déjouer

  • Les dernières escroqueries sur Facebook: voici comment les repérer et les déjouer

    Concours facilement gagnés, offres de prêts bien trop avantageuses ou cartes-cadeaux purement gratuites : Facebook est un terrain de jeu pour les escrocs du Web. Les dernières arnaques en date sont repérables si on est à même d’identifier certains indices !

    DR

    Les arnaques sur Facebook sont un « secteur » juteux. En un an, le spam sur les réseaux sociaux a connu une hausse de 300 %. Les escrocs sont nombreux et, selon les sources, on parle d’un marché de plus de 160 millions d’euros en moyenne. Comme quoi, ça marche, malgré les mises en garde. Voici les indices qui permettent de déjouer certains types d’arnaques.

    L’offre de prêt

    Il y a tout d’abord ces offres de prêt en ligne. La proposition est alléchante et quelqu’un dans le besoin pourrait rapidement se faire avoir. Souvent, c’est le témoignage de « quelqu’un qui a déjà essayé » et qui n’a « pas été déçu » qui attire le chaland. Ces messages sont publiés sur des pages publiques, en commentaire d’articles par exemple. Le vécu peut paraître crédible, mais les bonnes affaires de ce type n’existent pas.

    Un journaliste du Nouvel Observateur a testé l’arnaque pour en comprendre son déroulement. Plusieurs indices surviennent rapidement dans l’échange de mail. La mauvaise orthographe et les fautes de grammaire sont un premier indicateur du non-professionnalisme du faux prêteur. Il ne réclame pas d’argent dans un premier temps pour mettre en confiance. Il travaille son client, procède par étapes et ne le brusque pas.

    Mais vient le moment où le contact aborde la question des frais de dossier : plusieurs centaines d’euros sont demandées pour permettre l’envoi du prêt rapidement. « Notaire », « contrat juridique », « conditions préalables »… Tout est fait pour sonner vrai. Mais, si vous versez cet argent, le prêt ne suivra évidemment pas. La mention de la banque « Western Union » pour effectuer le paiement doit vous faire bondir : payer par ce biais indique généralement que le prêteur est à l’étranger et pourra facilement empocher l’argent sans être retrouvé par la suite.

    Le concours bidon

    « Gagner une BMW » ou « 227 iPhone 5S gratuits ». C’est tentant, mais c’est en fait à éviter. Dans un cas comme dans l’autre, cela vous coûtera cher si vous suivez la démarche et vous inscrivez complètement.

    Partager, aimer, commenter et « s’inscrire via ce lien » : quatre étapes classiques de ce genre de concours. Les trois premières ont pour but de rendre l’offre virale. Plus il y a de monde, plus il y a d’argent à la clef pour les escrocs. La dernière étape vous redirige vers un site faussement officiel de la marque.

    Observez l’adresse dans l’exemple ci-dessous : le « oficial » est non seulement mal orthographié, mais, généralement, une marque possède un nom de domaine simple du type « www.marque.com », sans fioriture. La méfiance est donc de mise.

     

     

    Plus d'informations un clic: ICI