delory

  • Pont-à-Celles: elle reçoit un ballon de foot en plein visage mais l'assurance du club refuse de payer (suite)

    M.G.

    Le 16 février dernier, Virginie Delory assiste au match qui oppose PAC Buzet au Stade Brainois. À la troisième minute de jeu, un ballon vient s’écraser contre son visage. Résultat: une double commotion et une luxation du ménisque de la mâchoire.

    700 € et elle souffre!

    T.P.

    700 € et elle souffre!

    Deux mois et un jour plus tard, la jeune femme souffre toujours le martyre. Elle parle avec difficulté. Et je mange à la paille.

    D’examens en visites chez les spécialistes – dentiste, kiné, ostéopathe, chirurgie…- la facture s’alourdit. «Les frais médicaux s’élèvent déjà à près de 700 euros. Et aujourd’hui, on me parle d’une opération maxillo-faciale risquée qui nécessitera une hospitalisation de plusieurs jours et une longue revalidation.» Une solution qui aurait aussi de lourdes conséquences financières pour la jeune commerçante pont-à-celloise qui a ouvert sa boutique de décoration et d’accessoires il y a un an seulement.

    Depuis deux mois, Virginie Delory frappe à toutes les portes. Mais, toujours aucun dédommagement à l’horizon. Pour l’assurance du club, le fait «d’encaisser» un ballon fait partie du risque encouru par le spectateur qui décide d’assister à un match…