droit

  • Maison de la Laïcité de Pont-à-celles : samedi, ouverture du lancement de la quinzaine « Regards de femmes »

    Pont-à-Celles,sudinfo,johnny,vandeplas,nouvelle,gazette,charleroi,2018, mars,2,maison,laïcité,quinzaine,regard,femme,droit

    La maison de la Laïcité de Pont-à-celles en collaboration avec Vie Féminine et le centre Culturel de pont-à-celles vous proposent « leur quinzaine » dédiée à la condition des femmes.

    Samedi 3 mars, ouverture dès 13H00, et diffusion de la pièce de théâtre « Et c’est comment la Belgique ? »

    Pont-à-Celles,sudinfo,johnny,vandeplas,nouvelle,gazette,charleroi,2018, mars,2,maison,laïcité,quinzaine,regard,femme,droit

  • Pont-à-Celles - Maison de la Laïcité: À l’occasion de la journée de la femme « film – L’homme qui répare les femmes »

    Parce qu’il faut continuer à se battre pour le droit des femmes, mais aussi raconter l’histoire de ceux qui se battent et risquent leur vie pour protéger les femmes et leurs droits !

    pont-à-celles,sudinfo,vandeplas,johnny,laïcité,homme,répare,réparait,femme,congo,droit,femme,

    Cette année la Maison de la Laïcité de Pont-à-Celles, a décidé de mettre à l’honneur un homme qui risque sa vie pour sauver et réparer les femmes victimes de violences abominables en République du Congo et au Nord Kivu avec la projection du film « L’homme qui répare les femmes : la colère d’Hippocrate » de Thierry Michel.

    Quand ? Mercredi 08/03/2017

    Accueil à partir de 19h00

    Projection à 19h15.

    Entrée gratuite.

    Enfant admis

    SYNOPSIS ET DÉTAILS

    Prix Sakharov 2014, le Docteur Mukwege est internationalement connu comme l’homme qui répare ces milliers de femmes violées durant 20 ans de conflits à l’Est de la République Démocratique du Congo, un pays parmi les plus pauvres de la planète, mais au sous-sol extrêmement riche. Sa lutte incessante pour mettre fin à ces atrocités et dénoncer l’impunité dont jouissent les coupables, dérange. Fin 2012, le Docteur est l’objet d'une nouvelle tentative d’assassinat, à laquelle il échappe miraculeusement. Menacé de mort, ce médecin au destin exceptionnel vit dorénavant cloîtré dans son hôpital de Bukavu, sous la protection des Casques bleus des Nations unies. Mais il n’est plus seul à lutter. A ses côtés, ces femmes auxquelles il a rendu leur intégrité physique et leur dignité, devenues grâce à lui de véritables activistes de la paix, assoiffées de justice.
    Source: allociné
  • Maison de la Laïcité de Pont-à-Celles: Suite de la conférence d’Andrée Poquet sur « Le droit du patient »

     

    pont-à-celles,sudinfo,vandeplas,johnny

    pont-à-celles,sudinfo,vandeplas,johnny

     

    Fiches éditée par Ministère de la santé en ce qui concerne le droit du patient.

    Accès au site, droit du patient....un clic ICI

  • Ce vendredi 20 novembre: Journée Internationale des droits de l'enfant

    Journée Internationale des droits de l'enfant

    "Rien n’est plus important que de bâtir un monde dans lequel tous nos enfants auront la possibilité de réaliser pleinement leur potentiel et de grandir en bonne santé, dans la paix et dans la dignité."

    Kofi A. Annan, secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies

     

    C'est en 1995 que le Parlement français a décidé de faire du 20 novembre la 'Journée Mondiale de défense et de promotion des droits de l'enfant'. Cette journée internationale est un moment privilégié pour se rendre compte des nombreuses injustices perpétrées contre les enfants dans le monde. Elle tente aussi de faire valoir la convention internationale des droits de l'enfant de 1989.

     

    Une convention et des droits

    La Convention Internationale des Droits de l'Enfant est un texte de 54 articles, adoptée par les Nations Unies le 20 novembre 1989. Elle affirme qu'un enfant n'est pas seulement un être fragile qu'il faut protéger mais que c'est une personne qui a le droit d'être éduqué, soigné, protégé, quel que soit l'endroit du monde où il est né. Et aussi qu'il a le droit de s'amuser, d'apprendre et de s'exprimer. Elle a été ratifiée par 191 pays sur 193. Seuls la Somalie et les États Unis ont refusé de s'engager.

     

    Ce texte est très important, mais pas suffisant : il reste beaucoup à faire pour faire des droits des enfants une réalité. Les droits ne sont réels que dans la mesure où ils sont mis en pratique, pour les enfants comme pour tous. Promouvoir les droits des enfants, c'est tout d'abord créer les conditions sociales, économiques et culturelles afin que tous puissent y accéder. C'est à ce prix que les droits de l'enfant seront véritablement respectés.

     

    L'UNESCO a toujours accordé une place significative à l'enfant au sein de ses programmes et de ses activités, qui visent notamment au développement optimal de la personnalité dès la petite enfance, au progrès social, moral, culturel et économique de la communauté, à l'appréciation des identités et valeurs culturelles, et à la sensibilisation au respect des droits et des libertés fondamentales.

     

    La situation en France et dans le monde

    La promotion et le respect des Droits de l'Enfant ne doit pas rester un simple idéal, mais doit devenir une réalité au quotidien, que soient enfin reconnus les droits essentiels de l'enfant : droit à la protection, droit à la santé, droit au développement harmonieux, droit à la culture, droit à l'éducation.

     

    Enfant en France :

     

    Un million d'enfants pauvres

    19.000 enfants maltraités

    76.000 sont en danger dans un contexte familial dégradé et qui menace leur développement éducatif et/ou matériel

    quelque 240.000 enfants placés ou pris en charge

    85 000 sont touchés par le saturnisme

    record des suicides des 15-24 ans.

    150 000 filles et garçons quittent chaque année le système scolaire sans aucune perspective

    15 000 ne suivent pas leurs cours alors qu'ils sont inscrits au collège ou au lycée et qu'ils n'ont pas encore 16 ans.

    15 % des enfants qui arrivent au collège ne comprennent pas ce qu'ils lisent

    Même si la France traite globalement bien ses 15 millions de moins de 18 ans, elle "peut mieux faire", résumait récemment le Conseil français des associations pour les droits de l'enfant (Cofrade).

     

    Le 14 décembre, l'Unicef sortira son rapport annuel intitulé "Enfants exclus, enfants invisibles", sur les enfants qui ne sont pas enregistrés à l'Etat civil ou les enfants de la rue. Fin 2004, le même rapport indiquait que plus d'un milliard d'enfants sur Terre, soit plus de la moitié au monde, "souffrent de privations extrêmes liées à la pauvreté, à la guerre et au sida.

     

    En 2005, un enfant meurt encore toutes les 3 secondes. Sans parler des millions d’enfants privés d’éducation, de soins, de nourriture, d’eau potable…

    Parmi les nombreuses œuvres qui agissent pour que soit reconnue la dignité des pauvres et des enfants du monde entier, l'UNICEF est surement l'une des plus connues, c'est pourquoi nous vous conseillons de découvrir, ou de redécouvrir, l'oeuvre de l'UNICEF.

     

     

    Un site à visiter : www.droitsenfant.org

    Source: journeemondiale

  • Journée internationale pour les droits des animaux

     

    Journée internationale pour les droits des animaux

    La journée internationale des droits des animaux est célébrée le 10 décembre de chaque année.

    Elle consiste à manifester en silence sur des lieux où des animaux ont été maltraités, torturés, tués, comme par exemple dans certains laboratoires de recherche.

    Une date intentionnelle...

    Le 10 décembre est également la date de célébration des Droits de l'Homme. Elle n'a bien entendu pas été choisie au hasard. Elle entend dénoncer "l'hypocrisie" qui consiste à ne pas reconnaître les droits fondamentaux des animaux : droit à la vie, à la liberté et à l’épanouissement naturel.

    Cette journée vise également à instaurer un débat public à propos de la manière dont les animaux sont traités, et parvenir à une reconnaissance internationale de leurs droits fondamentaux à ne pas être exploités.

    Et si l'animal pouvait sauver des vies humaines ?

    Il serait trop simple de n'exposer que le point de vue d'une seule partie. Lorsque l'animal de laboratoire permet par exemple de tester l'efficacité d'un médicament, faut-il toujours se scandaliser ? La recherche médicale utilise, certes, des animaux dans ses laboratoires mais ses expériences sur des animaux vivants permettent de sauver de nombreuses vies humaines. Il y a au minimum une réflexion à mener !

    Le débat reste ouvert...

    Un site à visiter : www.international-campaigns.org

     

  • Journée mondiale des écrivains en prison

    Journée mondiale des écrivains en prison

    Cette journée est organisée depuis 1981 afin d’attirer l’attention mondiale sur des écrivains et des journalistes dont le travail leur attire des représailles.

    Il n'y a pas si longtemps, le 10 novembre 1995 très exactement, l'écrivain nigérian Ken SaroWiwa a été pendu pour avoir défendu les droits de son ethnie minoritaire dans une région d'agriculture et de pêche spoliée et dévastée par l'exploitation pétrolière. Ses convictions l'avaient amené à plaider jusque devant la Commission des Droits de l'Homme.

    Ecrivain en danger

    Le 15 novembre a lieu la Journée pour les Écrivains en prison, organisée par une dizaine de milliers de membres du P.E.N. International. Pour mémoire, fondée en 1921, l'association mondiale de poètes, de romanciers et de journalistes s’engage à défendre la libre circulation des idées entre toutes les nations, à promouvoir une littérature sans frontières et à s’opposer à toute restriction de la liberté d’expression. Au siège du P.E.N. International à Londres, le Comité des Ecrivains emprisonnés a recensé 775 cas de femmes et d'hommes de lettres persécutés et réprimés pour délit d'opinion pendant le premier semestre de l'an 2003. Nombre d'entre eux ont été arrêtés, torturés, emprisonnés ou contraints à l'exil. 22 personnes ont été tuées ou assassinées, 13 portées disparues. Le Comité a établi une liste non exhaustive des Etats à haut risque: Algérie, Bangladesh, Chine, Cuba, Iran, Birmanie, Syrie, Turquie, Vietnam...

    Aussi, cette Journée pour les Ecrivains en prison, s'est-elle manifestée sous le signe de solidarité et de soutien envers tous les écrivains victimes de l'intolérance et de la dictature, sans oublier leurs familles harcelées, intimidées ou menacées.

    Quelques chiffres…

    Depuis novembre 2004, d'après le Comité de PEN International pour les écrivains en prison (WIPC), pas moins de 699 écrivains ou journalistes ont été attaqués, harcelés, enlevés, jetés en prison ou menacés de mort, 12 ont disparu, 28 ont été tués.

    Pensons aux prisonniers d’opinion et de conscience qui n’ont pas le droit de chanter la Liberté de Paul Eluard, l'Espoir d'André Malraux, les Eloges - Exil, Pluies, Neiges, Vents... de Saint John Perse, entre sang et souffrance. Réduire les gens de lettres au silence, briser leur plume, confisquer et brûler leurs œuvres, c'est la pire des tortures.

    Source:journee-mondiale.com

  • Journée Mondiale du refus de la misère

     

    Journée Mondiale du refus de la misère

    Le 17 octobre 1987, à l'appel du Père Joseph Wresinski, 100 000 défenseurs des Droits de l'Homme se sont rassemblés sur le Parvis du Trocadéro, à Paris, pour rendre honneur aux victimes de la faim, de la violence et de l'ignorance, pour dire leur refus de la misère et appeler l'humanité à s'unir pour faire respecter les Droits de l'Homme. Une dalle, proclamant ce message, a été inaugurée à cette occasion sur le Parvis des Libertés et des Droits de l'Homme, là où fut signée, en 1948, la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme. On peut y lire l'appel du père Joseph:

    "Là où des hommes sont condamnés à vivre dans la misère, les droits de l'homme sont violés. S'unir pour les faire respecter est un devoir sacré."

    Depuis cette date, le 17 octobre de chaque année, les plus pauvres et tous ceux qui refusent la misère et l'exclusion se rassemblent dans le monde entier afin de témoigner de leur solidarité et de leur engagement pour que la dignité et la liberté de tous soient respectées : ainsi est née la Journée Mondiale du Refus de la Misère.

    Le 17 octobre 1992, Monsieur Javier Perez de Cuellar, ancien Secrétaire général de l'ONU, au nom d'un groupe de personnalités internationales rassemblées dans le Comité pour la Journée Mondiale du Refus de la Misère, lance un appel pour la reconnaissance du 17 octobre. Le 22 décembre 1992, le 17 octobre est proclamé Journée internationale pour l'élimination de la pauvreté par l'assemblée genérale des Nations Unies. Depuis, les initiatives pour célébrer cette journée n'ont cessé de se multiplier. Dans de nombreux lieux, des rassemblements se tiennent également le 17 de chaque mois.

    Un site à visiter : refuserlamisere.org

    Source: journee-mondiale.com

  • Cela s'est passé un 26 août....Il y a 225 ans, la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen

     

    Il y a 225 ans, la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen

    Cela s'est passé le 26 août 1789, l'Assemblée constituante réunie à Versailles approuve la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen.

    Les principes qu'elle énonce deviennent rapidement une référence universelle qui consacre les libertés individuelles parmi les droits naturels de l'homme. La république n'est pas encore née mais c'est une véritable révolution des esprits qui s'opère...

    Les hommes naissent et demeurent
    libres et égaux en droits

    La Déclaration des droits de l'homme et du citoyen du 26 aout 1789 affirme les bases juridiques d'une nouvelle société française directement inspirée par l'esprit des "Lumières" chères aux philosophes du XVIIIème siècle. Elle énonce les droits et libertés dont doit disposer chaque être humain dès sa naissance, consacrant ainsi solennellement la disparition des inégalités issues de l'ancien régime.

    Ce texte, universellement connu, a été l'inspirateur d'une autre déclaration - celle-là "universelle" - des droits de l'homme, adoptée le 10 décembre 1948 par les 58 états membres qui constituaient l'assemblée générale de l'ONU.

    Source: journee-mondiale.com

  • Journée Internationale des Populations autochtones


    Journée Internationale des Populations autochtones

    En 1994, l'Assemblée générale des Nations Unies a décidé de faire du 9 août la Journée internationale des populations autochtones (résolution 49/214), chaque année pendant la Décennie internationale des populations autochtones. Cette date marque le jour de la première réunion du Groupe de travail sur les populations autochtones de la Sous-Commission de la promotion et de la protection des droits de l'homme en 1982.

    Le but de cette Décennie est de renforcer la coopération internationale pour résoudre les problèmes rencontrés par les populations autochtones dans des domaines tels que les droits de l'homme, l'environnement, le développement, l'éducation et la santé. Le coordonnateur de la Décennie est le Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme.

    En avril 2000, la Commission des droits de l'homme a adopté une résolution sur l'établissement de l'Instance permanente sur les questions autochtones qui a été approuvée par le Conseil économique et social le 28 juillet 2000. (E/RES/2000/22). L'Instance permanente devra fournir des conseils sur les questions touchant au développement social et économique, aux droits de l'homme, à l'éducation, à la santé et à l'environnement.

    Un site à visiter : www.un.org

    Source: journeemondial.com

  • Ce 23 avril : Journée Mondiale du livre et du droit d'auteur


    Journée Mondiale du livre et du droit d'auteur

    En célébrant cette journée dans le monde entier, l'UNESCO s'efforce de promouvoir la lecture, l'industrie éditoriale et la protection de la propriété intellectuelle à travers le droit d'auteur.

    Le 23 avril 1616, disparaissaient Cervantes, Shakespeare et Garcilaso de la Vega dit l’Inca.

    Ce 23 avril marque aussi la naissance, ou la mort d’éminents écrivains tels que Maurice Druon, K. Laxness, Vladimir Nabokov, Josep Pla ou Manuel Mejía Vallejo. C’est pourquoi, cette date ô combien symbolique pour la littérature universelle, a été choisie par la Conférence générale de l’UNESCO afin de rendre un hommage mondial au livre et à ses auteurs, et encourager chacun, en particulier les plus jeunes, à découvrir le plaisir de la lecture et à respecter l’irremplaçable contribution des créateurs au progrès social et culturel. L’idée de cette célébration trouve son origine en Catalogne (Espagne) où il est de tradition d’offrir une rose pour l’achat d’un livre. Le succès de cette initiative dépend essentiellement du soutien que peuvent lui apporter les milieux intéressés (auteurs, éditeurs, libraires, éducateurs et bibliothécaires, institutions publiques et privées, organisations non gouvernementales et médias) qui sont mobilisés dans chaque pays par l'intermédiaire des Commissions nationales pour l'UNESCO, les associations, centres et clubs UNESCO, les réseaux d'écoles et de bibliothèques associées et tous ceux qui se sentent motivés pour participer à cette fête mondiale

    Un site à visiter : www.jmlda.qc.ca

    Source: journeemondiale