à admettre... Le problème, c’est que l’établissement fonctionne sans agrément! Mais aussi que, s’il est contraint à fermer ses portes, il faudra trouver à reloger ces treize pensionnaires fragilisés.

    C’est une dénonciation qui a conduit les autorités judiciaires dans cette maison de maître de la rue Vandervelde à Thiméon (Pont-à-Celles). La maison est vétuste, elle mériterait bien plus qu’un ravalement de façade. Certains châssis ont connu un siècle meilleur et laissent passer le vent frisquet de l’automne. Le mobilier, de bric et de broc, est en piteux état... Pourtant, treize personnes particulièrement fragiles vivent ici depuis des années, dans cette « maison de vie commune », gérée par l’ASBL « Le Pentagone », des handicapés adultes.

    SEULS ET SANS FAMILLE

    La plupart d’entre eux sont sans famille, sous administration provisoire, autant dire sans défense ou presque. Sans doute ne se rendent-ils même pas vraiment compte de leurs conditions de vie. Pourtant, entre les problèmes d’hygiène, l’électricité défectueuse, les murs lézardés et l’absence d’agrément officiel, on ne peut pas dire qu’ils sont particulièrement gâtés par l’existence!

    SANS AUTORISATION!

    Aussi étonnant que cela puisse sembler, cette « maison de vie commune » fonctionne sans autorisation officielle de l’AWIPH. Une autorisation que la directrice de l’établissement s’était pourtant engagée à demander, au début de l’affaire, en mars ou avril 2015, mais qu’elle n’a finalement jamais sollicitée. Peut- être parce qu’il y a peu de chances de l’obtenir sans effectuer de gros investissements coû- teux?

    Alors, à ce stade, que peut-il se passer? Sans agrément, l’AWIPH n’a pas le contrôle sur l’établissement. Le parquet de Charleroi n’est pas compétent en fonction du code de l’action sociale. Seules les autorités communales pourraient décider de fermer l’établissement si les pompiers rendent un rapport de sécurité négatif. Un rapport qui leur a donc été demandé. Reste que si le Pentagone ferme, 13 handicapés devront être séparés, dispersés et relogés!

    DÉJÀ EN 2011

    Le home s’appelait alors « Le Relais »

    En 2011, des membres du personnel avaient donné l’alerte et introduit une action auprès du tribunal du travail. À l’époque, ils dénonçaient déjà à la fois leurs conditions de travail et les conditions sanitaires dans lesquelles vivaient leurs pensionnaires, ainsi que le fait que le home fonctionnait -déjà à l’époque- sans agrément de l’AWIPH, l’Agence wallonne pour l’intégration de la personne handicapée.

    Pas d’agrément, donc pas de subsides, mais aussi pas de contrôle… 

    À l’époque déjà, des poursuites judiciaires avaient été diligentées contre l’ASBL « Le Relais » en raison de ce dé- faut d’agrément. À l’époque déjà, la présidente et le substitut avaient jugé utile de descendre sur place pour se rendre compte par eux-mêmes. Malheureusement, au moment de prononcer le jugement, l’ASBL avait été dissoute et les poursuites rendues inopérantes de ce fait.

    Aujourd’hui, il semble bien que cette ASBL a été relancée avec, en partie, les mêmes membres du conseil d’administration et les mêmes lacunes administratives et sanitaires… De nouvelles poursuites semblent se profiler ! 

    AN.D.

  • Thiméon: Un home sans autorisation

    Capture.PNG

    Le parquet de Charleroi est descendu ce mardi dans un home pour handicapés mentaux adultes à Thiméon. Treize résidents y vivent dans des conditions de sécurité et de salubrité difficiles à admettre... Le problème, c’est que l’établissement fonctionne sans agrément! Mais aussi que, s’il est contraint à fermer ses portes, il faudra trouver à reloger ces treize pensionnaires fragilisés.

    La suite dans la Nouvelle Gazette de ce jour (29/10/15)

  • A la une de votre Nouvelle Gazette de Charleroi : 06 novembre 2014

    Capturer.JPG