fille

  • A la une de la Nouvelle Gazette de Charleroi du 10 septembre 2016: Caterpillar, une gigantesque manifestation prévue à Charleroi le 16/09 - Delphine Boël À CŒUR OUVERT

    pont-à-celles,sudinfo,sudpresse,une,nouvelle,gazette,vandeplas,johnny,charleroi

  • Nouvelle mode pour les filles sur Facebook : Le « underboob selfie »

    tendance facebook.jpg

    C’est la nouvelle mode chez les demoiselles sur Twitter et Instagram : dévoiler un bout de leur poitrine grâce au « underboob selfie ». Soit un selfie pris d’en bas, avec le t-shirt légèrement relevé pour dévoiler le bas des seins. Mais cette pratique fait polémique

    Car l’underboob selfie devient un véritable phénomène en Thaïlande, où les jeunes filles ne cessent de prendre ces photos très sexy devant leur miroir. Des milliers de photos circulent chaque jour sur Twitter et Instagram, dévoilant quelque peu la poitrine de ces jeunes filles.

    Et selon le gouvernement thaïlandais, ces photos ne sont pas tolérables car elles relèvent « un caractère obscène et vulgaire ». Du coup, le ministre thaïlandais de la culture a proposé un amendement à une loi sur la lutte contre les images obscènes sur Internet, votée en 2007 : désormais, tout « underboob selfie » pourrait mener à une peine de cinq ans de prison au maximum… La sanction semble quelque peu exagérée vu le caractère « inoffensif » de ce type de photo mais en Thaïlande, on ne rigole pas avec « l’obscénité ».

     

  • A la requête du Procureur du Roi de Flandre Occidentale - Bruges et en collaboration avec Child Focus.: Disparition

    Disparu [Mineurs]

    Publié le 31/01/2015


    Kiany VAN DE WALLE

    Faits:

    Le matin du vendredi 30 janvier 2015, Kiany VAN DE WALLE, une jeune fille âgée de 16 ans a quitté son domicile situé à ICHTEGEM pour prendre le bus afin de rejoindre son l’école située à Bruges. Elle n’y est jamais arrivée et depuis, elle ne s’est plus manifestée.

    Kiany mesure 1m67 et est de corpulence forte. Elle a les yeux gris-bleu et de longs cheveux châtain clair. 

    Au moment de sa disparition, elle portait un jean foncé, une veste à capuche gris et orange de la marque SUPERDRY, des chaussures de sport ADIDAS grise et rose et un sac à dos gris clair avec des taches gris foncé.

    Témoignages:

    Si vous avez vu Kiany VAN DE WALLE ou si vous savez où Kiany VAN DE WALLE réside, veuillez prendre contact avec les enquêteurs de la Police Fédérale via le numéro de téléphone gratuit:

    0800/30.300

    ou avec Child Focus via le numéro 116 000.

    ou réagissez online

  • People décès : Thierry Redler (Les filles d'à côté) est mort: il laisse 5 enfants derrière lui

    Le comédien Thierry Redler, Marc dans Les filles d'à côté (AB1), est décédé. C'est en tout cas ce qu’a annoncé son fils, Romain Redler, sur sa page Facebook samedi soir.

     

    Plus d'informations: ICI

     
  • Société: Révoltant, une petite fille de 3 ans interdite de restaurant car "elle fait peur aux autres clients"

     

    fille defiguéurée.jpg

    Dans quel monde vivons nous ? Y a t'il un critère de beauté pour accéder dans les lieux publics ?

    Victoria, à peine trois ans, a été littéralement mise à la porte d’un restaurant KFC à Jackson, dans le Massachusetts. La raison : « elle fait peur aux autres clients ». Ses parents ont décidé de ne pas se laisser faire.

    Pour la suite ICI

    Et vous qu'en pensez-vous ?

  • UN ÉVÉNEMENT ORIGINAL À WÉPION...

    Capturer.JPGElodie une vrai pro de la chasse aux "sex-toys" 3.000 filles sont attendues !

    Ce dimanche, des milliers de femmes viendront avec leur bêche pour déterrer l’objet qui pimentera leur couple, dans le cadre d’une grande chasse aux sex-toys lancée à l’occasion de Pâques à Wépion. Élodie, une Namuroise ne raterait cet événement sous aucun prétexte.

    « L’an passé, j’ai déjà eu un petit vibro », explique-t-elle.

    La suite sur la Nouvelle Gazette papier ou version numérique...

  • Une élève de 4ème secondaire d'une école de Mons se retrouve nue en photo sur Facebook

    Rédaction en ligne

    Un nouveau scandale lié aux dérives du net et de Facebook vient d’éclater dans une école secondaire de Mons. Une des élèves a fait une photo d’elle dénudée, destinée à son petit copain. Le cliché s’est retrouvé dans les mains d’un autre garçon. La photo a finalement circulé sur les GSM et les réseaux sociaux… La famille de la jeune victime et du garçon fautif se sont rencontrées.

    
Une fois la photo sur Facebook, elle est perdue, à la vue de tous.

    S’amuser entre copines et faire des photos pour rigoler, jusque-là, rien d’anormal ou de dangereux. Malheureusement, l’une des jeunes filles a fini en sous-vêtements avec des poses suggestives. Son petit ami était le destinataire de l’envoi. Des mois et des mois plus tard, la photo s’est mise à circuler entre les écoliers et s’est même retrouvée sur le net… Cette malheureuse aventure vient d’arriver à une jeune fille scolarisée dans une école secondaire de Mons. C’était la semaine passée.

    Si ladite photo ne devait pas être publique, elle s’est malgré tout retrouvée sur la toile, exposée au jugement de tous. Le GSM du destinataire était relié à un espace de stockage virtuel accessible à d’autres écoliers. « La photo a circulé rapidement, explique un élève. On la voyait en sous-vêtements… Apparemment, c’est suite à une dispute entre amis que cela a dégénéré… ». D’après nos informations, la jeune fille en question est aujourd’hui extrêmement marquée, tout comme ses proches. Ses parents ont accepté de rencontrer les parents de l’élève fautif, des parents tout aussi effondrés… Tous ont choisi de régler le problème en interne.

    Ce n’est malheureusement pas la première fois que des élèves montois se retrouvent jetés en pâture sur les réseaux sociaux. La limite est difficilement fixée dans l’esprit des jeunes.

    Les écoles prennent parfois le parti d’intervenir et de sanctionner. D’autres laissent le problème se régler à la maison (cf. texte ci-joint). Les établissements qui veulent contrer ce phénomène peuvent par exemple collaborer avec la police boraine. « Nous travaillons avec les directeurs qui le souhaitent, explique Didier Moulin, chef du service jeunesse. C’est par leur intermédiaire que le message continue de passer, car il nous est impossible de passer dans chaque classe. Les jeunes sont souvent inconscients du danger de la toile ».

    a.d.

     

  • Fexhe-le-Haut-Clocher: Émilie, 27 ans, tuée et emballée dans des sacs

    fexhe,le haut clocher,liège,pont-a-celles,meurtre,fille

    Arnaud Bisschop

    La section homicide de la police judiciaire fédérale de Liège enquête sur un homicide pour le moins particulier. Une jeune Liégeoise de 27 a été retrouvée morte sur le trottoir. Blessée à la gorge, elle avait la tête et les pieds dissimulés dans des sacs-poubelles de la ville de Liège. Visiblement, son corps sans vie a été déposé, rue de la Gare.

    Branle-bas de combat, samedi, peu après 8h30, rue de la Gare, à Fexhe-le-Haut-Clocher, où le corps ensanglanté d’une jeune Liégeoise de 27 ans a été découvert. C’est un automobiliste qui a effectué la macabre découverte. Il a immédiatement prévenu les secours. Un premier sac-poubelle jaune de la ville de Liège recouvrait la tête de la victime. Un second sac, identique au premier, lui emballait les pieds.

    «J’ai levé le volet de la maison vers 8 h 30 et j’ai vu un corps par terre avec un voisin tout près», expliquait, samedi matin, Christian. «J’ai cru qu’il s’agissait d’une blague avec un mannequin par terre. Je suis allé voir mais c’était bien le corps sans vie d’une jeune femme.»

    Selon nos informations, Émilie, 27 ans, de Liège, n’a pas été tuée à Voroux-Goreux. Elle a été déposée sur le trottoir, emballée dans des sacs-poubelles de la ville de Liège.

    Les premiers éléments révélaient que la jeune femme avait deux entailles causées par un objet tranchant à la face latérale gauche de la gorge ainsi qu’une à la hanche et une dans le dos. Elle avait aussi le bas du visage maculé de sang, une fracture de la mâchoire et son cou affichait des traces de strangulation.

    Retrouvez toutes les informations dans le 7Dimanche votre journal gratuit.

  • Horrible: une fille de 9 ans meurt dans les bras de son père

    décès,fille,horrible,père,pont-a-cellesRédaction en ligne

    Le récit de cette histoire est terrible: une petite fille de 9 ans est décédée dans les bras de son père... après avoir été renvoyée par l'hôpital, qui n'avait pas jugé utile de la garder en observation.

    C'était le 25 décembre 2012. Rihanna Rawding, 9 ans, ne se sent pas bien. Elle souffre d'une infection urinaire (elle a perdu 40% de son rein lors d'une précédente opération). Ses parents l’emmènent à l'hôpital. Mais le médecin qui observe la jeune fille décide de ne pas la garder en observation.

    Et la renvoie chez elle. 6 heures après, elle décède dans les bras de son papa.

    Ce mercredi, le papa s'est confié au DailyMail, et a raconté ce terrible récit. Il confie: "Cet hôpital est responsable de la mort de notre fille. Les médecins devaient réagir et la garder. Ils l'ont laissée tomber. Je sais que c'est hôpital est en sous-effectif, et que les médecins doivent travailler dans l'urgence. Mais cela n'explique pas tout. Et surtout, ça ne peut justifier la mort de ma fille".