compensation

  • Navetteurs laissés par les grèves: Vous avez droit à une compensation - Conditions et marche à suivre

    Les voyageurs qui ne pourraient pas prendre leur train mercredi ou jeudi en raison de la grève pourront réclamer une compensation à la SNCB, a indiqué la compagnie ferroviaire lundi. Cette compensation ne vaut toutefois que pour les tickets achetés avant que la grève ne soit annoncée et pour les abonnements.

    Cette mesure s'applique aux 2 jours de grève, a précisé un porte-parole de la SNCB. La demande de compensation doit être introduite dans les 15 jours via le service clientèle. Le retard subi doit toutefois atteindre les 60 minutes.

    La SNCB avait été critiquée par la médiatrice des chemins de fer et par Test-Achats quand elle avait refusé d'indemniser ses voyageurs dans le cadre d'une grève intersectorielle fin décembre 2014.


    Comment demander votre compensation ?

    Nous vous invitons à consulter notre marche à suivre (PDF)

    source : site navetteurs.be ICI

  • Retard : la SNCB a versé 1,6 million d’euros

    Capturer.JPG

    Les navetteurs ont introduit davantage de demandes de compensations pour les trains en retard l’an dernier, selon le rapport annuel de la SNCB. L’entreprise ferroviaire a reçu 105.531 demandes, un tiers en plus qu’en 2012, et les montants versés ont grimpé de 22%, à 1,6 million d’euros. La SNCB attribue cette augmentation à l’année noire en termes de ponctualité. Sur l’entièreté de 2013, seuls 85,6% des trains étaient à l’heure ou accusaient un retard de six minutes maximum, soit le pire résultat enregistré sur les quinze dernières années.

  • Grève sauvage à la SNCB de ce mardi 22 avril: demandez une compensation

    guillemins.jpg

    Ce mardi matin, une grève sauvage au départ des gares de Lièges-Guillemins et de Liers a fortement perturbé le trafic des trains, notamment à destination de Namur et dans une moindre mesure vers Bruxelles. C’est l’occasion pour les navetteurs de demander un dédommagement à la SNCB.

    En novembre de l’année dernière, le ministre des Entreprises publiques Jean-Pascal Labille (PS) avait appelé la SNCB à adapter son régime de compensations afin d’être en règle avec la législation européenne. Jusqu’alors les chemins de fer belges indemnisaient les voyageurs pour certains retards. Mais les cas de force majeure n’étaient pas pris en considération. Dans un arrêt de septembre 2013, la Cour de justice de l’Union européenne avait estimé que les passagers devaient également être indemnisés lorsque le retard de leur train était à un cas de force majeure, comme par exemple une chute de neige inattendue ou une grève sauvage.

    «Nous nous sommes adaptés», confirme Thierry Ney, porte-parole de la SNCB. Concrètement, un voyageur qui a eu retard de plus de 60 minutes à cause de la grève sauvage de ce matin peut demander une compensation forfaitaire équivalente à 100% du prix de base d’un trajet simple. La demande doit être introduite dans les quinze jours calendrier, soit via un formulaire obtenu dans la gare au moment de la grève, soit via le service clientèle en ligne du site www.belgianrail.be.

    Si le retard était de 30 minutes, il peut être comptabilisé avec au moins neuf autres de la même durée et survenus sur une période de six mois. Tous ensemble, ils donnent doit à une compensation de 50% par retard. Le dispositif prévoit aussi une compensation de 25% par retard par un minium de 20 retards de 15 minutes sur une période de six mois.