dupont

  • Élection communale 2018, est-ce vraiment un scoop ?

    Christian Dupont sera candidat.

    Le bourgmestre socialiste repart au combat, sans préciser le rôle qu’il veut tenir à l’avenir !

    Pont-à-Celles,sudinfo,johnny,vandeplas,nouvelle,gazette,charleroi,2018, avril,28,élection,communale,2018,dupont

    À Pont-à-Celles, le jeu s’annonce serré au soir du 14 octobre. Pour l’heure, PS et MR, les partenaires de la majorité, « gèlent » la scène. Trop occupés à s’observer, ils gardent leurs cartes bien en mains. Les têtes de liste ne seront pas annoncées avant le mois de juin !

    Cette année, le PS pont-à-cellois faillira à la tradition : il ne lèvera pas le voile sur sa liste et son programme pour le 1er mai. Après avoir tergiversé durant des mois, Christian Dupont, bourgmestre depuis 1989, vient tout juste d’annoncer qu’il serait candidat. Ceux qui aspiraient à lui succéder ont donc mis leurs ambitions en sourdine. Pour le moment en tout cas, car Christian Dupont fait durer le suspense en se gardant bien de préciser quelle sera sa position dans le peloton socialiste. En tête, en queue ou dans le ventre mou ? Tout est envisageable... dans l’absolu ! Mais rares sont ceux en tout cas qui le voient dans un rôle poussif ou passif.

    Du sang neuf sera injecté dans la future équipe. Une génération, celle des Christian Messe, Jacques Dumongh et autre Nicole Goisse se retire pour faire place à de nouveaux candidats. Le PS lance également un appel aux candidats d’ouverture...

    SANS PRÉCIPITATION

    Du côté du MR, on prend également tout son temps pour se mettre en ordre de bataille. Lors du précédent scrutin, les réformateurs avaient terminé à une encablure à peine du PS et Philippe Knaepen avait même scoré en termes de voix de préférence. L’échevin est depuis devenu député régional. Mais il garde la main sur l’équipe en place. Trop fermement parfois ? Les relations avec Luc Van Compernole, qui lui a succédé à la commune, se seraient tendues ces derniers mois.

    L’échevin des travaux a pris goût à la fonction. Et il se verrait bien rempiler après les élections. Mais pour l’heure, il ignore encore le rôle qui lui sera réservé. « Je fais mon travail correctement, je m’y suis pleinement investi et j’aimerais être reconnu pour ce que je fais ».

    L'article complet de M-G.D dans la Nouvelle Gazette du vendredi 27 avril 2018

     

     

  • Viesville info décès

    Pont-à-Celles,sudinfo,johnny,vandeplas,nouvelle,gazette,charleroi,2018, avril,6,décès

    En mon nom, au nom du Blog Pont-à-Celles infos, je présente nos sincères condoléances à la famille.

    Nom : DUPONT
    Prénom : Eva
    Etat civil : Veuve de Gustave CUYPERS
    Lieu de domicile : Viesville
    Lieu de naissance : Courcelles
    Date de naissance : 25/07/1928
    Lieu de décès : Viesville
    Date de décès : 06/04/2018
    Cérémonial
    Date des funérailles : Mardi 10/04/2018
    Lieu de réunion : Eglise
       
    Heure de l'office : 9hH30
    Eglise :
    Eglise paroissiale de Viesville
    Rue du Vieux Château
    6230 - Viesville
       
    Cimetière :
    Cimetière de Viesville
    Rue Sainte Famille
    6230
    Visites
    Centre Funéraire Denuit
    Rue de Liberchies, 110
    6238 Luttre
         
    Samedi 07 avril 2018 de 17:00 à 19:00
    Lundi 09 avril 2018 de 17:00 à 19:00

    Cliquez ici, pour utiliser ce lien afin de  laisser vos marques de sympathie à la famille, merci.

    Source DENUIT

     

  • OMNISPORTS – PONT-À-CELLES

    Christian Dupont : « Priorité aux jeunes »

    pont-à-celles,une,nouvelle,gazette,charleroi,vandeplas,johnny,dupont,christian

    Ministre des Sports de 2003 à 2004, le bourgmestre de Pont-à-Celles est aussi échevin des Sports de sa commune depuis le début de la nouvelle législature. Il dresse un bilan plus que positif d’une commune très active avec des jeunes sportifs pleins d’avenir.

    Dire que Pont-à-Celles n’est pas une commune sportive consisterait très certainement à travestir la vérité car c’est bien tout le contraire. Et avec un bourgmestre comme Christian Dupont qui est très attaché au sport depuis toujours, ce n’est que du bonus pour une commune qui ne lésine pas sur les moyens et les aides apportées aux clubs et surtout à leurs membres

    PRÈS DE 9.000 € À PAC BUZET Le club de foot local a ainsi reçu un peu moins de 9.000 € tandis que le club de basket de la JS Luttre a reçu un peu plus de 3.000€: « Ce ne sont pas moins de 15.000 € qui ont été inscrits dans le budget pour nos clubs. C’est une autre manière de les aider en plus de tout ce que nous essayons de mettre en place au niveau des infrastructures mises à leur disposition. Je fais en sorte d’être à leur écoute et on fait le maximum avec notre budget en essayant d’éviter de faire des déçus. Ce n’est pas toujours évident à faire comprendre mais globalement, le message passe bien. Je ne suis pas un échevin de buvettes mais je fais en sorte de les recevoir, de les écouter et de faire tout mon possible pour répondre à leurs demandes éventuelles. »

    Les articles complet de JEAN-FRANÇOIS SERVAIS dans la Nouvelle Gazette du 20 janvier 2016

    Le Trophée des communes sportives

    pont-à-celles,une,nouvelle,gazette,charleroi,vandeplas,johnny,dupont,christian

    18 participations : 10 médailles d’or, 4 en argent

    Si le Trophée des communes sportives a été organisé à dix-neuf reprises depuis sa création, la commune de Pont-à-Celles n’a raté que la première édition. Depuis, l’équipe mise en place avec le concours de Régis Philippe porte à chaque fois avec fierté les couleurs de sa commune et en termes de résultats, Pont-à-Celles peut se targuer d’un solide palmarès comme Christian Dupont s’attache à le rappeler tout sourire: « Seize podiums en dix-huit participations mais surtout dix médailles d’or, quatre médailles d’argent, deux de bronze et deux sixièmes places... Peu de communes peuvent en dire autant! »

     

     

  • Pont-à-Celles poursuit son élan « Nos projets sont en marche », assure le bourgmestre Dupont + les avis de l'opposition ...

    Les majorités communales, issues des élections de 2012, sont à mi-parcours. L’occasion de baliser le chemin accompli.   Pont-à-Celles se prête aujourd’hui à l’exercice. La commune est dirigée par une majorité PS/MR – respectivement 10 élus et 9 élus –, conduite par le socialiste Christian Dupont. Trois élus cdH et trois mandataires Ecolo siègent sur le banc de l’opposition.
     
    « Nous avançons bien… » : voilà pour le tempo, donné par le bourgmestre Christian Dupont, à la tête de la majorité PS/MR (qui barre en duo depuis 2000).
    Deux dossiers, qui concernent des bâtiments classés, sont aujourd’hui sur le point d’aboutir. Celui du Prieuré d’abord. Ce bâtiment du XVIII, qui voisine avec la maison communale, accueillera la bibliothèque. Il sera d’ailleurs bientôt en chantier. C’est bien sûr « LE » dossier culturel de la législature. Le second dossier remis sur orbite concerne l’ancienne école maternelle de Thiméon. Une nouvelle vie lui est promise : elle se reconvertira en maison de village et accueillera les associations.
     
    Le plan communal d’ investissements est, lui aussi, sur rail. Il repose principalement sur trois piliers : le lifting en profondeur de la rue du Cimetière, à Pont-à-Celles, la rénovation de la rue Saint-Pierre à Liberchies, qui ceinture la place, haut-lieu de festivité (Carnaval, Django…) et, enfin, l’Arsenal. De nouveaux logements sociaux y prendront leurs quartiers. Pont-à-Celles s’est vu attribuer 5 millions d’euros pour dépolluer le site. Enfin, la commune entend bien jouer le rôle de partenaire, de « facilitateur », dans un projet de valorisation d’immeuble porté par l’atelier Pont-à-cellois, APAC. Il est ici question de logements.
     
    Sur le plan financier, Pont-à-Celles, comme beaucoup de communes, voit sa marge de manœuvre se réduire. « La situation est d’autant plus préoccupante pour nous que nous ne disposons pas de grands moyens, au chapitre recettes », regrette le bourgmestre. En 2015, la commune a dû faire face à une « contraction » inattendue de l’IPP, imprimée par le fédéral. Alors que les prévisions tablaient sur 5,2 millions d’euros, la commune a dû se contenter de 4,1 millions. Et 2016 risque, elle aussi, de réserver de mauvaises surprises.
     
    En matière de personnel, Pont-à-Celles mise sur la formation. « Nous avons un plan qui permettra à nos agents d’acquérir des compétences supplémentaires. Par ailleurs, nous respectons le plan de nomination que nous nous sommes assigné : une dizaine de personnes seront confirmées au cours de cette législature », déclare le bourgmestre.
     
    Les Pont-à-Cellois ont vécu une petite révolution environnementale, avec l’adoption des poubelles à puce. « Le bilan écologique est excellent : nous sommes passés de 185kg/habitant/an à 115 kg/habitant/an. Et le bilan financier l’est tout autant pour le citoyen puisque nous avons réduit la taxe communale sur la gestion des déchets. Elle s’élève maintenant à 170 euros/ménage de 4 personnes, contre 190 euros auparavant », se réjouit Christian Dupont.
     
    Sur le front social celui-là, la majorité PS/MR avait annoncé qu’elle augmenterait les places en matière d’ accueil de la petite enfance. Ce sera fait à l’horizon 2017 avec la création de la future crèche qui voisinera avec l’école.
     
    EN 2 MOTS ENCORE…
     
    La commune planche aussi sur la révision de son schéma de structure.
    Une version plus actuelle et moins rigide est attendue pour le printemps.
     
    Pont-à-celles fait cause commune avec Seneffe pour mettre en valeur ses atouts touristiques.
     
    VU DEPUIS LE BANC DE L’OPPOSITION  
  • Idée sortie à partir de juin 2015: Visite de la brasserie DUPONT

    photo7.jpg

    Acces au site de la brasserie ICI

  • Thiméon : Rencontre citoyenne de ce 16 octobre 2014

     

    thiméon1.jpg

     

     

    Le collègue communal était représenté par ;

     

     

     

    Christian DUPONT

    Ingrid Kairet-Colignon

    Carl LUKALU

    Luc VANCOMPERNOLLE

    Florian DE BLAERE

    Pascal Tavier

     

    Présent aussi, le commissariat de Pont-à-Celles représenté par M Ivan Luytens - Chef de service

     

     

     

    Ouverture de la rencontre aux alentours de 17h45, M Dupont Bourgmestre de Pont-à-Celles, souhaite la bienvenue à tous.

     

     

     

    Rapidement celui-ci passe la parole aux citoyens pour un premier tour de table, les sujets divers fusent et entre autres ;

     

    - La chaussée de Fleurus, dépôts clandestins ainsi que le mauvais état   des bas cotés.

    - Quels sont les objectifs pour Thiméon ?

    - Une maison de village pour Thiméon ?

    - Presque plus de place au cimetière de Thiméon.

    - Retrait de quelques panneaux antibruit, le long de l’autoroute.

    - Abattage d’arbres le long de l’autoroute avec les déchets restés sur     place .

    - Bassin d’orage laissé à l’abandon.

    - Poubelles à puce.

    - Incivilités dans l’entité, voiture garée sur les trottoirs (débat houleux   à ce sujet), cannettes abandonnées, etc..

    - Durée des travaux au pont de Luttre .

    - Nouveau lotissement, pourquoi ne pas imposer le chauffage au gaz et   non au mazout (proximité d’une station de pompage d’eau).

    - Carrefour dangereux au croisement des rues Sainte-Anne et de             Ronquière à Luttre.

    - Ligne SNCB de Luttre vers Charleroi Airport

    - Radars préventifs.

     

     

    L’assemblée avait l’air satisfaite des réponses données par nos élus politiques.

     

    Fin de la réunion vers 21H30

     

     

    thimeon2.jpg

     

    thimeon3.jpg

     

     

  • PLP çà bouge (article de la N.G en fin de page)

    Au mois de mars le Bourgmestre CH Dupont me répondait favorablement à un contact pour établir un PLP à Pont-à-Celles (lire le texte ci-dessous). Depuis lors plus de nouvelle…

    Je vais donc relancer l’appel à notre idée de création d’un PLP !

     

    Souvenez-vous, l’article sur les PLP "Partenariat Local de Prévention" à soulever beaucoup de questions et surtout des envies de créer vous aussi de tel groupe . J’ai donc contacté notre Bourgmestre C.Dupont pour créer une ou des entités PLP dans notre commune.

     

    Celui-ci a répondu favorablement à une discussion, entre tous les acteurs. Une réunion se tiendra sous peu ou tous les citoyens seront conviés..Restons attentifs !

     

    Pour rappel:

    Rien n'échappe aux comités de surveillance: cambriolages, couples illégitimes, démarcheurs douteux... les PLP veillent sur tout!

    F.D.H.

    La Belgique compte à ce jour 634 PLP (Partenariat Local de Prévention) reconnus par le SPF Intérieur, ces réseaux associant citoyens et police locale pour la surveillance d’un quartier. Créés pour lutter contre les vols dans les maisons, les PLP permettent bien plus que cela. Reportage près de Ciney, où un tel réseau existe depuis 10 ans déjà.

    Si vous avez dans votre quartier un coordinateur comme André Dessy, vous pouvez dormir sur vos deux oreilles. De sa maison, juchée sur les hauteurs de Braibant, près de Ciney, cet instituteur retraité, jumelles autour du cou, voit tout et note tout. «J’ai toujours mon calepin sur moi», sourit-il en nous montrant les pages noircies de numéros de plaques, modèles de voitures, dates, lieux... «Je me promène souvent et quand je vois quelque chose de suspect, je note. Ou quand les gens m’appellent, je note aussi.» Dans son village de 650 âmes, tout le monde a son numéro de GSM. Et bien souvent, on l’appelle lui, avant d’appeler le 101. «Parce que je fais un peu le tri entre ce qui est suspect et ce qui ne l’est pas

    En septembre dernier, il a été alerté par un membre du PLP qui venait d’apercevoir deux voleurs sortant d’une maison par une fenêtre. «Ce fut le branle-bas de combat», explique André Dessy. «On a téléphoné à la police qui est arrivée avec six combis et une quinzaine de riverains sont descendus dans la rue. On a quadrillé le village mais ils ont réussi à fuir

    LE REVERS DE LA MÉDAILLE

    Cela dit, à force de tout surveiller, les villageois s’épient les uns les autres. «

    L’autre jour, on m’a téléphoné pour me dire que ma femme d’ouvrage était partie un quart d’heure plus tôt ! », s’offusque une villageoise dans une autre PLP du Namurois...

    Les vols en chute libre à Bousval !

    Les premiers réseaux d’informations de quartier sont apparus en Flandre. C’est ensuite le Brabant wallon et ses beaux quartiers résidentiels qui ont ouvert la marche pour la Wallonie. À Bousval par exemple (commune de Genappe), trois structures existent déjà et un 4e PLP est en cours de constitution.

    Si l’on prend le PLP du « Pont Spilet », un quartier de 131 maisons où 93 voisins veillent, les vols et tentatives sont en chute libre.

    « Nous avons créé notre réseau en 2004 », explique Marianne Lepersonne. « À cette époque, nous avions compté 40 faits de vol. En 2006, on est descendu à 29, puis 6 en 2010 et 2 en 2012 ! Les chiffres montrent une corrélation évidente entre le nombre d’appels au 101 et le nombre de vols.

    J’espère seulement que les voleurs ne se déplacent pas… C’est pourquoi nous poussons tous les quartiers à s’organiser comme nous. » Au Pont Spilet, les démousseurs de toit et les vendeurs de cartes postales ont définitivement abandonné le quartier

    F. DE H.

    Capturer.JPG

    Un clic sur l'image pour l'agrandir

  • Pont-à-Celles, 25 ans de mayorat

    Capturer.JPGEt toujours bien assis dans la fonction ...

    bourgmestre de Pont-à-Celles fête 25 ans de mayorat. Il avait prêté serment le 2 janvier 1989.

    Coup d’oeil rétrospectif sur unelongue et riche carrière politique menée de front au niveau local, mais aussi régional et fédéral…

    Conseiller provincial, député wallon et communautaire, ministre de la Communauté française, ministre fédéral : le socialiste a expérimenté tous les niveaux de pouvoir

    La suite sur votre Nouvelle Gazette papier

  • Le premier ministre DI RUP0 à Pont-à-Celles, pour une conférence-débat

    1.jpg

     

     

    Obaix ce 14 janvier aux environs de 19h15, lors de son entrée le Premier fût acclamer et reçu par Christian Dupont, bourgmestre de Pont-à-Celles.

    Après la bienvenue du bourgmestre à M. DI Rupo, celui-ci souhaite répondre à une dizaine de questions posées par l’assistance.

    Jeunes et moins jeunes ont posés les questions suivantes, et le premier y a répondu au cours de son exposé ;

    - Que comptez-vous faire, pour que la population arrête de se plaindre (jeune) ?

    - Le projet de la gare de Gosselies aéroport, inutilité du projet, destruction du paysage de   Luttre, et le budget de cette gare serait mieux utilisé par la SNCB pour son réseau en général,

    - Enseignement, la formation des jeunes, et la qualité de l’instruction,

    - Pourquoi distribuer de l’argent à l’étranger (ou aux étrangers), pourquoi ne pas donner plutôt de l’outillage à l’Afrique?

    - Qu’est-ce que la réforme de l’état apporte à la population ?

    - Crise bancaire, pourquoi c’est la population qui doit payer ?

    - L’avenir de demain va à reculons, pertes des acquis sociaux, il faut travailler plus (prendre sa pension plus tard) et lorsque vous cherchez un emploi à 50 ans, vous entendre dire « vous êtes trop vieux » ! Incohérence du système,

    - Sur les routes et autoroutes, avoir une synergie pour les travaux, et ne pas avoir deux (ou plus) gros chantiers en même temps sur le même axe, retard important vers la capitale

    - Monsieur Di Rupo, comment avez-vous fait pour apprendre le Néerlandais aussi vite ? (jeune)

     

    Après les questions et lors de son exposé, le Premier s’est exposé sur des sujets divers et tout particulièrement ;

    - la difficulté de créer son gouvernement (541 jours),

    - le nombre de partis intervenants dans ce gouvernement et la difficulté de mettre tous ces partis en accord,

    - les chiffres de la population (Flandre, Bruxelles et Wallonie),

    - la réforme institutionnelle, chômage et chômage par région linguistique d’où la vision et les priorités des partis, sont différentes par région, a savoir en Flandre 5%, Wallonie 10% et Bruxelles 20% de demandeurs d’emploi,

    - La dette des autorités publiques, elle à diminuer jusqu’en 2007, et est reparties à la hausse, et c’est un souci majeur,

    - Qu’il n’y a pas de réponses structurelles de l’Europe vis-à-vis des banques, la réponse de celle-ci n’est pas appropriée,

    - Grâce à sa politique, la Belgique traverse mieux la crise que d’autre pays,

    - La mobilité est un enjeu majeur et les axes vers Bruxelles sont surchargés,

    - Le rail doit jouer un rôle primordial dans la mobilité,

    - Il se félicite sur le maintient des allocations diverses, pension, salaire, pas d’augmentation de la TVA et surtout le maintient de l’index (qui est fort critiqué),

    - Diminution du prix de l’électricité et du gaz,

    - Diminution du prix de 2.500 médicaments,

    - Qu’il faut continuer à combattre les injustices sociales et fiscales, déplacer la fiscalité du travail vers les revenus du capital et fiscalité environnementale,

    - Concurrence déloyale entre les travailleurs et le dumping social,

    - Il conseille aux jeunes de s’orienter vers les métiers porteurs, tels que le numérique, l’environnement, les Techniques et scientifiques.

     

    A la fin de sa conférence, le premier Minsitre Elio Dirupo s’est prêté gentiment à une séance photo avec les Pont-à-Cellois et Pont-à-Celloises.

     

    VDP Johnny

    2.jpg

    Le bourgmester Christian Dupont

    3.jpg

    5.jpg

    4.jpg

    6.jpg

    pont-à-celles,obaix,di rupo,elio,conférence,débat,politique,enseignement,sncb,nmbs,travaux,christian,dupont

    pont-à-celles,obaix,di rupo,elio,conférence,débat,politique,enseignement,sncb,nmbs,travaux,christian,dupont

    pont-à-celles,obaix,di rupo,elio,conférence,débat,politique,enseignement,sncb,nmbs,travaux,christian,dupont

    pont-à-celles,obaix,di rupo,elio,conférence,débat,politique,enseignement,sncb,nmbs,travaux,christian,dupont

     

     

     

  • Pont-à-Celles, un budget difficile mais en boni !

    maison communale PAC.JPG

    Pont-à-Celles a bouclé son budget 2014 avec un léger boni de 91.450 euros à l’exercice propre. Il atteint 1,196 million si l’on prend en compte le résultat général. Christian Dupont, le bourgmestre socialiste, le concède sans détour : la tâche a été ardue. «

    C’est un budget difficile, serré, mais responsable. 2014 s’annonce comme une année difficile. On parviendra à maintenir le cap en la gérant avec rigueur et en restant très attentif à nos dépenses».

     

    ZOOM SUR LES CHIFFRES

     

    Au service ordinaire, les recettes sont estimées à 18.365.000 euros. Elles fléchiront donc de 633.000 euros par rapport à 2013. La dotation du Fonds des communes, les additionnels liés à l’IPP et les recettes liées aux taxes sur les immondices et la distribution d’écrits publicitaires sont pourtant à la hausse. Mais, le tout ne parvient pas à équilibrer d’autres recettes à la baisse. C’est le cas notamment des dividendes des intercommunales de gaz et d’électricité, en net recul depuis deux ans déjà. Passons aux dépenses. Sans surprise, celles liées au personnel sont en augmentation : +3,4 %. Elles pèsent désormais 6,444 millions d’euros, soit 38,4% des dépenses totales.

    À la hausse aussi les dépenses liées à la dette. Elles représentent 15,23 %, soit une petite augmentation de 0,3 %. À la baisse, cette fois, les dépenses de fonctionnement. Elles affichent – 4% et représentent désormais 2,182 millions d’euros, soit 13 % des dépenses totales. Enfin, les dépenses de transfert – 5,6 millions d’euros- accusent, elles aussi, un léger tassement : – 0,6%.

    DES INVESTISSEMENTS QUAND MÊME

    Au chapitre extraordinaire, Pont-à-Celles s’en tiendra à l’essentiel.

    On pointera notamment l’entretien des routes (250.000 euros), le renouvellement de la toiture de l’ancienne aile de la maison communale (100.000 euros), des travaux de rénovation et de mise en sécurité des écoles (100.000 euros), l’égouttage et la réfection de la rue du Cimetière(450.000 euros), l’amélioration des infrastructures de sport et de jeux (300.000 euros) ou encore la poursuite du plan logement (175.000 euros). «

    Au total, nous investirons quand même plus de 1,4 million d’euros», précise Christian Dupont.

    Le budget a été voté majorité contre opposition.

    M-G.D.