fusil

  • Viesville: Une femme de 88 ans agressée

    Résultat de recherche d'images pour "vieille femme agressée sudinfo"

    photo prétexte

    Trois individus ont pénétré dans l’habitation d’une octogénaire de Viesville (entité de Pont-à-Celles) dans la nuit de mardi à mercredi. Les auteurs, encagoulés et gantés, ont malmené la victime avant de prendre la fuite avec deux armes.

    Les faits se sont produits vers 02h00, dans la rue Sainte-Famille à Viesville, a indiqué mercredi le parquet de Charleroi. Les trois malfrats sont parvenus à entrer par effraction dans la maison de cette dame de 88 ans et l’ont surprise dans son sommeil. L’un des auteurs n’a pas hésité à lui maintenir la tête en réclamant de l’argent. La préjudiciée a répondu qu’elle n’en avait pas mais les trois individus ont fouillé l’habitation et ils ont pu mettre la main sur une carabine Smith et Wesson, calibre 12, et sur une deuxième arme. Ils ont pris la fuite avec ce maigre butin

    Avertie des faits, la police locale de la zone Brunau (Fleurus-Pont-à-Celles-Les Bons Villers) a ouvert une enquête.

    Article de la Nouvelle Gazette du 10 août 2017

  • À identifier [Personnes inconnues] Affaire résolue ....

     

    Publié le 15/11/2014 à la requête du Juge d'Instruction Panou de Bruxelles


    Personne à identifier sur l'avenue Louise à Bruxelles

    Faits:

    Le dimanche 24 août 2014 vers 10:20 heures, un homme portant sous le bras un objet pouvant être une arme (type fusil de chasse), dissimulé sous un vêtement, se trouvait à la hauteur du 507 de l’avenue Louise à Bruxelles.

    Après avoir observé les habitations de ladite avenue, l’homme s’est rendu à l’arrêt de tram situé non loin où il est resté une dizaine de minutes.

    L’homme a finalement quitté les lieux à pied dans une direction ignorée. 

    photos
     
     

    assim1.PNG

     
     

     

    Son « fusil » n’était qu’une batte de cricket

     

    « Je ne suis pas un terroriste », assure Assim

     

    Sa photo est dans tous les médias depuis samedi dernier, parce que les autorités judiciaires le soupçonnaient de se balader en plein Bruxelles armé d’un fusil. Il n’en était finalement rien, l’objet sous le bras d’Assim Abassi se révélant n’être qu’une… batte de cricket. Après avoir été plaider sa cause auprès de la police, place à la colère : « J’ai été insulté et humilié », grimace le Pakistanais de 22 ans, qui veut laver son honneur. « Je ne suis pas un terroriste. »

     

    Comme quoi, qu'il ne faut pas voir le mal partout !