fondation

  • « Vis mon village ! » : la Fondation Roi Baudouin soutient 25 nouveaux projets d’habitants qui s’engagent pour leur lieu de vie rural et notamment un projet "Pont-à-Cellois"

    pont-à-celles,une,nouvelle,gazette,charleroi,vandeplas,johnny

    Ce 4 août, la Fondation Roi Baudouin annonce les résultats de son cinquième appel à projets « Vis mon village ! ». Un jury indépendant a sélectionné 25 projets à travers toute la Wallonie qui se partagent 103.469 €.

    Cette ‘cuvée’ 2016 voit notamment apparaître des projets novateurs en terme de partenariat (chasseurs, agriculteurs, naturalistes et villageois ensemble à Verlaine) et de méthode (implication des enfants dans l’aménagement d’un espace de loisirs à Dinant-Dréhance) ou originaux en terme d’outils (webradio à Bastogne ou pot commun mobile à Antoing-Maubray).

    En lançant cet appel, la Fondation a voulu soutenir des projets qui visent à améliorer la qualité de vie dans les villages, hameaux et quartiers ruraux et à favoriser les contacts entre habitants.

    Félicitons à Christine Stradiot et l'équipe de Pont-à-Celles en transition, leurs idées ont convaincu le jury...

    pont-à-celles,sudinfo,vandeplas,johnny

    Potager, Jardin, Candé, France

    Photo pixabay

  • Enfin d'une bonne nouvelle Les enfants atteints d'un cancer pourraient bénéficier de plus de médicaments

    Belga

    Pour 25% des enfants et des adolescents qui souffrent d’un cancer et n’en guérissent pas, trop peu de nouveaux médicaments sortent des laboratoires pour leur offrir un espoir. Les sociétés pharmaceutiques esquivent en effet l’obligation de tester de nouveaux médicaments également sur les enfants, écrit mercredi De Morgen.

    Le journal publie des chiffres de l’European Consortium for Innovative Therapies for Children with Cancer dont il ressort que depuis 2007, 28 nouveaux médicaments contre le cancer pour les adultes ont été commercialisés. Sur ces 28 médicaments, 26 pourraient très bien fonctionner sur les enfants. Mais dans 14 cas, les labos ont réussi à échapper à l’obligation de tester le nouveau médicament également sur les enfants.

    Les oncologues pédiatriques belges, tout comme le consortium européen des oncologues pédiatriques, exigent que la législation européenne soit modifiée afin que les firmes pharmaceutiques testent leurs nouvelles molécules autant que possible aussi sur les enfants. «En théorie, les entreprises qui testent de nouveaux médicaments doivent aussi prévoir un volet enfants avant que le médicament puisse être approuvé», explique Anne Uyttebroeck, présidente de la Belgian Society for Paediatric Haematology Oncology. «Mais comme la réglementation prévoit des exceptions et comme les tests auprès des enfants sont plus difficiles et plus onéreux, de nombreuses entreprises mettent tout en oeuvre pour y échapper.»

    L’Agence fédérale des médicaments souligne dans De Morgen qu’il ne s’agit seulement que de «certaines» firmes qui esquivent les tests sur les enfants. «Nous sommes toutefois d’accord que la législation doit être affinée. Une révision est prévue pour 2016.»