djihad

  • Pont-à-Celles-Maison de la Laïcité: Conférence "Croisades et Djihad" par Charles et paulette Henneghien

    pont-à-celles,sudinfo,vandeplas,johnny,laïcité,djihad,croisade,conférence,henneghien

    Quand? Mercredi 22 février 2017

    heure? 19h30

    OU? Rue de l'Eglise, 7 à PAC

    Entrée gratuite

    Quoi?

    Conférence par Charles et Paulette Henneghien: "Jérusalem était l'objectif des croisades. La ville sainte est aujourd'hui encore l'enjeu du conflit isrélo-palestinien. En 1993, souvenez-vous, une poignée de mains historique entre Arafat et Rabin avait soulevé des espoirs de paix. C'est alors que j'ai décidé de partir sur les traces des croisés. Photo-reporter, faisant métier de voyager, j'ai accumulé 25 reportages dans les régions concernées. La conférence que je vous propose dérive pour l'essentiel des deux livres sortis de cette expérience...."

    pont-à-celles,sudinfo,vandeplas,johnny,laïcité,djihad,croisade,conférence,henneghien

  • Pont-à-Celles – Maison de la Laïcité : superbe pièce de théâtre « Djihad »

    pont-à-celles,sudinfo,vandeplas,johnny,maison,laïcité,djihad,arpac

    Jeudi 16 février journée fortement chargée à la Maison de la Laïcité de Pont-à-Celles.

    La journée a débuté par le traditionnel petit déjeuner du jeudi qui rencontre un succès grandissant (une viennoiserie et un café pour seulement 1.5€)

     

    Début d’après-midi  aux alentours de 13h00, une première représentation de la pièce Djihad a été donnée, ce devant les  élèves de 5e et Rhéto de l’ARPAC, soit enseignants compris 150 spectateurs.

    À la fin de cette première représentation, un débat a été mené avec l’auteur/acteur/metteur en scène Ismaël Saïdi. Les écoliers ont posé des questions très intéressantes et ils ont reçu des réponses franches. À la sortie du spectacle, le sentiment  unanime des jeunes participants « super pièce ».

    20H15 la salle Gérard Bauwens de la Maison de la Laïcité est comble, et c’est devant un tout public que la pièce a été rejouée. Le spectacle terminé, c’est sous un tonnerre d’applaudissements que les artistes ont été salués.

    Cette pièce ne justifie pas les djihadistes, elle a été écrite avant les attentats de Bruxelles. L’auteur se veut critique envers la société et décrit comment et/ou pourquoi  certains (souvent manipulés) se laissent convaincre de partir faire le Djihad.

    Il dénonce  et  démontre comment des jeunes et parfois moins jeunes se laissent embrigader, mais il pointe aussi  les inégalités entre certaines communautés et pas seulement dans un sens, mais bien dans les deux sens !

    Cette pièce est extrêmement bien jouée, ne laisse personne indifférent et ouvre la porte  au débat….

    pont-à-celles,sudinfo,vandeplas,johnny,maison,laïcité,djihad,arpac

     

     

     

    pont-à-celles,sudinfo,vandeplas,johnny,maison,laïcité,djihad,arpac

    pont-à-celles,sudinfo,vandeplas,johnny,maison,laïcité,djihad,arpac

  • Pont-à-Celles - Maison de la Laïcité: Spectacle, événement unique dans la région : La pièce à succès « DJIHAD » est SOLD OUT

    pont-à-celles,sudinfo,vandeplas,johnny,laïcité,djihad

    Après Bruxelles, Charleroi, Lyon et enfin Paris, cette tragi-comédie d’Ismaël Saïdi, sera jouées deux fois dans la Maison de la Laïcité de Pont-à-Celles (16 février 2017).

    Une première à bureau fermé pour les 5es et les rhétos de l’ARPAC, ensuite en fin de soirée une dernière représentation pour le grand public.

    La pièce est sold out !

  • Spectacle, événement unique dans la région : La pièce à succès « DJIHAD » sera jouée à la Maison de la Laïcité de Pont-à-Celles (Le 16 février 2016).

    Après Bruxelles, Charleroi, Lyon et enfin Paris, cette tragi-comédie d’Ismaël Saïdi, sera jouées deux fois dans la Maison de la Laïcité de Pont-à-Celles.

    Une première à bureau fermé pour les 5es et les rhétos de l’ARPAC, ensuite en fin de soirée une dernière représentation pour le grand public.

    « L’odyssée tragi-comique de trois Bruxellois qui partent en Djihad...»

     

    pont-à-celles,sudinfo,vandeplas,johnny,djihad,pièce,laïcité,pièce,ismaël,saïdi,arpac

    Synopsis :

    Ben, Reda et Ismaël sont trois jeunes Bruxellois qui font face à l’oisiveté de leur vie.

    Ils décident de partir au nom de leur religion en Syrie pour combattre aux côtés des autres djihadistes.

    Le long de cette odyssée tragi-comique qui les mènera de Schaerbeek à Homs, en passant par Istanbul, ils découvriront les raisons qui les ont chacun poussés à partir et devront faire face à une situation beaucoup moins idyllique que prévu. 

    Avant tout une comédie, Djihad fait rire des clichés de toutes les religions, en levant le silence sur les tabous de chacun. Réelle catharsis, la pièce révèle sur scène nos angoisses les plus profondes, la peur de l’autre et ce qu’elle engendre. 

    L’auteur Ismaël Saïdi prend le parti de faire tomber les murs entre les communautés, et aspire entre rires et larmes, à un meilleur «vivre ensemble».

     

    Article d'europe1

    Ismaël Saidi, auteur et metteur en scène, fait le pari de la dérision. Europe 1 a assisté à la première.

    Une pièce de théâtre qui ne laisse pas indifférent. Elle s'appelle "Djihad" et elle a triomphé en Belgique. Elle est arrivée vendredi à Paris, au théâtre des feux de la rampe. Ismaël Saidi, auteur et metteur en scène, fait le pari de la dérision. Europe 1 a assisté à la première.

    "Vivement qu'on puisse tuer quelques mécréants". Sur scène, aucun décor. Seulement trois pieds nickelés en jean et baskets, pas bien futés mais en quête de sens. Ben, le plus religieux de la bande, chapeaute Reda et Ismaël. Ils vont le suivre jusqu'en Syrie, sans trop savoir ce qu'ils trouveront. "Vivement qu'on puisse tuer quelques mécréants", dit l'un d'eux d'un ton enjoué... qui fait rire la salle. "Dis-moi Ben, le mécréant, il ressemble à quoi ? Parce que dans Call of Duty (un jeu vidéo de guerre, Ndlr) il ressemble plus à nous en fait", renchérit l'un des protagonistes. Cette fois, la salle est carrément hilare.

    "Cette pièce touche à l'empathie". Véronique Roy y a bien vu des facettes de son fils, parti en Syrie. Convaincue des vertus de la prévention, elle voit cette pièce comme un potentiel remède. "Je trouve qu'elle pointe bien les parcours hasardeux, ces espèces d’aventures surréalistes. Là où je pense que c'est important, c'est que pour soigner cette société qui va mal, il faut toucher au cœur. Cette pièce touche à l'empathie. C'est un bon début parce qu'effectivement, il n'y pas beaucoup de choses qui peuvent les changer", confie-t-elle au micro d'Europe 1. 

  • A la une de votre Nouvelle Gazette du 17 janvier 2015

    pont-à-celles,une,nouvelle,gazette,charleroi

  • Spectacle, événement unique dans la région : La pièce à succès « DJIHAD » sera jouée à la Maison de la Laïcité de Pont-à-Celles.

    Après Bruxelles, Charleroi, Lyon et enfin Paris, cette tragi-comédie d’Ismaël Saïdi, sera jouées deux fois dans la Maison de la Laïcité de Pont-à-Celles (16 février 2017).

    Une première à bureau fermé pour les 5es et les rhétos de l’ARPAC, ensuite en fin de soirée une dernière représentation pour le grand public.

    pont-à-celles,sudinfo,vandeplas,johnny,djihad,pièce,comédie

    « L’odyssée tragi-comique de trois Bruxellois qui partent en Djihad...» 

    Synopsis :

    Ben, Reda et Ismaël sont trois jeunes Bruxellois qui font face à l’oisiveté de leur vie.

    Ils décident de partir au nom de leur religion en Syrie pour combattre aux côtés des autres djihadistes.

    Le long de cette odyssée tragi-comique qui les mènera de Schaerbeek à Homs, en passant par Istanbul, ils découvriront les raisons qui les ont chacun poussés à partir et devront faire face à une situation beaucoup moins idyllique que prévu. 

    Avant tout une comédie, Djihad fait rire des clichés de toutes les religions, en levant le silence sur les tabous de chacun. Réelle catharsis, la pièce révèle sur scène nos angoisses les plus profondes, la peur de l’autre et ce qu’elle engendre. 

    L’auteur Ismaël Saïdi prend le parti de faire tomber les murs entre les communautés, et aspire entre rires et larmes, à un meilleur «vivre ensemble».

     

    L'article d'Europe1

    Ismaël Saidi, auteur et metteur en scène, fait le pari de la dérision. Europe 1 a assisté à la première.

    Une pièce de théâtre qui ne laisse pas indifférent. Elle s'appelle "Djihad" et elle a triomphé en Belgique. Elle est arrivée vendredi à Paris, au théâtre des feux de la rampe. Ismaël Saidi, auteur et metteur en scène, fait le pari de la dérision. Europe 1 a assisté à la première.

    "Vivement qu'on puisse tuer quelques mécréants". Sur scène, aucun décor. Seulement trois pieds nickelés en jean et baskets, pas bien futés mais en quête de sens. Ben, le plus religieux de la bande, chapeaute Reda et Ismaël. Ils vont le suivre jusqu'en Syrie, sans trop savoir ce qu'ils trouveront. "Vivement qu'on puisse tuer quelques mécréants", dit l'un d'eux d'un ton enjoué... qui fait rire la salle. "Dis-moi Ben, le mécréant, il ressemble à quoi ? Parce que dans Call of Duty (un jeu vidéo de guerre, Ndlr) il ressemble plus à nous en fait", renchérit l'un des protagonistes. Cette fois, la salle est carrément hilare.

    "Cette pièce touche à l'empathie". Véronique Roy y a bien vu des facettes de son fils, parti en Syrie. Convaincue des vertus de la prévention, elle voit cette pièce comme un potentiel remède. "Je trouve qu'elle pointe bien les parcours hasardeux, ces espèces d’aventures surréalistes. Là où je pense que c'est important, c'est que pour soigner cette société qui va mal, il faut toucher au cœur. Cette pièce touche à l'empathie. C'est un bon début parce qu'effectivement, il n'y pas beaucoup de choses qui peuvent les changer", confie-t-elle au micro d'Europe 1.